Le général Yue Fei : Héros de la Chine ancienne

Par Vision Times
Le 11/06/2020
Yue Fei a rejoint l’armée Song en 1122. (Image:  Morio / Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
Yue Fei a rejoint l’armée Song en 1122. (Image:  Morio / Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
 

L’évolution des dynasties chinoises à travers 5000 ans d’histoire peut être comparée à un remarquable canevas d’une incroyable complexité.

Tous les personnages des légendes sont tissés à partir de la riche trame que représente l’histoire sociale et culturelle de la Chine ancienne. Le général Yue Fei est un personnage très vivant dont les remarquables décisions ont grandement contribué à l’héritage précieux du pays.

Un modèle de loyauté

Yue Fei était un général chinois de la dynastie des Song du Sud. Il fut prénommé « Fei », qui signifie « voler », parce qu’à l’heure de sa naissance, en 1103, un grand oiseau vint se poser sur le toit de sa maison, située dans le comté de Tangyin, province du Henan.

Yue Fei a grandi dans la pauvreté, en travaillant comme ouvrier agricole. La légende veut qu’il ait plus tard appris d’excellentes techniques d’arts martiaux auprès d’un ermite bouddhiste vivant à proximité.

Le XIIème siècle a été une période turbulente dans l’histoire de la Chine. Les guerres étaient fréquentes. Yue Fei, devenu adulte, s’est soudain retrouvé tiraillé entre prodiguer des soins à sa mère âgée ou s’engager dans une carrière militaire. La piété filiale et la loyauté étaient deux qualités considérées par les Chinois comme de la plus haute importance.

 

Quand Yue Fei est né, un grand oiseau s’est posé sur le toit de sa maison. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Quand Yue Fei est né, un grand oiseau s’est posé sur le toit de sa maison. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

La mère de Yue Fei le prit à part et lui dit « Je sais que tu as laissé passer la chance de t’engager dans l’armée. » Elle lui  dit qu’elle allait tatouer dans son dos la réponse à sa situation délicate, pour qu’il sache quoi faire et qu’il s’en souvienne dans les moments de doute. Elle a tatoué « jing zhong bao guo » dans son dos, qui signifie « servir le pays loyalement ».

Les guerres des Song du Sud et des Jin du Nord

Les guerres entre les dynasties Jin et Song ont duré de 1115 à 1234. Yue Fei a rejoint l’armée Song en 1122.  En 1127, la capitale des Song, Hangzhou, a été ravagée par la cavalerie nomade des Jin. Le Grand Empereur Huizong, son fils Qinzong, ainsi que toute la cour royale, furent kidnappés et emmenés sans scrupules. L’incident a été immortalisé dans le célèbre poème du général Yue Fei, « La rivière devient rouge ».

Yue Fei s’est révélé être un brillant général, conquérant et combattant, de la résistance. Il a créé sa propre armée dans le nord de la Chine avec 10 000 hommes ordinaires qu’il a personnellement formés. Il l’a appelée « L’armée Yue Fei ». Il y a eu un exploit étonnant au cours duquel il a vaincu 100 000 envahisseurs avec seulement 500 soldats ! Il est également bien connu que l’Armée Yue Fei n’a jamais perdu une seule bataille. Bien qu’il soit impitoyable sur le champ de bataille, Yue Fei était avant tout connu pour son grand cœur et pour s’être profondément soucié de ses soldats, comme des civils. L’intelligence et le courage de Yue Fei se manifestaient même en dehors du champ de bataille, lorsqu’il offrait sans prétention ses conseils et sa stratégie à l’empereur.

La trahison et la rétrogradation

L’armée Yue Fei a reconquis des centaines de villes perdues pour l’empire Song. Mais au cours d’un revers important, alors qu’il avançait vers le Nord pour récupérer tous les territoires chinois au sein de l’empire Song, il fut sommé de rentrer. L’empereur Gaozong et son ministre Qin Hui, le traitre malfaisant, avaient signé une trêve de paix avec le régime Jin, et Yue Fei, quant à lui, fut plus ou moins utilisé comme un pion.

 

Le général Yue Fei a été trahi par Qin Hui. (Image : Morio / Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
Le général Yue Fei a été trahi par Qin Hui. (Image : Morio / Wikimedia / CC BY-SA 4.0)
 

Yue Fei et son armée auraient facilement pu avancer et il aurait très bien pu établir son propre nouveau royaume, mais par loyauté envers son souverain et bien qu’à deux pas de la victoire, il est revenu sur ses pas. On dit que lorsque l’armée de Yue Fei a quitté le territoire, on pouvait entendre des civils pleurer au bord des montagnes et des rivières.

L’année suivante, la même chose se produisit. De nouveau, alors qu’il était sur le point de mener son armée dans la bataille finale au Nord il fut stoppé. Le régime Jin avait apparemment rompu la trêve de paix.

En conséquence, le Général Yue Fei fut trahi par Qin Hui qui venait de signer un pacte contraignant avec les Jin à la condition que Yue Fei soit accusé de trahison.

Yue Fei avait tout perdu. Il fut arrêté et jeté sordidement en prison. Il mourut tragiquement, sans procès, dans des circonstances douteuses, en 1142.

L’Empire Song ne retrouva jamais ses terres et il n’y eut plus jamais d’autre héros comme Yue Fei.


Traduit par Camille Lane

Version en anglais : Heroes of Ancient China: General Yue Fei