Proverbe chinois : Là où l’eau coule, un canal se formera

Par Vision Times
Le 28/03/2020
Ce proverbe chinois populaire transmet essentiellement l’idée que le succès viendra naturellement lorsque les conditions seront remplies. (Image : Pixabay)
Ce proverbe chinois populaire transmet essentiellement l’idée que le succès viendra naturellement lorsque les conditions seront remplies. (Image : Pixabay)
 

Le proverbe chinois populaire Là où l’eau coule, un canal se formera transmet essentiellement l’idée que le succès viendra naturellement lorsque les conditions nécessaires à ce succès seront remplies. Il y a une histoire intéressante derrière l’origine de ce dicton.

L’histoire derrière le proverbe

À l’époque de la dynastie Song (960-1279), vivait un homme nommé Su Shi, qui est souvent considéré comme l’un des politiciens, écrivains et poètes les plus influents de son époque. Le proverbe doit son origine à une lettre de Su Shi adressée à son ami, dans laquelle il a révélé comment il envisageait de surmonter un problème financier au cours d’une période déterminée, où il n’avait pas de revenus, mais une immense famille à nourrir.

Su Shi a décidé qu’il utiliserait 4 500 unités de monnaie chaque mois. Il a divisé le total en 30 parts de 150 unités monétaires. Chaque part a ensuite été enveloppée et suspendue aux chevrons de sa maison. Chaque matin, Su Shi utilisait une fourche pour faire tomber un paquet de monnaie. Un membre de la famille cacherait alors la fourche pour que Su Shi ne puisse plus prendre d’argent pour la journée.

 

Su Shi a divisé sa monnaie en 30 parts, a enveloppé chaque part et l’a suspendue aux chevrons de sa maison. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Su Shi a divisé sa monnaie en 30 parts, a enveloppé chaque part et l’a suspendue aux chevrons de sa maison. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Tout argent restant après avoir fait face aux dépenses quotidiennes serait placé dans un épais tube de bambou et économisé. Il serait utilisé pour répondre aux besoins urgents ou pour choyer ses invités. En adoptant cette méthode, Su Shi a calculé que ses économies lui dureraient une année entière, au cours de laquelle il espérait que d’autres sources de revenus se présenteraient. « Là où l’eau coule, un canal se formera, il n’y aura donc pas lieu de s’inquiéter jusque-là. C’est pourquoi je n’ai aucun souci dans mon cœur », écrit-il dans la lettre (Ancient Chengyu).

En Chine, ce proverbe est toujours utilisé pour conseiller à quelqu’un de patienter jusqu’à ce que toutes les conditions soient réunies pour pouvoir atteindre ses objectifs. Le proverbe porte également un message selon lequel il n’est pas nécessaire de s’inquiéter inutilement ou de forcer un résultat.

La vie de Su Shi

La période de la dynastie Song, au cours de laquelle Su Shi a vécu, est une phase importante de la civilisation chinoise. La population est en pleine expansion, les niveaux d’éducation augmentent et les réalisations artistiques sont à leur apogée. Né en 1037, Su Shi a réussi les examens impériaux à l’âge de 19 ans et est rapidement devenue une étoile montante au sein de l’administration. En 1079, Su Shi est arrêté pour avoir critiqué le mouvement réformiste très influent à la cour. Un an plus tard, il est exilé et finit dans la pauvreté.

C’est durant cette période que Su Shi  compose certains de ses couplets les plus célèbres. C’était aussi un peintre hautement qualifié. « Les œuvres qu’il a créées étaient différentes de celles des artisans ou des peintres professionnels de l’Académie impériale.  Son œuvre bambou et  rochers, peinte avec des coups de pinceau qui se tordent et se tournent, dégage une  élégance et une  grâce infinies. Les lignes peuvent sembler simples et pourtant elles sont incroyablement variées et expressives », a déclaré Kim Yu, spécialiste senior international de Christie, en peintures chinoises, (Christie’s).

En 1086, Su Shi  est rappelé par l’administration, mais il est de nouveau banni en 1094. Six ans plus tard, en 1100, il est réhabilité et affecté à Changzhou. Su Shi décède l’année suivante. Dans la Chine moderne, Su Shi est considéré comme l’un des huit plus grands maîtres de la prose des périodes Song et Tang.

 

Dans la Chine moderne, Su Shi est considéré comme l’un des huit plus grands maîtres de la prose des périodes Song et Tang. (Image : Wikipedia / CC BY-SA)
Dans la Chine moderne, Su Shi est considéré comme l’un des huit plus grands maîtres de la prose des périodes Song et Tang. (Image : Wikipedia / CC BY-SA)
 


Traduit par Alex André

Version en anglais : Chinese Idiom: ’Where Water Flows, a Channel Will Form’