Achats compulsifs : Solution à court terme

Par Vision Times
Le 14/05/2020
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous aviez acheté des choses dont vous n’aviez pas vraiment l’utilité ? (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous aviez acheté des choses dont vous n’aviez pas vraiment l’utilité ? (Image : gonghuimin468 / Pixabay)
 

Avec tout ce temps passé à la maison, vous avez dû, à un moment donné, faire un bilan de tout ce qui était présent dans la maison et vous demander : « D’où viennent toutes ces choses ? » Si vous prenez le temps d’approfondir cette question, vous trouverez certainement des réponses fort interessantes. Vous commencez à sonder le fond du problème et l’un des moments les plus poignants sera celui où vous tenterez de savoir pourquoi vous avez acheté des choses dont vous n’aviez pas vraiment besoin.

Prendre ses responsabilités

Vous vous retrouvez maintenant face à toutes les excuses qui vous ont conduit à ce stade. Vous commencez à blâmer le marketing agressif, les programmes des entreprises, la pression des pairs, ou peut-être même les voisins. Cependant, tout se résume au fait que personne ne vous a forcé à cliquer sur le bouton « Acheter » ou à utiliser votre carte de crédit. C’est vous-même qui avez pris la décision.

Ce qui est fascinant, c’est qu’une fois que vous pourrez commencer à répondre honnêtement à ces questions, vous vous sentirez libérés et disposés à hiérarchiser vos ressources pour quelque chose de plus valable que des biens matériels inutiles.

Etablir le lien entre le bonheur et les « choses »

Selon Forbes : « Une fois que tous nos besoins de base ont été satisfaits, la consommation doit dépasser les besoins. Malheureusement, cela devient trop souvent l’occasion d’exposer au monde notre richesse, notre importance et notre réussite financière. »

 

Les gens aspirent toujours aux choses coûteuses, comme les maisons et les voitures de luxe, etc.(Image : ErikaWittlieb / Pixabay)
Les gens aspirent toujours aux choses coûteuses, comme les maisons et les voitures de luxe, etc.(Image : ErikaWittlieb / Pixabay)
 

C’est quelque chose de difficile à admettre, et pourtant, au bout du compte, on nous a fait  subir un lavage de cerveau en nous faisant croire que nous gagnons de l’argent pour collectionner des choses qui nous apporteront davantage de bien-être. Qui plus est, ce « sentiment de bien-être » est tout à fait relatif.

L’envie est ici l’un des principaux moteurs. Nous avons besoin d’une maison plus grande, d’une voiture plus rapide, de vêtements à la mode, non pas pour nous rendre heureux, mais pour convaincre les autres autour de nous. Ce qui est décevant à ce sujet, c’est que ce « bonheur » est incroyablement éphémère.

Combler le vide

En vieillissant, nous devrions nous assagir, apprendre à accepter nos défauts, et reconnaître les meilleures facettes de notre personnalité et les améliorer. Cependant, le plus souvent, cela n’est pas le cas. Il nous arrive constamment dans la  vie de jouer des rôles qui  n’ont rien à voir avec notre véritable personnalité. Nous avons le sentiment de « vouloir » et, au lieu de travailler sur ces questions par un travail acharné et des pensées positives et  puissantes, notre vide se comble à l’aide de compromis, de choses matérielles qui tiennent lieu seulement d’artifices passagers.

La publicité, une arme vraiment efficace

Nous sommes constamment victimes de matraquage publicitaire. Selon certaines études, le consommateur  moyen est exposé à environ 5 000 messages publicitaires par jour. Une grande partie de ces messages publicitaires se retrouve sur nos téléphones, et nos esprits ont été détournés à notre insu. Le message est essentiellement le même : « Vous devez acheter ceci pour améliorer votre vie »,« Il vous manque quelque chose et nous pouvons vous le donner dès maintenant ». Avec le temps, votre esprit n’a d’autre choix que de croire ces mensonges et d’agir en conséquence.

Le poids de l’incertitude

Selon ZenHabits : « La raison qui guide nos achats provient d’un sentiment : le sentiment d’incertitude. Il s’agit de l’absence de fondement, de la fragilité et de l’insécurité sous-jacentes que nous ressentons pour l’avenir et le moment présent. » Nous ne sommes jamais à l’aise avec l’incertitude.

 

Nous ne sommes jamais à l’aise avec l’incertitude. (Image : Jan Pražák / Pixabay)
Nous ne sommes jamais à l’aise avec l’incertitude. (Image : Jan Pražák / Pixabay)
 

Nous ne pouvons pas nous contenter de rester dans l’incertitude. Les gens font face à cette situation de façon différente. Il y a certainement des moyens d’aborder cela de manière positive, mais malheureusement, aujourd’hui, nous subissons tellement de stress provenant de tant de directions différentes que nous n’avons tout simplement pas le temps de traiter cela de la bonne manière. Plus important encore, nous avons aujourd’hui les moyens de nous débarrasser de ce sentiment le plus rapidement possible. Le traitement éclair est la réponse la plus rapide pour faire face à nos incertitudes, mais malheureusement, le résultat est que nous finissons par acheter des choses dont nous n’avons pas vraiment besoin.


Traduit par Marlène Deloumeaux

Version en anglais : Retail Therapy: Short-Term Relief to a Deeper Problem