Les subtilités de la musique traditionnelle serbe

Par Vision Times
Le 06/07/2020
La musique serbe a des influences de l’Est et de l’Ouest. (Image:  Laslovarga / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)
La musique serbe a des influences de l’Est et de l’Ouest. (Image:  Laslovarga / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)
 

La musique folklorique traditionnelle serbe a plusieurs influences, tant de l’Est que de l’Ouest. Parmi elles, les formes musicales turques et balkaniques ont exercé la plus forte influence. Au cours des deux derniers siècles, l’influence de la musique occidentale s’est accentuée. Un vieux proverbe serbe dit que « Celui qui chante ne pense pas au mal », ce qui décrit parfaitement la façon dont les habitants de la région voient la musique.

Formes de musique traditionnelle

L’un des styles de musique populaire s’appelle Dodolas, il est généralement accompagné de danse. « C’est une tradition païenne que l’on retrouve dans les Balkans. Elle est exécutée pendant la période sèche s’il n’y a pas assez de pluie. Une fille ou un groupe de filles décorées de feuilles et de fleurs, qui chantent et dansent dans les rues du village, s’arrêtent dans chaque maison. Les hôtes les aspergent d’eau. Elles peuvent aller d’un village à l’autre et prier pour la pluie en chantant et en dansant », selon Folk Cloud.

La poésie épique serbe est une forme de poésie qui fournit une description embellie des événements historiques, des personnes et de la mythologie. Ces poèmes épiques sont chantés accompagnés d’un instrument à cordes appelé Gusle. Ces poèmes étaient extrêmement populaires au Moyen-Âge. Pendant la conquête de la Serbie par les Ottomans, l’influence turque s’est renforcée.

La musique folklorique serbe est classée en deux groupes : urbaine (starogradska muzika) et rurale (izvorna muzika). Ces chants sont accompagnés d’une danse appelée kolo, une forme de danse en cercle dans laquelle les danseurs n’exécutent aucun mouvement au-dessus de leur taille. Dans les années 70, la musique folklorique serbe a commencé à absorber des éléments de la musique asiatique, créant ainsi une troisième catégorie appelée novokomponovana muzika (musique nouvellement composée).

 

Stevan Mokranjac est connu comme le « Père de la musique serbe ». (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Stevan Mokranjac est connu comme le « Père de la musique serbe ». (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Au XIXe siècle, les Serbes ont commencé à pratiquer la musique classique européenne, qui a ensuite enrichi la culture musicale du pays. Stevan Mokranjac (1856-1914) est considéré comme le plus important musicien de la musique serbe moderne. En fait, il est appelé le « Père de la musique serbe » et a créé les chants que de nombreux compositeurs serbes utilisent comme base du chant sacré moderne.

Instruments traditionnels

Le gusle est un instrument à cordes qui a un ventre en peau et un dos rond en bois. Les musiciens jouent de l’instrument en position verticale avec un archet courbé. Il n’y a pas de touche dans l’instrument. Pour arrêter la vibration de la corde, le musicien doit appliquer une pression latérale.

 

Un gusle est un instrument à cordes. (Image : Orjen / Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
Un gusle est un instrument à cordes. (Image : Orjen Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
 

Un shargia est un instrument à cordes pincées qui peut avoir de 4 à 12 cordes. Le nom de l’instrument vient du terme turc « sarki », qui signifie « L’Orient ». Les joueurs utilisent généralement la corde la plus haute pour jouer la mélodie et les autres cordes pour l’accompagnement. La Zurla est un instrument en bois en forme de cylindre qui s’élargit au bout. Comme le son de la zurla a tendance à être fort, l’instrument n’est généralement joué qu’en extérieur.

Une frula est une flûte en bois. Elle se joue verticalement et comporte six trous. Les bergers jouaient de cet instrument lorsqu’ils s’occupaient des animaux. Une variante de cet instrument est la double frula, qui possède deux tuyaux parallèles l’un à l’autre, chacun d’eux ayant un bec. La gaida est un instrument qui utilise des anches pour accumuler de l’air dans un sac. Le joueur produit ensuite de la musique par les huit trous de la gaidunitsa, qui est le tuyau de l’instrument.


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : The Fine Tunes of Traditional Serbian Music