Le Guqin : jouer la musique du cœur

Par Helen London
Le 28/02/2021
Le guqin est un instrument à cordes pincées à cinq ou sept cordes, originaire de la Chine ancienne, où l’habileté du joueur était considérée comme le reflet de son caractère. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
Le guqin est un instrument à cordes pincées à cinq ou sept cordes, originaire de la Chine ancienne, où l’habileté du joueur était considérée comme le reflet de son caractère. (Image : Musée Nationale du Palais de Taiwan / @CC BY 4.0)
 

Le guqin est un instrument à cordes pincées à cinq ou sept cordes, originaire de la Chine ancienne. Dans l’ancien temps, il était considéré comme essentiel que les hommes vertueux sachent jouer de l’instrument, car c’était un symbole de sainteté et de noble caractère. La musique du guqin se fond dans la culture traditionnelle et reflète un style distinct, simple et élégant, ainsi que la poursuite d’un royaume paisible et élevé. Les anciens se préoccupaient de leur conduite et s’occupaient de tout avec le cœur. Les histoires sur l’apprentissage et la manière de jouer du guqin sont souvent une source d’inspiration pour les gens d’aujourd’hui.

Shi Wen de l’état de Zheng, voulait apprendre à jouer du guqin, du printemps à l’automne. Il avait entendu dire que le musicien Shi Xiang était un joueur extraordinaire. Il y avait même des histoires d’oiseaux et de poissons volant et sautant au rythme et aux vibrations de ses airs. Shi Wen voulait jouer de la même manière, alors il s’est rendu dans l’Etat de Lu pour apprendre du maître.

Shi Xiang a commencé à apprendre à Shi Wen à accorder et à pincer. Les progrès de Shi Wen n’ont pas été aussi réguliers que Shi Xiang l’avait espéré. Il n’a même pas terminé un fragment d’une partition, malgré un long apprentissage de trois ans.

Shi Xiang a commenté : « Vous n’avez toujours pas le pouvoir de comprendre et vous ne vous concentrez pas assez ».

 

L’instructeur de Shi Wen l’a critiqué pour sa lenteur dans l’apprentissage de l’instrument. Shi Xiang a commencé à apprendre à Shi Wen à accorder et à pincer. (Image : Zhiqing / Vision Times)
L’instructeur de Shi Wen l’a critiqué pour sa lenteur dans l’apprentissage de l’instrument. Shi Xiang a commencé à apprendre à Shi Wen à accorder et à pincer. (Image : Zhiqing / Vision Times)
 

Shi Wen a répondu : « Ce n’est ni que je ne peux accorder et pincer avec précision ni que je ne peux pas terminer une mélodie. Ma concentration et mon désir ne sont pas sur le ton ou le rythme. Ma quête est de jouer le guqin pour refléter ce que je ressens dans mon cœur. Jusqu’à ce que je puisse jouer la musique de mon cœur et l’exprimer à travers le guqin, je n’ose pas me laisser aller pour pincer ou frotter les cordes librement. S’il vous plaît, accordez-moi plus de temps et voyez si je peux apporter des améliorations. »

Shi Wen s’est installé et s’est concentré sur l’apprentissage chaque jour. Il utilisa son cœur pour ressentir les notes et l’ambiance qu’elles dégageaient. Il a continué à apprendre et à s’améliorer.

Après un certain temps, Shi Wen rendit visite à son maître. Shi Xiang a demandé : « Comment va ta musique maintenant ? » En toute confiance, l’étudiant a répondu : « Je peux maintenant jouer avec mon cœur. S’il vous plaît, laissez-moi jouer pour vous ».

Shi Wen a commencé à jouer du guqin. Tout d’abord, il a joué de la corde pour des notes de métal. C’était comme la brise d’automne qui soufflait et que l’herbe et les arbres étaient sur le point de mûrir et de porter des fruits. Enveloppé par une scène de récolte automnale, il joue ensuite de la corde pour des notes boisées. L’air est instantanément devenu une brise chaude et les fleurs et l’herbe poussaient énergiquement, comme au printemps. Il a continué en jouant de la corde pour les notes d’eau. Immédiatement, il a eu l’impression que le gel et la neige étaient arrivés et que les ruisseaux et les rivières étaient gelés. C’était une scène de mauvais temps. Puis il a joué la corde des notes de feu. Le soleil ardent est apparu, la glace et la neige ont fondu et disparu.

 

Pendant que Shi Wen jouait, il semblait que l’air devenait une brise chaude et que les fleurs et l’herbe poussaient énergiquement comme au printemps. (Image : jplenio / Pixabay)
Pendant que Shi Wen jouait, il semblait que l’air devenait une brise chaude et que les fleurs et l’herbe poussaient énergiquement comme au printemps. (Image : jplenio / Pixabay)
 

Alors que la mélodie approchait de la fin, Shi Wen a joué la corde principale restante pour les notes de terre afin qu’elle entre en résonnance avec les quatre autres cordes. Instantanément, une brise légère s’éleva, de doux nuages duveteux flottèrent, une délicate rosée tomba et de l’eau de source fraîche coula.

Shi Xiang était ravi et a félicité son élève : « C’était excellent. Comme si votre musique m’avait transporté dans une scène réelle et offert ce qu’est la vraie beauté. »

Shi Wen est devenu plus tard un musicien de la cour de l’état de Zheng et un maître de la musique de son temps.

Le processus d’apprentissage de Shi Wen illustre la clé du succès. La vraie maîtrise ne passe pas par la technique, mais par le cœur, pour ressentir et saisir l’essence. Quant à la musique, ce ne sont ni les airs ni les notes qui la rendent extraordinaire, c’est le cœur de l’interprète.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : The Guqin: Playing Music From the Heart

Traduit du chinois par CC