Press "Enter" to skip to content

Culture. Honoré de Balzac, un géant de la littérature française

TENDANCE > Culture

Né en 1799 et mort en 1850, Honoré de Balzac est sans aucun doute l’un des plus grands romanciers du XIXe siècle. Son œuvre gigantesque, La Comédie humaine, composée de plus de 90 ouvrages, l’a rendu célèbre dans le monde entier. L’ampleur de son apport à la littérature, son ambition, sans oublier son extraordinaire personnalité, fascinent encore aujourd’hui ses lecteurs partout dans le monde.

Les débuts difficiles d’un jeune écrivain

Le jeune Honoré Balsac, futur Honoré de Balzac, passe les premières années de sa vie en Touraine, non loin des châteaux de la Loire. Mal-aimé par ses parents, et en particulier par sa mère, Honoré Balsac a dès l’enfance l’ambition intime de prouver au monde sa valeur.

Avant d’écrire des romans, le futur grand écrivain se plaît à écrire des pièces de théâtres, des comédies mais aussi des drames. Cependant, dans son for intérieur, le jeune Honoré Balzac aspire à autre chose, et il a l'intuition qu'il doit laisser son empreinte dans le monde du roman.

Refusant une vie de notaire souhaité par ses parents, Honoré Balsac leur demande de lui accorder une chambre pendant une année près de la Bastille pour qu’il puisse s’essayer à la littérature, ce qu’ils finiront par lui accorder. Les débuts du jeune écrivain à Paris sont extrêmement difficiles, et pour cause : les dix premières années, il rate tout ce qu’il entreprend. Durant cette période, Honoré Balsac écrit sous pseudonymes (Horace de Saint-Aubin et Lord R’Hoone), et avec d’autres personnes.

La chance va finir par sourire à Honoré Balsac. Son roman historique Les Chouans, publié en 1829, devient son premier succès littéraire, et marque un tournant dans sa carrière d’écrivain. À partir des Chouans, il décide de signer tous ses romans par Honoré de Balzac. Dans la continuité de ce succès, l’écrivain va réaliser que l’époque dans laquelle il vit est aussi une période historique. À partir de ce moment, il ne cessera plus de décrire son époque, ainsi que ses contemporains. C’est l’idée fondamentale du romancier qui va faire de lui un grand homme.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Dessin d’Honoré de Balzac avec un regard visionnaire. (Image : Capture d’écran / YouTube)

La naissance d’un monument de la littérature française

Honoré de Balzac est sans doute le premier écrivain à vouloir saisir toute la société de son temps. Travailleur acharné, il est un véritable artisan de la littérature, pouvant écrire jusqu’à 18 heures par jour. Grand admirateur de Napoléon, il avait installé chez lui une statuette de l’empereur. Sur cette dernière, il avait appliqué à sa base un petit bout de papier où l’on pouvait lire cette phrase : « ce qu’il a entrepris par l’épée, je l’accomplirai par la plume ». Le célèbre romancier considérait d’ailleurs qu’au moment où il prenait la plume, une bataille commençait.

Dès 1829, Honoré de Balzac ne s’arrête plus de gagner en popularité auprès des lecteurs. En 1831, c’est le succès fulgurant de La Peau de Chagrin. L’écrivain, connu pour être un romancier « réaliste », va pourtant associer une part de fantastique à cette œuvre, aujourd’hui entrée dans l’imaginaire des français, notamment par l’expression « se réduire comme Peau de Chagrin ». Évidemment, l’auteur connaîtra bien d’autres succès, à l’image du Père Goriot paru en 1834, roman incontournable de l’univers balzacien de par son extraordinaire description de la capitale française à l’époque de la monarchie de Juillet.

Afin de décrire la société dans laquelle il vit, Honoré de Balzac n’hésite pas à être extrêmement précis dans ses descriptions. Le romancier est capable, notamment dans Eugénie Grandet, de faire des dizaines de pages de descriptions d’une ville, des rues, des magasins, de la campagne environnante, avant de commencer l’histoire. Grand voyageur, Honoré de Balzac aime rencontrer les gens partout en France. L’écrivain sait s’inspirer de ses rencontres, des paysages qu’il observe, pour enrichir son imaginaire et tenter de comprendre l’âme locale. Honoré de Balzac est d’ailleurs l’un des premiers écrivains français à donner une large place à la province dans ses œuvres. L’auteur connaît également extrêmement bien la capitale française, qu’il a arpentée pendant de nombreuses années. Sa précieuse connaissance du terrain, mais aussi des gens, lui permet donc de décrire avec beaucoup de réalisme la France du début du XIXe siècle.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Buste de Napoléon. Honoré de Balzac était un grand admirateur de l’empereur, et avait installé chez lui une statuette à son effigie. Sur cette dernière, il avait appliqué à sa base un petit bout de papier où l’on pouvait lire cette phrase : « ce qu’il a entrepris par l’épée, je l’accomplirai par la plume ». (Image wikimedia / Bust: after Antoine-Denis Chaudet.Photo: Andreas Praefcke / CC BY 3.0)

L’argent, une thématique fondamentale de la « Comédie humaine »

Honoré de Balzac a une grande connaissance du droit et de l’économie : le crédit, la dette sont des thèmes récurrents de ses écrits. En effet, le grand romancier décrit avec talent les ravages de l’argent sur la subjectivité de l’individu. L’auteur a une position moraliste à l’égard de l’argent et des intérêts, et s’efforce d’en démontrer la toxicité sur les corps et sur les âmes. Le Colonel Chabert, dont l’intrigue tourne essentiellement autour de l’argent, est probablement l’une des œuvres les plus éclairées d’Honoré de Balzac sur cette thématique. Le colonel, ruiné par son ancienne épouse, conservera sa moralité, à l’inverse de cette dernière, définitivement corrompue par la quête du gain et de la renommée.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Dessin du colonel Chabert, personnage principal du roman éponyme d’Honoré de Balzac. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Bien que Le Colonel Chabert soit devenu un classique, il serait presque coupable de ne pas parler de ce que beaucoup considèrent comme étant le plus grand chef d’œuvre d’Honoré de Balzac : Illusions perdues. Ce roman en trois parties, écrit entre 1837 et 1843, raconte les illusions perdues de Lucien Chardon, qui préfère se faire appeler par le nom noble de sa mère, Rubempré. Jeune provincial, Lucien de Rubempré monte à Paris pour devenir un écrivain reconnu. Mais les difficultés pour y parvenir vont finalement le conduire à devenir journaliste. Par ambition, Lucien de Rubempré finit par gagner sa vie en écrivant des articles contraires à ses convictions, ce qui provoque à terme sa ruine.

Il est possible de faire un parallèle entre certains personnages du roman Illusions perdues et la propre vie de l’auteur, ayant fait lui-même l’expérience du métier d’écrivain, de journaliste, ou encore d’imprimeur. Ainsi, le personnage de Lucien de Rubempré s’inspire du vécu d’Honoré de Balzac dans les domaines de la littérature et du journalisme, quand le personnage de David Séchard, imprimeur proche de la faillite et grand ami de Lucien de Rubempré, traverse les mêmes difficultés financières que l’auteur lors de son aventure dans le monde de l’imprimerie.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
L’acteur Benjamin Voisin, incarnant Lucien de Rubempré dans l’adaptation cinématographique du roman d’Honoré de Balzac : llusions perdues. (Image : Capture d’écran / YouTube)

L’héritage considérable de l’œuvre du grand romancier

Nombre d’écrivains furent influencés par la manière d’écrire du célèbre romancier. Stendhal faisait partie de ces personnalités littéraires qui se sont grandement inspirées du créateur de La Comédie humaine. Romancier mais aussi lecteur, Honoré de Balzac admirait beaucoup le style d’écriture de Stendhal, il faisait partie d’un petit cercle de personnes qui défendaient son œuvre lorsque celui-ci n’était pas encore reconnu. Il faut dire que Stendhal est entré dans la littérature à peu près en même temps qu’Honoré de Balzac, mais contrairement à lui, il n’a pas vraiment connu le succès de son vivant, et ne le connaîtra que dans les années 1880. L’auteur de La Chartreuse de Parme, qui reconnaissait une forme d’autorité à Honoré de Balzac, a largement pris note des remarques que ce dernier lui faisait.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Portrait de Marie-Henri Beyle, dit Stendhal (1783-1842). (Image wikimedia / Olof Johan Södermark / Domaine public)

Parmi les plus fervents admirateurs de l’écrivain, il ne faut pas oublier de citer l’un des plus célèbres noms de la littérature française à travers le monde, Victor Hugo. Son amitié et son profond respect envers l’auteur de La Comédie humaine le conduisent, le 29 août 1850, à prononcer l’un de ses plus bouleversants discours lors de ses obsèques. L’estime entre les deux hommes était réciproque, en effet, le roman Illusions perdues est dédié à Victor Hugo. Concernant l’influence de l’écrivain auprès de l’auteur de Notre-Dame de Paris, il est raisonnable de penser que le mécanisme de retour cyclique des personnages, largement popularisé par Honoré de Balzac, l’a grandement inspiré.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Photo de Victor Hugo (1802-1885), prise par le célèbre photographe Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar. (Image wikimedia / Nadar / Domaine public)

Émile Zola fut lui aussi inspiré par Honoré de Balzac, sans doute davantage par son ambition que par son style d’écriture. Et pour cause : l’écrivain de la fin du XIXe siècle avait la volonté de réaliser La Comédie humaine de son temps, c’est pourquoi il entreprit la réalisation du cycle romanesque des Rougon-Macquart.

Il est bon de noter que l’héritage d’Honoré de Balzac ne s’étend pas seulement aux auteurs du XIXe siècle, mais aussi à certains auteurs contemporains, comme Dai Sijie, écrivain chinois vivant en France depuis 1984. Il est l’auteur du roman Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, ouvrage critique vis-à-vis de la Révolution culturelle chinoise, dont il a lui-même subi les effets durant sa jeunesse. Dans cette histoire, deux jeunes chinois, emmenés à la montagne pour y être rééduqués, vont tout faire pour transformer la fille d’un célèbre tailleur en une fille épanouie, grâce aux romans d’Honoré de Balzac et d’autres auteurs occidentaux qu’ils sont parvenus à se procurer. Par sa lecture, en particulier des romans d’Honoré de Balzac, la petite tailleuse s’ouvre au monde et part vers la ville, désireuse de découvrir la vie par elle-même.

Honoré de Balzac, un géant de la littérature française
Les romans d’Honoré de Balzac, diffusés dans le monde entier, ont à l’évidence permis à une multitude d’âmes de s’épanouir. (Image : StockSnap / Pixabay)

La contribution d’Honoré de Balzac à la littérature française est indéniable. Écrivain infatigable, il s’était donné pour mission de raconter la société de son temps. Bien que l’auteur soit mort à seulement 51 ans, il laisse derrière lui une œuvre immense. À l’évidence, ses romans auront permis à une multitude d’âmes de comprendre la valeur des mots, et de saisir la valeur de l’Histoire.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.