Japon : une technique pour produire du bois sans couper d’arbres

Par Vision Times
Le 09/11/2020
Une technique appelée daisugi permet aux Japonais de faire pousser des cèdres parfaitement droits et sans nœuds. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Une technique appelée daisugi permet aux Japonais de faire pousser des cèdres parfaitement droits et sans nœuds. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La plupart des gens ont entendu parler de l’art japonais du « bonsai », une technique qui permet de faire pousser des arbres miniatures. Cependant, avez-vous entendu parler d’une méthode appelée « daisugi » ? Cette technique japonaise permet de faire pousser des cèdres parfaitement droits et sans nœuds.

Une pousse uniforme et droite

« Dans le daisugi, le cèdre mère est fortement élagué d’une manière spéciale, qui en fait une sorte de bonsaï à grande échelle, encourageant les jeunes " pousses " parfaitement uniformes et droites, à tirer vers le haut. Pour le commun des mortels, le résultat apparaîtra comme si nous faisions pousser des cèdres géants sur des cèdres plus petits. Cette technique permet de récolter les branches, plus courtes que celles du sugi normal, tous les 20 ans. Ce qui est incroyable, c’est qu’un seul daisugi de base peut produire jusqu’à cent pousses à la fois, ce qui signifie que l’on peut obtenir plus de Kitayama Maruta (rondins de cèdre) à partir d’un seul daisugi », selon EarthBuddies.

La technique, qui remonterait au 15e siècle, a été élaborée par les habitants de la région de Kitayama pour résoudre le problème de la pénurie de plants. Dans cette zone montagneuse, avec très peu de terrains plats, la plantation et la culture des arbres étaient difficiles. Le Daisugi s’est avéré être une excellente solution car il a permis aux gens de réduire le nombre de plantations, d’accélérer le cycle de récolte et de produire un bois de haute qualité et plus dense. Ce bois a même été utilisé pour construire les maisons des samouraïs.

 

Le bois a même été utilisé pour construire les maisons des samouraïs. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le bois a même été utilisé pour construire les maisons des samouraïs. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Les rondins de cèdre de Kitayama étaient utilisés comme piliers principaux dans les alcôves japonaises appelées Tokonoma. Ces alcôves étaient généralement utilisées pour exposer des objets artistiques comme des parchemins ou des compositions florales de type ikebana. Les maisons de thé de Kyoto mettent ces rondins en évidence. Le Kitayama Maruta est le seul type de bois à avoir gagné l’appréciation et satisfait aux normes du maître de thé Sen no Rikyū, qui a perfectionné la « Voie du thé » japonaise. Bien que le Kitayama Maruta ait tendance à être plus petit que le daisugi normal, son bois est généralement 140 % plus flexible tout en étant plus dense et plus résistant.

Le daisugi est également bon pour l’environnement. Son bois est utilisé pour la fabrication de meubles, de sculptures, d’ustensiles de cuisine, de baguettes, d’ornements, etc. Pour cela, de nombreux arbres sont coupés chaque année. Cependant, cette méthode permet d’obtenir du bois sans jamais avoir à couper les arbres. Imaginez les millions d’arbres épargnés chaque année et les conséquences positives d’une telle action.

La méthode Miyawaki

En plus du daisugi, le Japon est également célèbre pour avoir fait connaître au monde entier sa « méthode Miyawaki » de culture forestière. Cette technique a été inventée par le botaniste Akira Miyawaki. Cette méthode permet de faire pousser des arbres dans un espace très restreint, la surface minimale requise n’étant que de 1,85 m2. Non seulement les arbres poussent jusqu’à 10 fois plus vite, mais la forêt entière peut se passer d’entretien en seulement 3 ans.

 

Grâce à la méthode Miyawaki, les forêts peuvent croître 10 fois plus vite que la moyenne. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Grâce à la méthode Miyawaki, les forêts peuvent croître 10 fois plus vite que la moyenne. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Cette méthode consiste à planter plusieurs espèces de plantes en plusieurs couches. Par rapport aux techniques de plantation conventionnelles, la méthode Miyawaki permet de planter au minimum 30 fois plus d’arbres. Il peut y avoir 300 % d’espèces végétales dans une zone. Les forêts développées à l’aide de la méthode Miyawaki offrent une amélioration substantielle de l’isolation contre la poussière et le bruit, de 3 000 % . L’absorption de dioxyde de carbone est au moins 30 fois supérieure à celle d’une forêt conventionnelle.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : A Medieval Japanese Technique That Grows Cedar Trees Super Straight