Di Qing : du lâche peureux au général

Par Vision Times
Le 10/08/2020
Summer Mountains’ par Qu Ding pendant la dynastie des Song du Nord (vers 1050). (Image : The MET / CC0 1.0)
Summer Mountains par Qu Ding pendant la dynastie des Song du Nord (vers 1050). (Image : The MET / CC0 1.0)
 

Sous la dynastie des Song du Nord, Han Qi et Fan Zhongyan conduisirent les armées pour se défendre contre la menaçante dynastie des Xia occidentaux. Les deux dignitaires influents étaient tenus en très haute estime par les militaires. À leur première arrivée dans le Shaanxi, un fonctionnaire leur recommanda l’inconnu Di Qing. C’était un combattant brave et courageux. Il était considéré comme ayant le talent, les compétences et les aptitudes d’un général. À cette époque, le stratège militaire Fan avait sérieusement besoin de généraux compétents. A l’écoute de cette recommandation, Fan, curieux, demanda à ses subordonnés des détails sur les actes et les capacités de Di.

Di était initialement un simple soldat de la garde impériale. Depuis son enfance, il excellait dans les arts martiaux, l’équitation et le tir à l’arc. Grâce à son courage et à ses compétences, il obtint par la suite une promotion et devint un officier subalterne.

Après que Li Yuanhao fut devenu premier empereur de la dynastie Xia occidentale, l’empereur Renzong des Song du Nord envoya l’armée impériale défendre la frontière. Di fut envoyé comme gardien de sécurité à Shanxi Baoan (maintenant Shanxi Zhidan). Rapidement, l’armée des Xia occidentaux attaqua à plusieurs reprises et vainquit les forces de sécurité Baoan. Le commandant Lu Shouqin, chargé de défendre les Song, s’inquiétait de la situation.

 

Un portrait de Fan Zhongyan par Sancai Tuhui (1609). (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Un portrait de Fan Zhongyan par Sancai Tuhui (1609). (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

La situation était urgente, Di se porta volontaire pour être à l’avant-garde contre les troupes des Xia occidentaux. Lu, impressionné par le courage de Di lui alloua alors des troupes pour lutter contre l’invasion de l’armée des Xia occidentaux.

Avant de se battre, Di commença par changer de tenue. Il défit son chignon, laissa ses cheveux en désordre et porta un masque de cuivre, ne laissant apparaître que deux yeux perçants. Sa lance à la main, il prit le commandement de l’armée et se jeta dans les rangs ennemis, manœuvrant de tous côtés. L’impressionnante tenue de combat de Di effraya les soldats Xia occidentaux. Di, à la tête de l’armée Song, mena un combat acharné contre les troupes des Xia occidentaux, à la frontière. Finalement, les troupes des Xia occidentaux furent submergées, sombrèrent dans le chaos et finirent par se retirer. Les troupes de Di mirent l’ennemi en déroute, remportant une victoire significative.

Lorsque la nouvelle triomphante parvint à la cour, l’empereur Renzong en fut très heureux. Di fut promu à un poste de quatre grades plus élevé. Renzong demanda à un artiste de faire un portrait de Di et le fit envoyer à la cour.

 

Di Qing arborait des tatouages sur son visage et excellait dans le tir à l’arc monté. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Di Qing arborait des tatouages sur son visage et excellait dans le tir à l’arc monté. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Au cours des années suivantes, les soldats des Xia occidentaux continuèrent à envahir et à harceler tout le long de la frontière, déstabilisant la région. Pour défendre la patrie, Di prit part à 25 batailles. Il fut blessé par flèches à huit reprises, mais ne perdit jamais une bataille. Chaque fois que les soldats des Xia occidentaux entendaient prononcer le nom de Di, ils étaient trop effrayés pour oser l’affronter.

Dès qu’il entendit les recommandations de ses subordonnés, Fan convoqua Di et s’enquit de quels livres il avait lu. Ayant été élevé dans les rangs d’un soldat régulier et n’ayant jamais vraiment lu, , Di se sentit embarrassé et ne sut pas quoi répondre.

Fan lui conseilla : «Vous êtes maintenant un général. Si un général ne peut pas apprendre de l’histoire, sa seule bravoure personnelle ne suffira pas. » et il présenta à Di quelques livres militaires pour qu’il puisse les étudier.

Di, reconnaissant envers Fan Zhongyan pour ses encouragements, consacra tout son temps libre à étudier et à apprendre l’histoire et les tactiques militaires. Au bout d’un certain nombre d’années, il apprit l’art de la guerre auprès de généraux célèbres des dynasties Qin et Han. En raison de ses exploits et de son succès militaires, il reçut des promotions régulières et sa réputation grandit. Plus tard, l’empereur Renzong transféra une nouvelle fois Di dans la capitale, où il servit comme commandant adjoint de la cavalerie.

 

Empereur Renzong de la dynastie Song. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Empereur Renzong de la dynastie Song. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Sous la dynastie Song, les soldats coupables de fuir l’armée étaient tatoués au visage en guise de punition. Di ne fit pas exception. Alors qu’il n’était qu’un simple soldat, il fut tatoué au visage pour s’être enfui. Dix ans plus tard, Di devint général, mais l’encre noire du tatouage était toujours visible sur son visage.

Un jour, l’empereur Renzong convoqua Di et lui conseilla de trouver un remède pour se débarrasser des tatouages.

Di déclara alors : « Votre Majesté ne me considère pas comme venant d’un milieu humble. J’apprécie que Votre Majesté m’ait promu à ce poste en fonction de mes mérites militaires. Quant à ces tatouages noirs, je préfère les garder pour motiver les soldats ! » Après l’avoir écouté , Renzong voua de l’admiration à Di et l’apprécia d’autant plus.

Plus tard, Di fut promu Chef de direction au Conseil privé et prit le commandement des armées des Song du Nord. Du statut de simple soldat, il atteint le rang de Directeur général. Cela ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire de la dynastie Song. Certains ministres, estimant que les antécédents de Di étaient trop modestes, conseillèrent à l’empereur Renzong de ne pas élever Di à une position aussi élevée, mais Renzong ne tint pas compte de leur opinion.

Lorsque Di devint Chef de direction, certaines personnes estimaient encore que son origine modeste ne correspondait pas à son statut. Un fonctionnaire qui prétendait être un descendant de Di Renjie, célèbre Premier ministre de la dynastie Tang, prit un portrait de Di Renjie et le donna à Di en disant : « Vous pourrez vous vanter auprès des autres que Di Renjie est votre ancêtre ! »

Di sourit modestement et déclara : « À l’origine je viens d’un milieu modeste. Comment pourrais-je prétendre avoir un statut aussi élevé que Di Ren Jie simplement parce que j’ai obtenu un poste élevé ? » Embarrassé, le fonctionnaire n’a pas insisté. Ce petit incident montre que ce général aux racines modestes était vraiment extraordinaire.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Di Qing: From Frightened Coward to Victorious General