La persévérance est le chemin vers l’excellence

Par Vision Times
Le 12/05/2020
Il est toujours possible de s’améliorer, surtout pour un professionnel des arts du spectacle. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Il est toujours possible de s’améliorer, surtout pour un professionnel des arts du spectacle. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Quel que soit votre domaine de compétence, il y a toujours place à l’amélioration. C’est particulièrement vrai si vous êtes un professionnel des arts du spectacle. Il est fastidieux de passer son temps à répéter. Il y a forcément des moments dans la vie où nous ne sommes pas performants et peut-être même pas à 50% de notre potentiel. Ces jours-là, répéter une pièce de théâtre ou un spectacle de danse pour la vingt-cinquième fois peut être pour le moins éprouvant.

S’investir totalement

Cependant, en tant que véritable interprète qui voit la représentation dans son ensemble, il faut viser la perfection. Il ne s’agit pas seulement d’accomplir une « bonne » performance. Il s’agit de vivre la performance, d’incarner chaque note et chaque étape musicale et d’en nourrir votre âme. C’est la différence entre être bon et être excellent.

« S’engager dans la pratique est essentiel pour optimiser l’impact d’une formation. Seule la pratique peut nous aider à maîtriser une nouvelle compétence ou un nouveau comportement », déclare HarvardBusiness.org

Chaque instant et chaque moment consacré à la pratique vous fait évoluer jusqu’à la  représentation finale du spectacle. Si l’art est essentiel au développement d’aptitudes créatives spontanées et à l’imagination, la pratique est le voyage qui mène à la perfection ultime. L’objectif final ne devrait pas être d’interpréter une pièce maintes fois répétée, mais de franchir la ligne de démarcation entre l’interprète et la représentation artistique, en permettant au public de vivre et de ressentir le message que vous lui transmettez.

 

L’objectif final ne devrait pas être d’interpréter une pièce maintes fois répétée, mais de franchir la ligne de démarcation entre l’interprète et la représentation artistique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
L’objectif final ne devrait pas être d’interpréter une pièce maintes fois répétée, mais de franchir la ligne de démarcation entre l’interprète et la représentation artistique. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Révélation à travers la pratique

Une histoire à propos de Confucius illustre ce thème. Confucius aimait à jouer du luth. En tant que bon élève, il appréciait de passer du temps avec son instrument favori. Un jour, son professeur lui apporta une nouvelle pièce de musique. Confucius était ravi et se mit aussitôt au travail avec joie. Il s’exerça à répéter les notes encore et encore jusqu’à ce qu’il les ait bien mémorisées.

Le lendemain, le professeur revint avec un autre morceau. Cependant, Confucius était toujours plongé dans le morceau de la veille. Il confia à son professeur que, bien qu’il ait maîtrisé les notes de la partition, il lui restait encore à comprendre les expressions musicales qu’elle véhiculait. Le professeur sourit et quitta à nouveau son élève.

Durant tout ce temps, le professeur observait Confucius qui continuait à s’entraîner sur son luth, encore et encore. Pendant plusieurs jours, Confucius consacra son temps à étudier la dynamique de la chanson et la façon dont elle était formulée.

Peu de temps après, le professeur revint voir son élève, qui jouait toujours le même morceau, s’arrêtant de temps en temps pour réfléchir. Le professeur jugea qu’il était temps pour Confucius de passer au morceau suivant et le lui fit savoir. Confucius s’excusa auprès de son professeur, lui disant qu’il avait encore besoin de comprendre le véritable sens caché derrière la musique et il poursuivit la pratique. Au bout de quelques jours, le professeur revint à nouveau et le trouva assis en profonde contemplation, les yeux fermés, jouant le même morceau. Confucius lui dit qu’il avait besoin de comprendre le compositeur et son état d’esprit.

 

Confucius a travaillé son morceau jusqu’à ce qu’il le comprenne parfaitement, mais aussi jusqu’à ce qu’il comprenne l’esprit du compositeur. (Image : Kevinsmithnyc / wikimedia / CC BY-SA 3.0)
Confucius a travaillé son morceau jusqu’à ce qu’il le comprenne parfaitement, mais aussi jusqu’à ce qu’il comprenne l’esprit du compositeur. (Image : Kevinsmithnyc / wikimediaCC BY-SA 3.0)
 

Lorsque le professeur revint, il trouva Confucius assis en méditation, à côté de son luth. Confucius lui dit qu’il pensait savoir qui était l’auteur du morceau de musique. Il décrivit ses traits physiques et ses aspirations, et, pour finir, demanda confirmation à son professeur qu’il s’agissait bien du roi lui-même. Stupéfait, le professeur répondit par l’affirmative.

Selon le site modacity : « Une pratique efficace consiste à suivre la voie que vous vous êtes fixée, et à le faire d’une manière relativement efficace. Cela signifie se fixer des objectifs et les poursuivre activement. Ces objectifs peuvent être modestes – comme une compétence spécifique, ou plus ambitieux. Quoi qu’il en soit, se fixer des objectifs et tout faire pour les atteindre vous aidera à optimiser votre temps et votre efficacité et, en fin de compte, vous offrira les meilleures chances d’atteindre ces objectifs ».


Traduit par Swanne

Version en anglais : Practice Makes Perfect