Les trésors de l’acupuncture ancestrale de Maître Tung

Par Christine Modock
Le 05/04/2021
L’acupuncture permet de stimuler des zones précises de l’épiderme, appelés points d’acupuncture. (Image : 5petalpics / Pixabay)
L’acupuncture permet de stimuler des zones précises de l’épiderme, appelés points d’acupuncture. (Image : 5petalpics / Pixabay)
 

L’acupuncture qui est apparue il y a environ 5 000 ans est une des branches de la médecine traditionnelle chinoise, fondée sur le principe de la circulation harmonieuse de l’énergie du qi.

Selon la médecine ancestrale chinoise, le corps humain est constitué de deux composantes, le yin et le yang. Lorsque l’harmonie entre le yin et le yang est perturbée, l’énergie vitale sera irrémédiablement déséquilibrée, ce qui va engendrer la maladie.

L’acupuncture permet de stimuler des zones précises de l’épiderme, appelés points d’acupuncture. La stimulation des points d’acupuncture se fait généralement avec des aiguilles, mais elle peut également être réalisée par des moyens électriques, magnétiques, thermiques ou lumineux.

Dans les pays asiatiques et particulièrement en Chine, de nombreux Maîtres ont effectué des recherches scientifiques poussées sur l’acupuncture, pour rééquilibrer l’énergie vitale du corps humain, guérir les maladies les plus courantes et s’attaquer aux affections incurables de l’époque.

Maître Tung, un chevron de l’acupuncture ancestrale chinoise

Il faut rappeler que l’acupuncture consiste en l’implantation d’aiguilles fines à la surface de la peau. Le choix des points se situe le long des méridiens, là où passe l’énergie.

 

Il faut rappeler que l’acupuncture consiste en l’implantation d’aiguilles fines à la surface de la peau. Le choix des points se situe le long des méridiens, là où passe l’énergie. (Image : Alterio Felines / Pixabay) 
Il faut rappeler que l’acupuncture consiste en l’implantation d’aiguilles fines à la surface de la peau. Le choix des points se situe le long des méridiens, là où passe l’énergie. (Image : Alterio Felines / Pixabay
 

C’est une méthode qui agit sur les flux énergétiques du corps pour rétablir l’équilibre entre le yin et le yang et aider l’organisme à retrouver son bien-être de façon naturelle et harmonieuse.

Maître Ching-Chang, dit Maître Tung ou Master Tung (1916-1975), est originaire du Nord de la Chine. Il est le dépositaire d’un savoir familial unique transmis sur plus de dix générations. L’origine de son école d’acupuncture date de plus de 4 500 ans.

Il faut rappeler que sous la dynastie de l’Empereur Jaune, le ministre de la Santé de l’époque Qi Bou, avait été chargé par son Empereur de mettre de l’ordre dans les différentes écoles d’acupuncture du pays. Pour ce faire, il a éradiqué un nombre considérable de praticiens, qui étaient de véritables puits de connaissance. Le ministre Qi Bou avait lui aussi sa propre école d’acupuncture. Dans un souci d’assainissement et de protection de sa propre école, il a chassé un nombre considérable de méthodes, pour ne retenir que celles en relation avec la sienne. Il a donc organisé une chasse aux sorcières et beaucoup de praticiens de grande renommée durent se retirer dans les forêts, après le massacre de bon nombre d’entre eux. Pour se protéger, ces érudits décidèrent de ne plus rien écrire et de ne plus communiquer sur leurs remarquables savoirs. C’est de cette manière que chaque structure familiale est devenue un lieu de transmission de sa filière.

Parmi ces praticiens en exil, il y a eu les descendants Tung.

Maître Tung est issu d’une lignée familiale de cette acupuncture réprimée en Chine, dont les enseignements se sont transmis de père en fils. A la fin de ses jours en 1975, il a décidé de livrer son héritage au grand public, mais surtout aux praticiens. C’est ainsi qu’il a transmis un parcours scientifique de soins en acupuncture avec une nomenclature de points spécifiques. Il faut rappeler qu’il existe près de 740 points d’acupuncture « Tung » complémentaires et associables aux différents points classiques. Maître Tung a travaillé avec les différents points d’acupuncture classiques connus, mais il a élaboré des passerelles dans son parcours de soins très particuliers. Dans sa méthode il y a plus de 300 points dits « extraordinaires », issus de sa lignée que certains disent magiques, qui ont fait le succès de sa méthode en raison de leur efficacité. Selon Laurent Turlin, Doctorant à l’Académie des Sciences, Arts et Recherches de Montréal, Maître Tung est reconnu comme l’un des plus grands acupuncteurs de ces trois derniers siècles.

En quoi consiste la méthode de Maître Tung ?

La méthode de ce génie de l’acupuncture est comprise dans une charte unique de points. C’est un système complet qui comprend les propres canaux et techniques de puncture spécifique. La force du système Tung réside dans le fait que tous les points d’acupuncture suivent la loi des cinq éléments et des cinq canaux « zang », à savoir le foie, le cœur, la rate, les poumons et les reins. Chaque point a son propre chemin et se connecte directement aux organes.

 

Pour Maître Tung, toute l’anatomie du corps peut devenir des images de traitement, car tout est relié. (Image : bekaschiller / Pixabay)
Pour Maître Tung, toute l’anatomie du corps peut devenir des
images de traitement, car tout est relié. (Image : bekaschiller / Pixabay)
 

L’acupuncture dans cette méthode utilise beaucoup de points situés aux extrémités pour élaborer une connexion entre les canaux ainsi que des projections de l’imagerie corporelle et de la mise en miroir. Pour Maître Tung, toute l’anatomie du corps peut devenir des images de traitement, car tout est relié. Aussi la projection d’une zone du corps va traiter une autre zone par connexion, grâce à la stimulation des points. Dans la « méthode du miroir », le Maître projette « en miroir » une partie du corps à l’autre. Ainsi, la jambe est le miroir du bras, le pied de la main, le genou celui du coude. En revanche, dans la « méthode l’image », toute la face est projetée sur la jambe ou le bras. Le Docteur Laurent Turlin précise que dans la méthode Tung, pour réguler la colonne vertébrale, on va projeter le corps entier sur le crâne et soulager les douleurs des vertèbres en stimulant des zones du cuir chevelu.

En conclusion, toute l’anatomie du corps humain peut être considérée comme des « images de traitement », parce que tout est relié. De ce fait, n’importe quelle partie du corps peut être l’image d’une autre partie. C’est une technique très facile et efficace pour traiter une personne souffrant de douleurs.

L’acupuncture digitale : une variante de la médecine chinoise très efficace

Les premiers soins par pression des doigts remonteraient au début de la médecine traditionnelle chinoise. Cette pratique qui utilise l’extrémité des doigts pour appuyer ou palper des points précis au niveau du corps, est assez récente en France.

L’acupression appelée aussi digitopuncture, consiste à rééquilibrer l’organisme par la stimulation manuelle des points énergétiques du corps. Cette méthode repose sur le même principe que l’acupuncture, mais à la place des aiguilles, c’est la pression des doigts qui est utilisée. Elle est basée sur la médecine traditionnelle chinoise parce qu’elle cherche à équilibrer les flux d’énergie ou de force de vie (qi ou chi) qui circulent à travers les méridiens.

En médecine traditionnelle chinoise, le corps humain est soumis aux énergies saisonnières, climatiques, telluriques, alimentaires…qui s’ajoutent à la propre énergie de l’homme et l’ensemble de ces énergies circulent à travers les méridiens. Ces méridiens sont parsemés de différents points d’acupuncture qui ont chacun un rôle régulateur.

C’est dans cette optique que le massage digital en acupuncture peut trouver toute sa dimension et parvenir à produire bien-être et équilibre, pour apaiser les tensions, soulager les douleurs physiques, augmenter la vitalité ou stimuler le système immunitaire.

Dans le panel très varié des méthodes d’acupression, l’une d’entre elles retient l’attention, du fait de son originalité et de son efficacité, mais aussi parce qu’elle est unique. C’est l’acupuncture digitale pratiquée à partir de l’école Tung. Elle est utilisée à Marseille par un écho-énergéticien formé à la résonance énergétique par stimulation cutanée (RESC) qui s’est enrichi de plusieurs enseignements de haut niveau et a associé le concept de l’imagerie et du miroir à la digipuncture. Ce praticien avide de recherches et de connaissances des médecines ancestrales chinoises est Henri Mandel. Il s’est attaché à intégrer dans sa pratique de résonance énergétique digitale certains parcours de points de cette école Tung, avec des résultats tout à fait étonnants. Ce retour vers cette acupuncture chinoise ancienne créée par de véritables savants visionnaires s’avère être de fait un pas en avant vers le progrès ! Pour exemple, le travail sur un point « xiao jié », situé sur le pouce d’une main, permet un soin complémentaire et efficace sur une entorse simple de la cheville du côté opposé. Les exemples sont nombreux et permettent la plupart du temps de rester à distance du lieu de la douleur.

C’est ainsi que l’acupuncture digitale sous forme de soin « énergie et équilibre », redonne au corps son harmonie vitale en recentrant les énergies qui ont été contrariées par différentes causes liées au stress, à la fatigue ou aux tensions musculaires.