Un itinérant : Hong Kong est fondamentalement différent de Pékin

Par Vision Times
Le 23/09/2020
Un jeune itinérant instruit, né en Chine continentale, décrit le contraste entre la vie à Hong Kong et en Chine continentale. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Un jeune itinérant instruit, né en Chine continentale, décrit le contraste entre la vie à Hong Kong et en Chine continentale. (Image : Capture d’écran / YouTube)  
 

William Guo est né à Pékin à la fin des années 1980. Il fait partie d’un groupe de jeunes itinérants instruits de Chine continentale vivant et travaillant à Hong Kong. Il a travaillé une fois pour le groupe Alibaba et a également fait partie d’une société informatique de Hong Kong pendant de nombreuses années, en tant qu’ingénieur principal.

Dans une interview accordée aux médias, William Guo a mentionné que ses pairs s’inquiétaient de l’initiative concernant l’expérimentation de la monnaie numérique nationale dans quatre grandes banques d’État chinoises à Shenzhen et dans d’autres villes. Lorsque la question a été soulevée pour la première fois, beaucoup d’opinions négatives sont apparues sur Internet en Chine, mais ces voix sont rapidement « devenues harmonieuses ».

« " Devenir harmonieux ", est un mot à la mode sur Internet en Chine, qui signifie que les contenus publiés qui diffèrent de la politique du Parti communiste chinois (PCC) sont supprimés de force, car il est interdit de s’exprimer contre le régime » a déclaré William Guo : « Je ne veux pas redevenir harmonieux ».

 

William Guo a fait l’expérience de la liberté et de la démocratie dans sa vie quotidienne et sait que « le PCC peut tout vous prendre à tout moment ». (Image : Xu Xiuhui / The Epoch Times)
William Guo a fait l’expérience de la liberté et de la démocratie dans sa vie quotidienne et sait que « le PCC peut tout vous prendre à tout moment ». (Image : Xu Xiuhui / The Epoch Times)
 

William Guo a déclaré : « Comme le PCC contrôle strictement l’Internet, toute opinion différente de celle du Comité central du parti sera supprimée au bout de dix minutes. »

La situation actuelle en Chine s’avère bien plus terrible que ce que l’on peut imaginer. William Guo a déclaré : « En ce qui concerne les Neuf Commentaires sur le Parti communiste, quand je l’ai lu auparavant, je pensais que c’était un langage pour décrire son organisation. Mais récemment, j’ai eu des idées différentes. Le PCC est mauvais. La guerre entre le monde libre et le PCC est comme un concours entre la justice et le mal. C’est vraiment comme ça ».

Il a ajouté : « Beaucoup d’itinérants de Hong Kong ont ce sentiment. Quand vous arrivez dans le port chinois de Shenzhen, vous devez solidement tenir la main de votre enfant, mais à Hong Kong, vous avez un sentiment de sécurité. »

 

De nombreux itinérants en provenance de Hong Kong ne se sentent pas en sécurité à leur arrivée dans le port chinois de Shenzhen. (Image : Capture d’écran / YouTube)
De nombreux itinérants en provenance de Hong Kong ne se sentent pas en sécurité à leur arrivée dans le port chinois de Shenzhen. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

En juin 2011, William Guo a participé à son premier mouvement social à Hong Kong. Ayant été influencé par la propagande du PCC durant son enfance, Guo a toujours eu le sentiment que le massacre de la place Tiananmen du 4 juin 1989 (connu en Chine continentale sous le nom d’« incident du 4 juin » ) s’était produit parce que les deux camps insistaient sur leurs propres opinions. Son éducation l’a poussé à croire que l’évènement du 4 juin était une manifestation contre-révolutionnaire menée par des étudiants. Cependant, grâce à Internet, Guo a appris que les étudiants et les citoyens impliqués soutenaient la lutte contre la corruption et la démocratie.

Il a déclaré : « Peut-être que certaines personnes bénéficiant d’une formation en logique peuvent trouver des failles déraisonnables dans les annonces du PCC. Mais la plupart des gens regardent le reportage de la chaîne d’information en boucle et ils vont naturellement croire ce que dit le PCC ». La participation de William Guo à l’activité de commémoration du 4 juin dans le parc Victoria ne l’a pas trop touché. À l’époque, il était là par simple curiosité. C’était juste quelque chose à faire, comme aller au cinéma. Participer à des activités ordinaires et faire l’expérience de la liberté et de la démocratie ne sont qu’une partie de la vie quotidienne des habitants de Hong Kong.

William Guo se souvient que dès qu’il avait quitté la station de métro Tin Hau, il avait vu des panneaux indiquant clairement la route, ainsi que la police qui dirigeait la circulation. Les gens entraient dans le parc Victoria à partir de différents carrefours, et beaucoup de gens étaient assis par terre. Une femme se trouvant à côté de lui participait avec son enfant.

Ce qui effraie le plus William Guo, c’est que « le PCC peut altérer votre mémoire ». Il a dit : « Les gens ne remettront pas en question leurs croyances fondamentales et ce qu’ils considèrent comme acquis. Dès son plus jeune âge, le peuple chinois rejoint les Jeunes Pionniers et la Ligue de la Jeunesse Communiste. Certaines personnes sont également affiliées au Parti communiste ». Pour de nombreux Chinois qui ont grandi sous le système du PCC, le PCC est la seule autorité à laquelle croire. La Chine n’a pas de médias indépendants, et la société entière se précipite vers l’apocalypse.

Après le mouvement anti-extradition de Hong Kong en 2019, William Guo a découvert que seuls quelques médias rapportaient des nouvelles réelles, à Hong Kong. Il a déclaré « À l’exception de The Epoch Times, NTD, et Apple Daily, presque aucun média n’a rapporté la vérité. »

Auparavant, William Guo lisait toujours de manière critique des journaux comme The Epoch Times, censurés en Chine. Mais après les protestations à Hong Kong, il a réalisé que la propagande du PCC l’avait profondément influencé dans le passé.

 

« Lorsque vous avez bénéficié de l’État de droit et que vous comprenez comment les hommes devraient vivre, il vous est difficile de renoncer à ces droits fondamentaux ». (Image : Capture d’écran / YouTube)
« Lorsque vous avez bénéficié de l’État de droit et que vous comprenez comment les hommes devraient vivre, il vous est difficile de renoncer à ces droits fondamentaux ». (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Il a dit : « Lorsque vous avez bénéficié de l’État de droit et que vous comprenez comment les hommes devraient vivre, il vous est difficile de renoncer à ces droits fondamentaux ».

William Guo pense que le peuple chinois vit maintenant dans une cage et fait face à la « terreur blanche », un terme qui a été utilisé pour décrire de multiples périodes de persécution et de répressions politiques tout au long de l’histoire. Les souffrances infligées aux gens sous le système du PCC ont dépassé l’imagination et les gens ont eu du mal à survivre. La Chine a besoin de médias indépendants pour garder un œil sur le gouvernement et parler au nom du peuple. Il a cité ce que Jimmy Lai, fondateur de Next Media, a dit pour illustrer son sentiment en faveur de Hong Kong : « Je veux juste être un être humain ».


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Hong Kong Is Fundamentally Different to Beijing

Traduit du chinois par Joseph Wu