Press "Enter" to skip to content

Monde. Canada : Andrea Horwath, la chef du nouveau parti démocratique de l’Ontario, se rétracte après avoir prôné le libre choix face à l’obligation vaccinale

ACTUALITÉ > Monde

Après s’être opposée à l’obligation vaccinale contre la Covid-19 pour les personnels de santé, Andrea Horwath, chef du Parti néo-démocrate de l’opposition d’extrême gauche de l’Ontario, s’est rétractée un jour plus tard pour se conformer à l’opinion de l’« Establishment » après avoir fait face aux critiques de son propre parti.

Lors d’une interview télévisée le 4 août, Andrea Horwath a déclaré à CBC, qu’elle considérait que le droit de refuser la vaccination était protégé par la Charte : « Je ne prends pas à la légère les droits des gens garantis par la Charte, et c’est pourquoi nous préconisons des tests rapides, ou votre statut vaccinal, et le fait d’être vacciné. »

« Nous ne pouvons pas simplement ignorer qu’il y a des gens qui ne vont pas se faire vacciner et je ne pense pas que la bonne chose à faire soit de les exclure », a-t-elle dit, apparemment en référence à la pression pour que les passeports de vaccination soient délivrés dans les provinces autres que le Québec francophone voisin.

Les commentaires d’Andrea Horwath étaient conformes à la position de Doug Ford, le premier ministre et chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, qui a déclaré qu’il ne rendrait pas obligatoire la vaccination pour les travailleurs de la santé de l’Ontario et qu’il ne soutenait pas l’idée d’un passeport vaccinal. « Non, nous n’allons pas avoir une société divisée… Je pense que c’est notre droit constitutionnel de le prendre ou de ne pas le prendre. Personne ne devrait être forcé de faire quoi que ce soit », a déclaré Doug Ford en juillet.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, également conservateur, a lui aussi déclaré définitivement en juillet que les passeports vaccinaux ne seraient pas autorisés dans sa province : « Nous avons été très clairs depuis le début : nous ne faciliterons ni n’accepterons les passeports vaccinaux. »

« Je crois qu’ils contreviendraient en principe à la Loi sur les renseignements sur la santé et peut-être aussi à la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée », a déclaré Jason Kenney.

Selon True North, le député fédéral néo-démocrate Charlie Angus a immédiatement mis Andrea Horwath sur la sellette après l’entrevue : « Je viens d’écrire au parti et je leur ai dit qu’ils feraient mieux de la pousser à revenir sur ses commentaires sur la vaccination parce que les (libéraux) vont nous rouler dessus pour une telle idiotie », a déclaré Charlie Angus dans un tweet maintenant supprimé.

L’actuel gouvernement minoritaire du Parti libéral de Justin Trudeau, également situé à l’extrême gauche, s’appuie sur le soutien du NPD fédéral pour former une majorité et adopter des lois. De même, le NPD s’appuie sur le soutien des libéraux pour réaliser ses programmes.

Le chef du Parti libéral de l’Ontario, Steven Del Duca, a signifié à Andrea Horwath et à Doug Ford qu’ils avaient tous deux tort de faire appel aux électeurs « anti-vaccins », car pour lui, l’obligation vaccinale obligatoire est « une bonne chose à faire ».

« C’est le genre de chose que nous avons besoin que nos dirigeants fassent en ce moment critique important. Je vais continuer à faire pression pour cela, je vais continuer à dire à Doug Ford et Andrea Horwath qu’ils ont tous les deux tort.»

CBC a rapporté qu’Andrea Horwath s’était en effet prudemment  rétractée et était revenue sur ses déclarations un jour plus tard, le 5 août, en déclarant : « Je regrette ce commentaire. J’ai eu tort ».

« Je soutiens pleinement la vaccination obligatoire dans les soins de santé et l’éducation, sur la base de la science et des priorités de santé publique. J’aurais dû exprimer cette position plus clairement, beaucoup plus tôt, pour soutenir la santé et la sécurité des plus vulnérables d’entre nous : les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes malades et les enfants qui ne peuvent pas encore recevoir leurs vaccins. »

Le 7 août, la CBC a publié un article intitulé « The tide is really turning on Support for Covid-19 Vaccine Passports, Expert Says » (« La marée tourne vraiment sur la prise en charge des passeports pour les vaccins Covid-19, selon un expert »), qui s’appuyait sur l’opinion de Bryan Thomas, chercheur associé à l’Université d’Ottawa, pour prévoir que Doug Ford reviendrait sur sa promesse de passeport vaccinal et installerait tôt ou tard une société à deux vitesses.

À l’instar de l’Australian Broadcasting Corporation, La CBC Joue un rôle dans la société canadienne en tant que radiodiffuseur d’État, plutôt qu’en tant que média journalistique, en diffusant des points de vue de l’Establishment et de la gauche à peine déguisés en nouvelles.

Bryan Thomas affirme qu’à moins que la province n’installe des passeports vaccinaux, de nombreuses entreprises les mettront en place de leur propre chef, créant ainsi un « Far West avec des problèmes incalculables » dans la société, car la vie privée ne peut être garantie alors qu’ils se tournent vers diverses « applications privées ».

« (Cela) ne retient pas vraiment les gens et ne les oblige pas à se faire vacciner », a déclaré Bryan Thomas à propos de la ségrégation vaccinale, qui pense que l’installation du Québec conduira à une situation où « la pression sur le gouvernement Doug Ford sera tout simplement écrasante pour qu’il se ressaisisse. »

Dans l’article, la CBC cite un représentant de l’Association canadienne des libertés civiles qui affirme que les passeports vaccinaux sont « beaucoup moins préoccupants » tant que les Canadiens non vaccinés sont toujours autorisés à se rendre à l’hôpital s’ils sont en danger ou à l’épicerie pour acheter de la nourriture.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.