Hong-Kong : arrestations de militants pro-démocratie

Par Vision Times
Le 04/05/2020

Des défenseurs des droits et des législateurs s’opposent à l’arrestation de militants pro-démocratie à Hong Kong
 

Quatorze militants pour la démocratie ont été arrêtés à Hong Kong. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
Quatorze militants pour la démocratie ont été arrêtés à Hong Kong. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
 

La police de Hong Kong a arrêté 14 militants pour la démocratie, les accusant d’avoir organisé des rassemblements illégaux lors des manifestations contre le projet de loi sur l’extradition qui ont secoué la ville, l’année dernière.

La police de Hong Kong a arrêté quatorze militants pour la démocratie, les accusant d’avoir organisé des rassemblements illégaux lors des manifestations contre le projet de loi sur l’extradition qui ont secoué la ville l’année dernière. Des législateurs des États-Unis et d’autres pays, ainsi que plusieurs groupes de défense des droits de l’homme, ont condamné cette mesure, avertissant qu’elle annonçait une persécution de type chinois à Hong Kong.

Les arrestations

Parmi les quatorze militants, neuf d’entre eux étaient d’anciens législateurs. Parmi eux, Margaret Ng, 72 ans, et Martin Lee, 81 ans, qui ont fondé le Parti démocrate. Jimmy Lai, un magnat de l’édition de 71 ans, figurait également parmi les personnes arrêtées. La législatrice démocrate Claudia Mo a qualifié cette décision d’introduction d’un « réseau de terreur à Hong Kong ». Elle a accusé le chef de l’exécutif Carrie Lam d’avoir tenté de faire taire l’opposition locale.

Les personnes arrêtées ont été accusées d’avoir organisé et participé à des « assemblées illégales » en août et octobre de l’année dernière. Certaines ont également été accusées de rendre publiques des « réunions non autorisées ». Les quatorze personnes devraient comparaître devant le tribunal le mois prochain. Lam Wing-ho, le directeur de la police de Hong Kong, a révélé que d’autres arrestations pourraient être en cours. Il s’agit de la plus grande opération de répression jamais menée contre les manifestants de Hong Kong.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a critiqué la décision de l’administration de Pékin et de Hong Kong, soulignant que leur action viole les engagements de la déclaration conjointe sino-britannique. Dans un tweet, il a déclaré que l’application politisée de la loi était contraire aux idéaux de liberté d’expression et de rassemblement pacifique. La baronne Nathalie Bennett et le député Alistair Carmichael, les coprésidents du groupe parlementaire britannique multipartite à Hong Kong, ont déclaré que les arrestations représentaient une offensive du Parti communiste chinois pour écraser le mouvement pro-démocratie à Hong Kong.

 

La Chine pourrait se servir de l’épidémie de coronavirus pour couvrir l’arrestation des militants de la démocratie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La Chine pourrait se servir de l’épidémie de coronavirus pour couvrir l’arrestation des militants de la démocratie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le Parti communiste chinois considère les mouvements démocratiques comme une attaque contre son idéologie et craint que si les Hongkongais réussissaient à faire accepter leurs revendications par des protestations, des manifestations similaires n’éclatent sur le continent. En tant que tel, la seule façon pour Pékin de garder le contrôle sur le continent est d’écraser toute idée de démocratie ou de libertés individuelles à Hong Kong, en caricaturant des valeurs telles que l’invasion étrangère d’une Chine unifiée.

Il est possible que le régime ait décidé d’agir contre les manifestants dès maintenant en supposant que le monde serait trop occupé à lutter contre le virus du PCC pour remarquer ce qui se passe à Hong Kong. Cependant, il semble que de tels plans aient échoué puisque les critiques contre Pékin se sont multipliées depuis les arrestations. « Aux yeux de Xi Jinping, c’est l’occasion de battre les cartes et de faire valoir son point de vue... Si les pays étrangers ferment les yeux et ne parviennent pas à endiguer (la puissance de la Chine), ils en souffriront également », a déclaré Johnny Lau, ancien observateur de la Chine, à The Guardian.

Remanier le gouvernement

La Chine prévoit également de remplacer quatre hauts fonctionnaires de l’administration de Hong Kong. Ces changements devraient être annoncés très prochainement. Alvin Yeung, un législateur de la partie civile, a averti que le remaniement administratif n’est pas ordinaire et qu’il est destiné à être une démonstration de pouvoir de la part de Pékin. Tang Jingyuan, un commentateur chinois basé aux États-Unis, a souligné que la Chine profite de la période de pandémie pour exercer son autorité à Hong Kong et que nous verrons très bientôt d’autres actions de ce type du côté chinois.

 

La Chine prévoit de remplacer quatre hauts fonctionnaires de l’administration de Hong Kong. (Image : pixabay / CC0 1.0)
La Chine prévoit de remplacer quatre hauts fonctionnaires de l’administration de Hong Kong. (Image : via pixabay CC0 1.0)
 

Entre-temps, le Conseil juridique d’Australie (Law Council of Australia) a demandé à l’administration de Hong Kong de libérer immédiatement les militants emprisonnés, assurant aux manifestants que le conseil continuera à défendre le droit des Hongkongais à la protestation pacifique et à la liberté d’expression. Gloria Fung, présidente de la liaison Canada-Hong Kong, a demandé au gouvernement canadien d’adopter une position plus ferme sur la question.


Traduit par Camille Lane

Version en anglais : Rights Groups and Lawmakers Hit Out Against Hong Kong’s Arrest of Democracy Activists