Mention par Xi Jinping du concept d’histoire du parti

Par Miao Wei
Le 22/02/2021

Tentative de lancement d’une nouvelle vague d’endoctrinement visant à falsifier l’histoire ?

 

Le 20 février, Xi Jinping a mentionné pour la première fois la « vision de l’histoire du Parti », au cours d’une réunion de mobilisation. (Image : wikimedia / Palácio do Planalto / CC BY 2.0)
Le 20 février, Xi Jinping a mentionné pour la première fois la « vision
de l’histoire du Parti », au cours d’une réunion de mobilisation.
(Image : wikimedia / Palácio do Planalto / CC BY 2.0)
 

Cette année marque le centenaire de la fondation du Parti communiste de Chine (PCC). Le secrétaire général du PCC, Xi Jinping, a participé à la réunion de mobilisation du 20 février et a prononcé un discours sur l’apprentissage de l’histoire du parti et l’éducation. Une nouvelle vague d’endoctrinement de masse, visant à falsifier l’histoire du Parti a été lancée, a déclaré RFI en citant quelques passages de ce discours.

Le 20 février, Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC), a donné le coup d’envoi d’une « réunion de mobilisation sur l’apprentissage et l’enseignement de l’histoire du Parti », au cours de laquelle il a appelé à « une compréhension correcte et une évaluation scientifique des principaux événements, réunions et personnages de l’histoire du Parti ».

L’agence de presse officielle Xinhua a publié un commentaire selon lequel « la première mention  par Xi Jinping du " concept d’histoire du parti " lors de la conférence de mobilisation a une signification profonde ». Selon l’article, Xi Jinping a d’abord proposé « d’établir une vision correcte de l’histoire du Parti », au moment crucial des « deux cents ans ». « Nous ne sommes pas des nihilistes historiques, ni des nihilistes culturels stupides, et nous ne devons pas oublier nos ancêtres et nous rabaisser nous-mêmes », a souligné Xi Jinping a plusieurs reprises.

Par la suite, RFI a publié un commentaire disant que depuis que Xi Jinping a proposé de s’opposer au « nihilisme historique », de nombreux net-citoyens ont procédé à une analyse sur ce sujet. La première question est de savoir si l’histoire du PCC peut résister à l’épreuve de l’histoire.

 

Chiang Kai-shek, l’un des représentants du Kuomintang. Plusieurs millions de troupes régulières du Kuomintang ont supporté le fardeau du champ de bataille frontal et plus de 100 généraux de haut rang sont morts, alors que l’armée du PCC a seulement renforcé ses forces sur le front arrière. (Image : wikimedia / Domaine public / CC0 1.0)
Chiang Kai-shek, l’un des représentants du Kuomintang. Plusieurs millions
de troupes régulières du Kuomintang ont supporté le fardeau du champ de
bataille frontal et plus de 100 généraux de haut rang sont morts, alors que
l’armée du PCC a seulement renforcé ses forces sur le front arrière.
(Image : wikimedia / Domaine public / CC0 1.0)
 

Par exemple, le fait que le PCC a jusqu’à présent insisté sur le fait que « le Parti communiste chinois a joué un rôle central dans la guerre de résistance nationale[1]». Alors qu’il ne mentionne pas un seul mot sur le fait historique que plusieurs millions de troupes régulières du Kuomintang ont supporté le fardeau du champ de bataille frontal et que plus de 100 généraux de haut rang sont morts, alors que l’armée du PCC a seulement renforcé ses forces sur le front arrière, comme à Yan’an, et ne s’est engagée que dans une guérilla sporadique, enregistrant seulement deux généraux tués au combat.

Le Grand bond en avant de 1958 et la famine des années 1960

Le récit de l’histoire du PCC suscite de nombreuses questions, tant dans le pays qu’à l’étranger. Plusieurs événements historiques majeurs, survenus après la création du PCC, tels que la famine du début des années 1960, ont été décrits par les autorités du PCC comme la « période de trois ans de catastrophes naturelles », puis comme la « période de trois ans de difficultés ». Mais les chercheurs ont souligné que la catastrophe a été un événement bouleversant. Mao Zedong a lancé le « Grand Bond en avant » en 1958 pour « rattraper la Grande-Bretagne et dépasser les États-Unis ». Tout le monde en Chine fabriquait du fer et de l’acier, et mangeait de grands pots de riz, ce qui a entraîné la dévastation des champs et des jardins.

 

nds pots de riz, ce qui a entraîné la dévastation des champs et des jardins. Sur le mur de cette cantine il est précisé : « Mangez gratuitement, travaillez dur ». (Image : wikimedia / Domaine public)
Le Grand Bond en avant. Tout le monde fabriquait du fer et de l’acier et mangeait de grands
pots de riz, ce qui a entraîné la dévastation des champs et des jardins. Sur le mur de cette cantine il est précisé : « Mangez gratuitement, travaillez dur ». (Image : wikimedia / Domaine public)
 

En ce qui concerne le nombre de personnes qui sont mortes dans cette catastrophe causée par l’homme, la démographe américaine Judith Bannister, qui a écrit le livre China’s Changing Population, en 1987, a estimé le nombre de personnes décédées suite à une « mort non-naturelle », à environ 30 millions. Et l’ancien correspondant de Xinhua, Yang Jisheng, a souligné dans son livre Stèles. La Grande Famine en Chine 1958-1961, que la Chine a fait mourir de faim 36 millions de personnes pendant les soi-disant « trois années de catastrophes naturelles ». Le PCC n’a aucune intention de rétablir la vérité historique et Stèles a été publié à Hong Kong en décembre 2008, et réimprimé plusieurs fois depuis lors. Il continue à bien se vendre, mais reste un livre interdit en Chine.

La Révolution culturelle et les luttes intestines à Zhongnanhai

Les luttes intestines meurtrières à Zhongnanhai ont conduit à une Révolution culturelle, qui a été caractérisée en 1981, par la sixième session plénière du onzième Comité central du PCC en 1981, comme étant « des troubles civils qui ont été déclenchés, par erreur, par les dirigeants, exploités par des groupes contre-révolutionnaires et ont entraîné de graves catastrophes pour le Parti, le pays et la population de tous les groupes ethniques ». Ainsi, le PCC n’ose toujours pas admettre directement qu’elle a été déclenchée par Mao Zedong, dans le but d’éradiquer les forces dissidentes au sein du Parti. Selon le PCC, la campagne a été utilisée par le groupe contre-révolutionnaire. Mais les observateurs pensent que le soi-disant groupe contre-révolutionnaire fait référence au député de Mao Zedong, Lin Biao, et à la Bande des quatre, dont la femme de Mao, Jiang Qing, et que Mao les a utilisés pour éradiquer les dissidents.

 

 La Révolution culturelle aurait été déclenchée par Mao Zedong, dans le but d’éradiquer les forces dissidentes au sein du Parti, dont la Bande des quatre, composée entre autres de l’épouse de Mao Jiang Qing. (Image : wikimedia / Unknown author / CC BY-SA 3.0)
 La Révolution culturelle aurait été déclenchée par Mao Zedong,
dans le but d’éradiquer les forces dissidentes au sein du Parti, dont
la Bande des quatre, composée entre autres de l’épouse de Mao Jiang
Qing. (Image : wikimedia / Unknown author / CC BY-SA 3.0)
 

Deng Xiaoping a qualifié la culpabilité de Mao Zedong, en ces termes : « les mérites l’emportent sur les démérites ». Une action si folle qui a failli faire s’effondrer la société chinoise et a tué des millions d’innocents, a été si légèrement rejetée : en confondant les deux époques avant et après la réforme. Parler de la Révolution culturelle est encore interdit jusqu’à présent.

Le massacre de la Place Tienanmen : une « agitation »

Les autorités communistes chinoises ont été réticentes à donner un chiffre pour le nombre de personnes tuées dans le mouvement pro-démocratique de 1989, qualifiant d’« agitation » un massacre universellement reconnu. En 2014, les documents déclassifiés de la Maison Blanche ont montré qu’environ 10 454 personnes ont été tuées et 40 000 blessées. Le rapport de la Maison Blanche citait un document interne de Zhongnanhai, fourni par une source de la force de la loi martiale.

Fin 2017, des documents, déclassifiés par les Archives nationales britanniques, ont révélé qu’un membre du Conseil d’État du Parti communiste a affirmé que l’incident de la place Tiananmen de 1989 avait tué au moins 10 000 civils.

Se réapproprier des mots ancestraux pour qualifier le peuple et la lutte

En outre, l’article de Xinhua précise que Xi Jinping a déclaré lors de la réunion de mobilisation sur l’apprentissage et l’enseignement de l’histoire du Parti, « L’histoire a pleinement prouvé que les rivières et les montagnes sont le peuple, et que le peuple est les rivières et les montagnes. Les cœurs et les esprits des gens sont liés à la survie du Parti ».

Le commentateur politique et économique, Qin Peng, a déclaré dans un tweet que le secrétaire général Xi Jinping avait raison lorsqu’il a déclaré : « Les rivières et les montagnes sont le peuple, et le peuple sont les rivières et les montagnes ». De cette façon, beaucoup de choses sont comprises. Il s’avère que sous la direction du Parti communiste chinois, « combattre les rivières et les montagnes » signifie combattre le peuple, et « s’asseoir sur les rivières et les montagnes »,signifie s’asseoir sur le peuple.

Commentaires des net-citoyens

Les net-citoyens ont commenté en ces termes : « Le Parti communiste combat les rivières et les montagnes, cela signifie donc que le Parti communiste combat le peuple, pas étonnant que nous vivions tous dans la peur ».

« C’est une déclaration si audacieuse, la montagne n’est-elle pas le peuple ? C’est le fondement de notre Empereur, comment le partager avec les autres ? Ce mot n’est-il pas une tentative de rébellion s’il incite les gens à être les maîtres ? Les paroles de rébellion doivent être punies par l’extermination des neuf clans ! ».

« Dans leur bouche, aucun de ces mots chinois n’a de signification exacte. Deng est le fils du peuple, le Parti est la mère du peuple, le Parti est le grand-père de Deng. Le peuple est les rivières et les montagnes, alors le Parti est la mère des rivières et des montagnes. Jeux de mots, absurdités, charabia… Avec le pouvoir, on peut à volonté bourrer le vocabulaire chinois de scories ».


Notes :[1]La guerre anti japonaise


Traduit par Charlotte Clémence

Version en chinois : 习近平首提党史观 法广:灌输伪党史的热潮开场