Nouvel an, entre tradition et superstition

Par Catherine Keller
Le 30/12/2019

Le nouvel an varie d’une région à l’autre, d’une culture à l’autre. Même en Europe, le Nouvel An n’a pas toujours été célébré le 1er janvier. Il était fêté au mois de mars, qui signifiait premier mois dans l’antique calendrier romain, comme le suggère l’étymologie tout comme pour les mois de septembre (septième mois), octobre (huitième mois), novembre (neuvième mois) et décembre (dixième mois). Puis il y a eu le calendrier Julien encore utilisé dans les pays orthodoxes qui a 15 jours de retard sur le grégorien. D’autres calendriers fêtent la nouvelle année après les récoltes ou suivant le calendrier lunaire ou religieux.

Fêter le nouvel an, c’est un peu comme faire le ménage pour repartir à neuf. C’est donc l’occasion de nettoyer sa maison, de se débarrasser de tout ce qui est périmé et inutile et de faire peau neuve avec de nouveaux habits, de bonnes résolutions. Dans plusieurs pays on a coutume de faire du bruit pour chasser les mauvais esprits et purifier l’ambiance. Cette fête du renouveau permet de festoyer autour d’un repas riche qui met en avant les traditions culinaires de chaque région. La bonne humeur et la joie sont palpables car il y a toujours l’espoir d’un avenir meilleur. Prédire l’année à venir avec toutes sortes de rituels est courant.

Petit tour du monde en suivant les créneaux horaires

+ 12
Les premiers à fêter le nouvel an sont les Néo-Zélandais. À l’approche de minuit, c’est un concert de casseroles, de feux d’artifices et de musiques sur lesquelles on danse, boit et trouve parfois l’âme sœur. Il faut dire que c’est l’été là-bas, un bon moment pour aller visiter ce magnifique pays.

+ 9
Au Japon, c’est un passage qui permet de se purifier. Les festivités débutent le matin par un grand ménage puis on place à l’entrée de la maison une couronne pour inviter les dieux et un porte-bonheur pour chasser les mauvais esprits. C’est aussi l’occasion de prendre un bain dans un Osen, un bain thermal, pour purifier le corps et l’esprit. Le repas du soir se compose d’un délicieux bouillon de nouilles sensé apporter la richesse. Vers minuit, dans les temples bouddhistes, on sonne 108 coups de cloche pour purifier l’esprit des désirs et attachements et repartir pour une nouvelle année sur de bonnes bases.Les Japonais vont au temple et laissent leur maison libre pour les esprits. Il est coutume, à l’aube, de contempler le premier lever de soleil de l’année.

 

C’est à Sydney qu’on peut admirer les plus beaux feux d’artifices. (Image : Tom Hill / Pixabay)
C’est à Sydney qu’on peut admirer les plus beaux feux d’artifices. (Image : Tom Hill / Pixabay)
 

Fêter le Nouvel An en Australie est très prisé, particulièrement  à Sydney ou l’on peut admirer les plus beaux feux d’artifices. Plus tôt dans la journée des acrobaties aériennes et des spectacles aborigènes divertissent. Après minuit, la nuit se termine dans les boites de nuits.

+ 8
Aux Philippines, le rond est symbole de prospérité et de santé. C’est pour cela que le repas de fête contient tous les fruits ronds.

+ 7

La tradition veut que l’on fasse la tournée des temples. (Image : Michelle Maria / Pixabay)
La tradition veut que l’on fasse la tournée des temples. (Image : Michelle Maria / Pixabay)
 

En Thaïlande, visiter les neuf temples officiels en une journée permet de réduire son karma. Un vrai challenge.
 

+ 12 à + 4

Le 31 décembre est le soir des cadeaux en Russie. (Image par Анастасия Гепп / Pixabay)
Le 31 décembre est le soir des cadeaux en Russie. (Image : Pixabay)


La Russie est un grand pays qui couvre 8 créneaux horaires. C’est un pays orthodoxe dans sa grande majorité. On y fête la naissance de Jésus le 7 janvier. Le 31 décembre  est devenu une fête importante sous l’ère soviétique, Noël étant interdit. Les familles et les amis se réunissent. Le sapin de Noël est là et le père Noël, Ded Moroz (qui signifie Grand-père Gel) accompagné de sa fille Snegourotchka, donnent des spectacles et apportent les cadeaux. On se retrouve autour d’un repas riche composé de beaucoup de salades et de viandes. Au dessert on sert des mandarines,  le tout arrosé de champagne et autres boissons enivrantes. Vers minuit, le discours du président à la télévision est très suivi. Dans les grandes villes, on tire des feux d’artifices. Une tradition russe consiste à écrire un vœu sur un bout de papier, avant de le bruler, et de mettre les cendres au fond de la coupe de champagne. Le boire avant la fin des douze coups de minuit serait une garantie pour que le vœu se réalise au cours de l’année.

+ 3
Bien que de religion musulmane, la Turquie fête aussi le Nouvel An en famille ou entres amis, à la maison ou dans des établissements. À Istanbul, le sapin de Noël devient le sapin du Nouvel An et c’est le 31 que l’on s’offre des cadeaux. Petite particularité turque : les femmes portent des sous-vêtements rouges comme porte bonheur.

+ 2
En Finlande, une coutume consiste à fondre de l’étain et le verser dans un seau d’eau froide. En se refroidissant, cela crée des formes qui seront interprétées pour prédire l’avenir. Une autre coutume est de casser la vieille vaisselle au moment du passage à la nouvelle année. Le bruit est sensé chasser les mauvais esprits et clore l’année écoulée pour repartir à neuf.

En Roumanie, il est coutume pour les agriculteurs de rendre visite à leur bétail très tôt le 1er janvier et de leur parler. Il parait que c’est le meilleur moment pour communiquer.

En Grèce, la tradition veut que l’on place des bijoux au milieu de la table à manger pour apporter la prospérité. À la fin du repas, la table est laissée garnie, pour que le père Noël, nommé Vassilis, puisse se rassasier lorsqu’il apporte les cadeaux. Pour attirer la chance, on attache une grenade à la porte de la maison et on la jette par terre à minuit.

 

Carnaval noir traditionnel du 2 janvier. (peakpx)
Carnaval noir traditionnel du 2 janvier. (peakpx)
 

En Afrique du Sud, on fête le réveillon à deux reprises, le 31 décembre à minuit, pour le nouvel an traditionnel des Blancs, puis le  2 janvier car durant l’apartheid, les Noirs n’avaient pas le droit de le fêter en même temps que les Blancs. Le «Coon Carnival» du 2 janvier est un fête populaire ou l’on se maquille et se déguise, cette fête dure toute la journée.

+ 1

Le 1er janvier, on se promène facilement dans la nature souvent enneigée. (Image : Jörg Vieli / Pixabay)
Le 1er janvier, on se promène facilement dans la nature souvent enneigée. (Image : Jörg Vieli / Pixabay)


Dans les pays du nord, les gens fêtent le Nouvel An autour d’un repas copieux et bien arrosé avant de sortir pour voir les feux d’artifices et continuer la fête jusqu’au matin. Le 1er janvier, beaucoup écoutent les traditionnelles valses de Vienne ou vont se promener dans la nature.

En Pologne, le nouvel an annonce le début du carnaval. Il y a beaucoup de fêtes, de danses, notamment la polonaise. Une tradition venue de l’aristocratie consiste a rendre visite à ses proches en traineau et à leur apporter des repas et à se divertir.

En Hongrie, pour chasser les mauvais esprits, on fait du bruit à l’aide de fouets ou, plus récemment, de cornes dans lesquelles on souffle. Les filles qui souhaitent se marier inscrivent le nom du garçon sur un papier qu’elles mettent dans des boulettes avant de les jeter dans l’eau bouillante. Si la première boulette qui remonte porte le nom du garçon, ce sera son futur mari. Budapest est une destination tendance pour le nouvel an. Les feux d’artifice sur le Danube sont magnifiques, partout il y a de la musique, de la joie, sans oublier les thermes de la capitale qui sont particulièrement beaux.

L’Autriche est connue dans le monde entier pour ses valses diffusées le 1er janvier. Il n’est pas étonnant de voir les gens sortir à minuit dans les rues pour danser une valse viennoise.

 

Les Allemands s’offrent des porte-bonheurs : souvent un trèfle, un ramoneur ou un fer à cheval. (Image : Gerhard Gellinger / Pixabay)
Les Allemands s’offrent des porte-bonheurs : souvent un trèfle, un ramoneur ou un fer à cheval. (Image : Gerhard Gellinger / Pixabay)
 

Le réveillon allemand commence par un bon repas. On y boit du «Feuerzangenbowle» (vin chaud au rhum brûlé) et du champagne. On lit son avenir dans du plomb fondu, et non dans de l’étain comme en Allemagne, mais le procédé est le même. Il est coutume de s’offrir un trèfle, un ramoneur ou un fer à cheval en massepain pour attirer la chance.

En Italie, la star du repas de Nouvel An est la lentille. En manger apporterait argent et bonne fortune. Le nouvel an italien est riche en coutumes, l’une d’elles consiste à brûler une bûche avant le jour du Nouvel An pour chasser les mauvais esprits et à inviter la Vierge Marie à réchauffer le nouveau-né Jésus. Dans les grandes villes italiennes, la culture imprègne les murs et passer le Nouvel An là-bas apporte une touche romantique, surtout à Venise où l’on peut voir les feux d'artifices au dessus des canaux et faire la fête sur la place Saint Marc.

En Suisse, plus particulièrement en Appenzell, dans les montagnes, une tradition perdure depuis fort longtemps. Dans la nuit glaciale, les hommes se déguisent avec des costumes traditionnels ou avec des branches de sapins. Ils portent sur la tête des coiffes imposantes ornées de miniatures en bois représentant des scènes de la vie quotidienne. Ils portent de grosses cloches de vaches et sillonnent les alpages et les villages en chantant le Yodel pour éloigner les mauvais esprits. Lorsque le calendrier grégorien fut imposé, beaucoup n’était pas d’accord, alors, comme en Suisse on fait des compromis, le Nouvel An se fête deux fois, le 31 décembre et le 13 janvier, sûr que les mauvais esprits n’ont qu’à bien se tenir.

Pour beaucoup de Belges, la coutume du Nouvel An consiste à manger une bonne choucroute composée de chou, de saucisses, de pommes de terre et de lard, le tout arrosé de quelques centilitres de bière mais le plus important pour s’assurer d’avoir assez d’argent tout au long de l’année, c’est de tenir fermement dans sa main une pièce de monnaie. Les agriculteurs souhaitent aussi la bonne année à leurs animaux domestiques.

 

Le 1er janvier, des milliers de personnes se baignent à Scheveningen. (Image : Rudy and Peter Skitterians / Pixabay)
Le 1er janvier, des milliers de personnes se baignent à Scheveningen. (Image : Rudy and Peter Skitterians / Pixabay)
 

Chaque année, le 1er janvier, des milliers de personnes se baignent à Scheveningen, la principale station balnéaire des Pays-Bas. Ce rituel porte le nom de Nieuwjaarsduik (Plongée du Nouvel An). À la sortie, on se réchauffe avec des boissons chaudes.

En France, le soir du réveillon est synonyme de repas gastronomique. Chaque région a sa spécialité mais on y trouve partout du foie gras, des huîtres, du saumon fumé et du champagne. Depuis l’époque celtique, s’embrasser sous le gui scelle l’amour et l’amitié, c’est une coutume indémodable qui apporte prospérité, longue vie et pourquoi pas, un mariage pour la nouvelle année.

 

À chaque coup de minuit, les Espagnols mangent un grain de raisin pour leur porter chance. (Image : Vural Yavaş / Pixabay)
À chaque coup de minuit, les Espagnols mangent un grain de raisin pour leur porter chance. (Image : Vural Yavaş / Pixabay)
 

En Espagne, aux douze coups de minuits, les Espagnols mangent douze grains de raisin pour attirer la chance. La coutume date d’il y a environ 100 ans, les producteurs de raisin l’auraient inventée pour écouler leur stock. La tradition s’est étendue à certains pays d’Amérique latine. Il s’ensuit une fête sur les places publiques durant toute la nuit.

0
En Islande, on écoute à la radio la messe, puis la comédie du nouvel an qui est une satire sur ce qui s’est passé durant l’année dans le pays.

En Écosse le Réveillon porte le nom de «Hogmanay». On boit beaucoup de whisky ce soir-là. Le traditionnel «First foot» commence juste après minuit. Il faut être la première personne à franchir du pied droit le pas de la porte d’un ami, pour lui offrir du whisky. Le First-Foot est supposé apporter de la chance pour l’année à venir.

En Irlande, on attend que le vent souffle depuis l’ouest pour apporter la bonne fortune. Une autre tradition consiste à frapper les portes et les murs de la maison avec du pain de Noël pour chasser la malchance hors du foyer et inviter les bons esprits.

Quand aux Anglais, ils mettent dans leur poche une pièce de monnaie, un peu de sel et un morceau de charbon ,symbolisant l’argent, la nourriture et la chaleur qui ne manqueront pas d’abonder durant la nouvelle année. À Londres, le feu d’artifice du jour de l’an est tiré le long de la Tamise sous le Big Ben. La coutume veut que l’on chante le «Auld Lang Sine» pour terminer l’année en beauté et lui dire au revoir.

- 3
Pour célébrer le Nouvel An, les Brésiliens des bords de mer se rendent sur la plage et sautent par-dessus une vague sept fois en faisant un vœu. Porter du blanc ce jour-là éloigne les mauvais esprits.

Une tradition bien ancrée à Montevideo en Uruguay est de déchirer tous les calendriers de l’année écoulée et de les jeter à travers les rues de la vieille ville.

- 4
Au Chili, le 31 décembre, les gens se réunissent dans les cimetières pour accueillir la nouvelle année avec leurs proches disparus. Il y a d’autres traditions que l’on retrouve un peu partout en Amérique du Sud. Par exemple, on porte des sous-vêtements rouges pour s’attirer l’amour, jaune pour s’attirer l’argent. Manger une cuillerée de lentilles apporte de l’argent et si on veut voyager dans l’année, il faut sortir à minuit avec sa valise et faire le tour du quartier en la traînant. 


-5
Le Canada couvre les créneaux - 5 à - 9 mais le Québec se trouve dans le créneau - 4. Les Canadiens ont aussi coutume de se baigner dans l’eau glacée, frôlant les 0°C, d’un lac ou d’une étendue d’eau. Comme partout, le Nouvel An canadien se fête autour d’un repas en famille ou entre amis dans un bar, puis on sort pour faire la fête et profiter des illuminations, des feux d’artifice, des concerts et des spectacles.

 

La boule descend lentement à partir de 23 h 59 sur un mât situé sur le toit du One Times Square pour se poser à minuit pile. (wikipédia)
La boule descend lentement à partir de 23 h 59 sur un mât situé sur le toit du One Times Square pour se poser à minuit pile. (wikipédia)
 

Les États-Unis couvrent les créneaux de - 4 à -9, New York étant à -5. Depuis 1907. Tous les ans, des milliers d’Américains se réunissent au pied de la tour n°1 de Times Square dans une ambiance survoltée, car à 23h59, une immense boule de cristal illuminée descend à chaque seconde le long du bâtiment pour finalement atteindre le sol à minuit pile. Cette boule de 49 kilos est réalisée par la société Waterford Crystal. Sur de nombreux triangles il y a des inscriptions «Espoir», «Lespoir pour la bourse», «Espoir pour la Sagesse», «Espoir pour l'unité», «Espoir pour la guérison» et «Espoir pour labondance».

Depuis de nombreuses années, à Cuba, il est de tradition de jeter des litres d’eau par la fenêtre. Une coutume pour conjurer l’arrivée d’une période de sécheresse dans le pays.

En Équateur, la tradition est de faire brûler une figurine en papier mâché de taille humaine sur le coup de minuit. Certaines sont à l’effigie de politiciens. C’est une tradition pour laisser tout ce qui est négatif avec l’année écoulée.

Toutes les coutumes et rituels de la nouvelle année reflètent les souhaits et les peurs que l’humanité a, face à son avenir. Si le 31 décembre se fête tout autour du monde, en réalité, ce n’est pas toute la population terrienne qui est en fête ce jour-là. En Chine, le 1er janvier est férié. Si pour une élite, c’est l’occasion de manger entre amis, pour la majorité des Chinois, c’est plutôt l’occasion de se reposer. En effet, pour les Chinois, la nouvelle année sera le 25 janvier 2020. Elle varie chaque année car elle suit le calendrier lunaire. En Inde, comme dans beaucoup de pays d’Asie et dans les pays musulmans, même si une minorité occidentalisée fête le 31 décembre, ce n’est pas le cas de la majorité du peuple qui fête son propre nouvel an à des dates différentes.