Press "Enter" to skip to content

Monde. Deux citoyens japonais meurent après avoir reçu des vaccins Moderna contaminés

ACTUALITÉ > Monde

Le ministère japonais de la Santé a annoncé que deux hommes étaient décédés quelques jours après avoir reçu la deuxième injection du vaccin Covid-19 de Moderna. Les victimes, deux hommes dans la trentaine, avaient reçu des injections de doses provenant d’un des trois lots suspendus depuis par le gouvernement.

Le 16 août, la compagnie pharmaceutique Takeda, chargée de l’importation et de la distribution du vaccin Moderna au Japon, a signalé que 39 flacons de vaccin provenant d’un lot de 57 000 flacons, soit environ 570 000 doses, contenaient des matières étrangères. Dix jours plus tard, le 26 août, Tokyo a annoncé avoir suspendu l’utilisation de 1,63 million de doses de vaccin Moderna envoyées à 863 centres de vaccination.

Le lot 3004667 contenait 39 flacons contaminés. Deux autres lots de taille similaire, 3004734 et 3004956, ont également été suspendus. L’agent contaminant serait une particule métallique. La société espagnole Rovi, qui remplit les flacons de vaccin Moderna pour des marchés autres que les États-Unis, a déclaré que l’une de ses lignes de production pourrait être responsable de « l’incident de fabrication ».

Le 28 août, le ministère japonais de la Santé a annoncé le décès des deux hommes, âgés de 38 et 30 ans, qui avaient reçu chacun une deuxième dose de Moderna provenant du lot 3004734, un des trois lots suspendus. Les deux hommes avaient eu des poussées de fièvre le jour même de la vaccination. Ils sont morts deux jours plus tard.

Selon un responsable du ministère de la Santé, il n’y avait aucune preuve que les doses étaient contaminées. La cause du décès fait toujours l’objet d’une enquête. « Il est important de mener une enquête formelle pour déterminer s’il existe un lien », ont déclaré Moderna et Takeda dans un communiqué.

Le 29 août, un centre de vaccination de la préfecture de Gunma a signalé une minuscule substance noire dans un flacon du lot 3005236. Le gouvernement a immédiatement suspendu les lots concernés, qui représentaient 1 million de doses. Au total, le Japon a suspendu 2,63 millions de doses de Moderna par crainte d’une contamination.

Selon le ministère de la Santé, une partie de la contamination a été causée par l’insertion incorrecte d’aiguilles dans les flacons qui aurait provoqué la rupture de morceaux du bouchon en caoutchouc. Environ 500 000 personnes ont été vaccinées avec des doses appartenant aux trois lots initialement suspendus du vaccin Moderna. 4 575 personnes de la préfecture de Gunma ont reçu les doses du quatrième lot.

Dans une interview à Reuters, Takahiro Kinoshita, physicien et vice-président de Cov-Navi, un groupe d’information sur les vaccins, a déclaré qu’il était peu probable que les deux décès aient été causés par des substances étrangères.

« Si les substances contaminées étaient suffisamment dangereuses pour causer la mort de certaines personnes, beaucoup plus de personnes auraient probablement souffert de symptômes après la vaccination… Cependant, des investigations supplémentaires sont évidemment nécessaires pour évaluer les effets nocifs des doses incriminées », a-t-il déclaré.

Nicholas Rennick, un médecin australien exerçant au NTT Medical Center de Tokyo, a qualifié la contamination de « problème grave » qui nécessitait une enquête. Bien qu’il ait soutenu l’utilisation continue des vaccins Moderna, Nicholas Rennick a déclaré que des « précautions appropriées » doivent être prises.

Le Japon a administré plus de 124 millions de vaccins. 44% du pays a été complètement vacciné. Au 8 août, 1 002 personnes sont décédées après avoir reçu des vaccins. Alors que seulement 11 des décès ont été imputés au vaccin Moderna, les 991 autres décès concernaient des personnes ayant reçu des vaccins Pfizer. Le ministère de la Santé a déclaré qu’aucune relation n’a été établie entre les injections de vaccin et les décès. Des réactions indésirables aux vaccins Moderna ont été signalées avec un taux de 0,01 %.

Selon une étude publiée dans The Lancet en septembre de l’année dernière, le taux de confiance en ce qui concerne l’efficacité et la sécurité des vaccins au Japon est l’un des plus bas au monde. Il existe une spéculation selon laquelle le point de vue du public sur la sécurité des vaccins aurait pu être affecté négativement après que le gouvernement ait retiré sa recommandation d’un vaccin contre le virus du papilllome humain (VPH) en 2013.

Le nombre de nouveaux cas confirmés quotidiens de Covid-19 par million d’habitants au Japon est passé de 6,85 le 21 juin à 153,99 le 29 juin, soit une multiplication par 21. Le nombre de décès au cours de la période est passé de 0,10 à 0,40 décès par million de personnes. Cette augmentation des infections et des décès s’est produite bien que la proportion d’individus entièrement vaccinés soit passée de 23,84 à 45% au cours de cette période.

Taro Kono, le ministre japonais en charge de la campagne nationale du déploiement des vaccins, a récemment déclaré que le gouvernement prévoyait de vacciner complètement la population du pays d’ici octobre ou novembre de cette année. Depuis le début de la pandémie, le Japon a enregistré plus de 1,4 million de cas d’infections au Covid-19 et environ 16 000 décès.

Rédacteur Nello Tinazzo