Le Vice-président de Google, Vint Cerf, a été testé positif

Par Vision Times
Le 31/03/2020
Le 30 Mars au matin, Vinton Cerf (Vint Cerf) a posté un tweet révélant qu’il avait été testé positif au virus et qu’il suivait actuellement un traitement et se rétablissait. (Image : Wikimedia / Veni Markovski / CC BY)
Le 30 Mars au matin, Vinton Cerf (Vint Cerf) a posté un tweet révélant qu’il avait été testé positif au virus et qu’il suivait actuellement un traitement et se rétablissait. (Image : Wikimedia / Veni Markovski / CC BY)
 

La pneumonie due au virus du PCC (également connue sous le nom de pneumonie de Wuhan) a frappé au niveau mondial. De nombreux dignitaires et célébrités ont été touchés les uns après les autres.

Le vice-président de Google, Vint Cerf, 76 ans, «père de l’Internet», a révéle dans un tweet, le 30 mars, qu’il était infecté par le virus du PCC.

Selon les médias extérieurs, Vinton Cerf (Vint Cerf) a posté un tweet le matin du 30 mars au matin, qu’il avait été testé positif au virus et qu’il suivait actuellement un traitement et se rétablissait.

Selon des rapports extérieurs, Vint Cerf, maintenant âgé de 76 ans, fait partie de la population la plus à risque de mortalité liée à la pneumonie due au virus du PCC.

Selon CNN, Vint Cerf, connu comme étant le «père de l’Internet», a travaillé en collaboration avec l’ingénieur électricien Bob Kahn dans les années 1970 pour développer les protocoles TCP (Protocole de contrôle de transmission) et IP (protocole Internet). Le TCP/IP est un ensemble de protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet, apportant au monde de l’Internet un «langage» unifié. Vint Cerf est vice-président et conseiller principal en réseau chez Google depuis 2005.

 

La déclaration de Peter Thiel, dans une interview à Fox News le 15 juillet 2019, selon laquelle Google est prêt à travailler main dans la main avec l’armée chinoise, remet en question le rapport exact entre Google et le Parti communiste chinois. (Image : Wikimedia / Dan Taylor / CC BY)
La déclaration de Peter Thiel, dans une interview à Fox News le 15 juillet 2019, selon laquelle Google est prêt à travailler main dans la main avec l’armée chinoise, remet en question le rapport exact entre Google et le Parti communiste chinois. (Image : Wikimedia / Dan Taylor / CC BY)
 

Ces dernières années, Google a travaillé de plus en plus étroitement avec le parti communiste chinois. Bien que la version chinoise du moteur de recherche Google ait été bloqué par le Parti communiste chinois pendant de nombreuses années et qu’il se soit retiré du marché chinois en 2010, il n’a pas vraiment complètement quitté le pays, conservant des entreprises telles que Google Translate et l’outil de gestion d’archives Files Go. Il est rapporté que Google et Huawei ont travaillé en étroite collaboration avec l’Université de Tsinghua.

Peter Thiel, milliardaire américain et investisseur dans le secteur de la technologie, a mis en doute le fait que les dirigeants de Google aient été infiltrés en profondeur par les services de renseignements communistes chinois. Sa déclaration dans une interview à Fox News le 15 juillet 2019, selon laquelle Google est prêt à travailler avec l’armée chinoise plutôt qu’avec l’armée américaine, remet en question le rapport exact entre Google et le Parti communiste chinois.

 

Joseph Dunford, chef d’état-major des armées des États-Unis, a déclaré que «le travail que Google fait en Chine bénéficie indirectement à l’armée chinoise». (Image : Wikimedia / United States Department of Defense / Domaine Public)
Joseph Dunford, chef d’état-major des armées des États-Unis, a déclaré que «le travail que Google fait en Chine bénéficie indirectement à l’armée chinoise». (Image : Wikimedia / United States Department of Defense / Domaine Public)
 

En mars 2019, Joseph Dunford, chef d’état-major des armées des États-Unis, a déclaré, au cours d’une audition devant la commission sénatoriale des services armés, que «le travail que Google fait en Chine bénéficie indirectement à l’armée chinoise».

Le président américain Donald Trump a également tweeté que Google aide les autorités de Pékin et l’armée communiste chinoise, et non les États-Unis.


(Note de la rédaction) Le virus qui a provoqué l’épidémie de pneumonie à Wuhan est venu de Chine sous le régime communiste chinois et s’est répandu dans le monde entier en raison de la dissimulation de la vérité par les autorités chinoises. Le peuple de Wuhan, le peuple du Hubei, et même tous les Chinois et les peuples du monde en sont victimes. Le Parti communiste chinois n’est pas la Chine et ne peut pas représenter la Chine. Par conséquent, le virus qui est apparu sous la direction du Parti communiste chinois devrait être appelé «virus du parti communiste chinois».


Traduit par Charlotte Clémence

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/03/31/928127.html