Retour sur le lanceur d’alerte de Wuhan et la pandémie initiale

Par Steven Li
Le 15/02/2021

Souvenir du lanceur d’alerte de Wuhan et de la mauvaise gestion initiale de la pandémie de Covid-19 

 

Un mémorial pour le lanceur d’alerte Dr Li Wenliang, a été érigé à l’extérieur du campus de l’UCLA à Westwood, en Californie, le 15 février 2020. (Image : wikimedia / PetrVod / CC BY-SA 4.0)
Un mémorial pour le lanceur d’alerte Dr Li Wenliang, a été érigé
à l’extérieur du campus de l’UCLA à Westwood, en Californie,
le 15 février 2020. (Image : wikimedia / PetrVod / CC BY-SA 4.0)
 

Le 7 février a marqué le premier anniversaire de la mort de Li Wenliang, considéré par beaucoup comme un héros en Chine. Les autorités chinoises ont fait taire cet ophtalmologue de Wuhan qui tentait d’avertir le public de l’apparition de l’épidémie pendant les premières étapes de la pandémie de Covid-19

Li Wenliang, le héros de Wuhan

Le 30 décembre 2019, Li Wenliang a averti ses camarades de l’école de médecine sur WeChat de prendre des précautions, déclarant que « sept cas de type SRAS avaient été confirmés sur le marché des fruits de mer de Huanan ». Plus tard dans la journée, l’hôpital central de Wuhan a relayé un message de la Commission de la santé de Wuhan aux travailleurs de santé, les informant qu’ils pourraient encourir des sanctions s’ils propageaient des informations sur cette « pneumonie inconnue ».

La police locale a appelé Li Wenliang le 3 janvier pour lui reprocher d’avoir « répandu des rumeurs ». La déclaration de la police se lisait comme suit : « Le service de sécurité publique espère que vous pourrez coopérer de façon proactive à notre travail, écouter l’insistance de la police et mettre fin aux activités illégales à partir de maintenant ». Un collègue de l’hôpital, Zhao Chen, s’est souvenu d’un directeur de département qui disait : « N’allez pas à l’encontre des autorités, ne portez pas de masques, ne faites pas de remarques négligentes ». Li Wenliang a contracté le virus d’un patient le 7 janvier et il est mort du virus un mois plus tard, le 7 février.

En Chine, des milliers de personnes ont rendu hommage au Dr Li Wenliang avant et à l’occasion de l’anniversaire de sa mort. Li Pan, propriétaire d’une boutique en ligne, a été interviewé près de l’hôpital et a déclaré à Reuters : « Il a été le premier à nous parler du virus. Il a dû considérer que l’impact serait énorme, mais il a quand même sonné l’alarme. C’était vraiment courageux. La page personnelle du Dr Li Wenliang sur Weibo, qui est similaire à Twitter, a été inondée de commentaires tels que : « Dr Li Wenliang , l’histoire et le peuple ne vous oublieront jamais ! » et « vous vivrez éternellement dans le cœur du peuple chinois ».

La dissimulation du Parti communiste chinois

Selon l’enquête Epoch Times, malgré les premières preuves de propagation d’homme à homme et de multiples avertissements des médecins, les autorités chinoises ont délibérément réduit au silence les dénonciateurs et saboté les efforts de tests d’ échantillons viraux. En outre, le Régime a minimisé la gravité de la maladie. Les voyages nationaux et étrangers ont été autorisés pendant des semaines avant d’instaurer des confinements, et les experts étrangers de la santé ont été empêchés à plusieurs reprises de se rendre en Chine.

Un article du South China Morning Post a rapporté que les archives du gouvernement chinois ont borné le premier cas Covid-19 au 17 novembre 2019. Un homme de 55 ans de la province du Hubei a été infecté par le virus.

Le 1er décembre, le premier patient identifié est un homme alité de 70 ans qui n’est pas allé au marché de fruits de mer de Wuhan. La transmission d’homme à homme a ensuite été observée entre des contacts étroits à la mi-décembre, selon un article du New England Journal of Medicine (NEJM) publié en janvier 2020.

Le 27 décembre 2019, un laboratoire chinois avait déjà séquencé une grande partie du virus à l’aide d’un échantillon d’un patient de 65 ans. Les résultats ont été rapportés aux fonctionnaires de Wuhan et à l’Académie chinoise des sciences médicales, affiliée à l’État. Ai Fen, docteur et directrice des urgences de l’hôpital central de Wuhan, a mis en garde contre un virus semblable au SRAS dans le chat de groupe WeChat de son département le 30 décembre. Pourtant, l’hôpital l’a réprimandée pour avoir « répandu des rumeurs ».

Le même jour, le Dr Li Wenliang a fait part de ses préoccupations concernant la maladie à d’anciens camarades de classe de l’école de médecine sur WeChat et a reçu un avertissement qu’il pourrait faire face à des sanctions.

Le 31 décembre, la Commission de la santé de Wuhan a confirmé 27 cas d’une pneumonie inconnue, mais a déclaré qu’elle était « évitable et contrôlable ». L’organisation a déclaré qu’aucun professionnel de santé n’avait été infecté et qu’il n’y avait aucune preuve de propagation d’homme à homme.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a été informée de l’épidémie. Le lendemain, une Commission provinciale de la santé du Hubei a ordonné à une société de génomique de cesser les tests d’échantillons de virus et de détruire les échantillons existants. De même, la Commission nationale de la santé a publié un avis demandant aux chercheurs de remettre ou de détruire leurs échantillons de virus le 3 janvier.

Le 18 janvier, malgré l’opposition du personnel du comité, la communauté de Wuhan Baibuting a organisé le banquet annuel pour 40 000 familles. Deux jours plus tard, Zhong Nanshan, un éminent médecin chinois qui faisait partie de l’équipe d’intervention de la Chine, a confirmé que la propagation d’homme à homme pourrait se produire.

Le dirigeant chinois Xi Jinping a fait ses premières remarques publiques sur la maladie le 20 janvier, mais les réclusions n’ont commencé que le 23 janvier. Selon certaines informations, 5 millions de personnes avaient déjà quitté Wuhan sans subir de dépistage du virus au moment où la ville était verrouillée.

Treize villes de la province du Hubei autres que Wuhan ont été confinées le 24 janvier, mais des centaines de millions de citoyens avaient déjà voyagé à travers le pays.

Le 27 janvier, le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a admis que les informations sur l’épidémie n’avaient pas été diffusées en temps opportun et il a accusé le gouvernement central chinois de ne pas l’avoir permis plus tôt. Fin janvier, 3 000 agents de santé ont été infectés dans la province du Hubei et 100 000 lits d’hôpitaux ont été libérés pour les patients.

En outre, la Chine a refusé à plusieurs reprises d’autoriser les experts étrangers de la santé à se rendre en Chine pour enquêter sur le virus. Selon le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux Alex Azar, Chine.


Traduit par : Gabriel Olamsaint

Version en anglais : Remembering ‘Wuhan Whistleblower’ and Early Mishandling of COVID-19 Pandemic