Les yeux des ténèbres : Une œuvre de fiction ou une prophétie ?

Par Vision Times
Le 20/02/2020
«Les yeux des ténèbres», écrit il y a près de 40 ans, raconte comment le Parti communiste chinois (PCC) a créé un virus mortel dans un laboratoire secret de la banlieue de Wuhan. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les yeux des ténèbres, écrit il y a près de 40 ans, raconte comment le Parti communiste chinois (PCC) a créé un virus mortel dans un laboratoire secret de la banlieue de Wuhan. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

L’écrivain américain de suspense Dean Koontz a publié en 1981 un roman à succès intitulé The Eyes of Darkness. Ce thriller noir, écrit il y a près de 40 ans, raconte comment le Parti communiste chinois (PCC) a créé un virus mortel appelé Wuhan-400 dans un laboratoire secret de la banlieue de Wuhan, de la province du Hubei. Ce virus, dit l’intrigue, est conçu à dessein comme une arme biologique et chimique. Il est hautement infectieux et 100 % mortel. À bien des égards, l’œuvre de fiction de Koontz présente d’étranges similitudes avec l’épidémie actuelle du coronavirus COVID-19.

Dans Les Yeux des Ténèbres, le personnage, Li Chen, un scientifique communiste chinois, révèle secrètement aux États-Unis des informations sur le danger de l’arme biologique Wuhan-400. Le Wuhan-400 est un virus fabriqué dans un laboratoire de la périphérie de Wuhan et est la 400ème souche de microbes artificiels. Le PCC l’utilise pour éliminer les dissidents. C’est une arme biologique parfaite, suffisante pour détruire une ville ou un pays. Elle a été fabriquée à partir d’expériences sur d’innombrables prisonniers politiques.

 

Le Wuhan-400 est unique en ce sens que le virus n’infecte que les humains. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Le Wuhan-400 est unique en ce sens que le virus n’infecte que les humains. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Wuhan-400 est unique dans la mesure où le virus n’infecte que les humains. Le porteur devient contagieux quatre heures après avoir été en contact avec le virus. Le cerveau est détruit en partie, le fonctionnement des organes se détériore, le pouls et la respiration s’arrêtent, personne ne peut vivre plus de 24 heures, et la plupart des gens meurent dans les 12 heures. Ce virus a un taux de mortalité de 100 %, et est bien plus effrayant que le virus Ebola en Afrique.

En outre, le Wuhan-400, tel qu’il est décrit, ne peut survivre plus d’une minute en dehors du corps humain vivant, et lorsque la personne est infectée par le virus et que la température du corps tombe en dessous de 30°C, il meurt. Cela permet au PCC de détruire les preuves après utilisation. Bien que le Parti communiste chinois n’ait pas pu trouver d’anticorps ou de vaccins contre le Wuhan-400, l’armée américaine, en coopération avec Li Chen, a finalement réussi à développer un vaccin contre le virus.

 

«The Eyes of Darkness» est un roman à suspense de l’écrivain américain Dean Koontz, sorti en 1981. (Image : Abe Books)
The Eyes of Darkness est un roman à suspense de
l’écrivain américain Dean Koontz, sorti en 1981.
(Image : Abe Books)
 

D’où vient donc le coronavirus COVID-19 ? Beaucoup soupçonnent que le virus à l’origine de la véritable épidémie de Wuhan a été produit par le PCC. Bien que le PCC affirme que le nouveau coronavirus provient du marché aux fruits de mer du sud de la Chine à Wuhan, cette affirmation a été largement contestée. L’Institut de virologie de Wuhan (WVRI), lié au programme de guerre biologique de la Chine, serait à l’origine du virus.

Lors d’une audition de la commission sénatoriale des services armés, le 30 janvier, le sénateur républicain Tom Cotton a accusé les autorités du parti de tromper le public et de dissimuler l’épidémie. Il pense que le virus pourrait provenir du laboratoire de biosécurité de niveau 4 (ou P4) de l’Institut de virologie de Wuhan, plutôt que du marché aux fruits de mer comme le prétendent les responsables du PCC.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : ‘The Eyes of Darkness’: A Work of Fiction or Prophecy?

Traduit du chinois en anglais par Yi Ming