Confinement : répercussion sur l’éducation des enfants

Par Troy Oakes
Le 15/05/2020
La fermeture des écoles a entraîné un changement d’attitude chez les parents quant à savoir qui devrait être responsable de l’éducation de leurs enfants. (Image : mohamed Hassan / Pixabay)
La fermeture des écoles a entraîné un changement d’attitude chez les parents quant à savoir qui devrait être responsable de l’éducation de leurs enfants. (Image : mohamed Hassan / Pixabay)
 

La fermeture des écoles a entraîné un changement d’attitude chez les parents, quant à savoir qui devrait être responsable de l’éducation de leurs enfants, comme le montre une nouvelle enquête approfondie. Les familles ont davantage tendance à penser , depuis le début de la pandémie du virus du PCC, qu’elles devraient s’impliquer dans l’éducation de leurs enfants, comme le montre une recherche du Centre pour la mobilité sociale de l’université d’Exeter.

L’enquête, conçue conjointement avec le Centre pour l’éducation et la jeunesse, a été réalisée en ligne pour permettre aux parents et aux enseignants de tout le pays de partager leurs expériences et leurs préoccupations concernant les fermetures d’écoles. Environ 2 200 personnes ont participé à l’enquête au cours du mois d’avril. Au total, 35 % des parents ont déclaré qu’avant la fermeture des écoles, ils pensaient que l’éducation des enfants était de la responsabilité des écoles, contre 7 % après la fermeture.

 

Environ la moitié des enseignants qui ont participé à l’enquête ont déclaré qu’ils pensaient que leur expérience de l’enseignement hors site, aurait un impact positif sur leur façon d’enseigner, une fois que les enfants retourneraient en classe. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Environ la moitié des enseignants qui ont participé à l’enquête ont déclaré qu’ils pensaient que leur expérience de l’enseignement hors site, aurait un impact positif sur leur façon d’enseigner, une fois que les enfants retourneraient en classe. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Environ 60 % des personnes interrogées considéraient l’éducation comme une responsabilité partagée entre les enseignants et les parents. Ce pourcentage est tombé à 38 %. Au total, 5 % ont déclaré qu’avant la fermeture, ils pensaient que l’éducation était de la responsabilité des parents, après la fermeture, ce chiffre est passé à 55 %. L’enquête montre également que 1/5ème des parents qui ont participé à la recherche envisageraient d’éduquer leurs enfants à la maison après le confinement dû au Covid-19, s'ils étaient payés pour le faire. 21% de ceux qui ont répondu ont déclaré qu’ils souhaiteraient éduquer leurs enfants à temps partiel dès la réouverture des écoles, s’ils étaient payés pour le faire.

 

Les élèves ont déclaré qu’ils trouvaient l’apprentissage à la maison ennuyeux, stressant et répétitif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les élèves ont déclaré qu’ils trouvaient l’apprentissage à la maison ennuyeux, stressant et répétitif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Près de trois quarts des enseignants qui ont répondu à l’enquête, soit 72 %, ont déclaré que la fermeture des écoles aurait un impact négatif sur le bien-être et la sécurité des élèves, tandis qu’environ 1 sur 10 estimait que cela ne ferait aucune différence. De nombreux parents qui ont participé à l’enquête ont déclaré qu’ils appréciaient la possibilité de passer plus de temps avec leurs enfants, mais qu’ils se sentaient également fatigués, stressés et anxieux quant à leur capacité à jongler avec le travail, l’école à la maison et leurs propres besoins. Les élèves ont déclaré qu’ils trouvaient l’apprentissage à la maison ennuyeux, stressant et répétitif, mais beaucoup ont également déclaré qu’ils trouvaient plus de temps pour se détendre, et certains ont dit que leur santé s’était améliorée sans la pression des examens.

La moitié des parents ont déclaré que leur principal objectif en matière d’enseignement à domicile était d’assurer une continuité avec l’apprentissage scolaire antérieur de leur enfant, tandis qu’un quart ont déclaré que leur but était d’offrir un éventail d’expériences plus large que celui que leur enfant avait normalement en classe, et 25 % ont déclaré qu’ils essayaient de garder leurs enfants occupés jusqu’à la réouverture des écoles. Les parents dont les enfants nécessitent des besoins éducatifs spéciaux, ou avec des handicaps, sont confrontés à des défis particuliers. Un parent a déclaré : « Mon enfant est autiste et a trouvé la fermeture des écoles très difficile. Son école, ses amis, son professeur et sa routine lui manquent. Il est très triste de manquer les expériences de la sixième année. Il est très inquiet de ne pas pouvoir retourner à l’école avant la fin de l’année ».

« Il travaille dur à la maison parce que le travail est imposé par son enseignant, mais il manque la contribution de la classe et il a besoin de beaucoup d’aide et d’encouragements dans certains domaines du programme scolaire ».

 

Au total, 38 % des enseignants qui ont participé ont déclaré qu’ils ne pensaient pas que le confinement aurait un impact sur leur enseignement et 6 % ont déclaré qu’il aurait un impact négatif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Au total, 38 % des enseignants qui ont participé ont déclaré qu’ils ne pensaient pas que le confinement aurait un impact sur leur enseignement et 6 % ont déclaré qu’il aurait un impact négatif. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

De manière plus générale, les parents ressentent la pression, mais ils ont également déclaré avoir trouvé quelques éléments positifs. Un autre parent a déclaré : « Je travaille à la maison et il est très difficile de superviser le travail scolaire de deux enfants, tout en travaillant. Je me sens stressée par le fait que je ne fais pas un assez bon travail et que leur éducation en souffrira. Je suis tellement fatiguée à la fin de chaque journée que j’ai pleuré plusieurs fois ».

« D’un autre côté, c’est agréable de passer autant de temps avec les enfants et ils semblent heureux ».

De nombreux enseignants ont souligné les défis inhérents à l’apprentissage hors site. Cependant, environ la moitié des enseignants qui ont participé à l’étude ont déclaré qu’ils pensaient que leur expérience de l’enseignement hors site aurait un impact positif sur leur enseignement une fois que les enfants retourneraient en classe. Au total, 38 % des enseignants qui ont participé à l’étude ont déclaré qu'ils ne pensaient pas que le confinement aurait un impact sur leur enseignement, et 6 % ont déclaré qu’il aurait un impact négatif. Le professeur Anna Mountford-Zimdars, directrice académique du Centre pour la mobilité sociale de l’Université d’Exeter, a déclaré : « Notre enquête brosse un tableau du bien-être actuel des parents, des tuteurs, des enfants et des enseignants, seulement quelques semaines après ce changement majeur dans la vie des enfants. Nous pouvons constater que leurs opinions ont rapidement évolué, ce qui aura probablement un impact sur l’éducation à l’avenir ».

« Notre objectif est d’analyser rapidement nos conclusions afin de pouvoir les communiquer au gouvernement et aux autres personnes qui soutiennent les enfants et les familles ».


Fourni par : Université d’Exeter (Note : le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Attitudes Change Over Responsibility for Children’s Education