Press "Enter" to skip to content

Tradition. Célébrer le Nouvel An chinois avec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois

CHINE ANCIENNE > Tradition

Le Nouvel An chinois approche ! Alors que les Chinois célèbrent cette fête traditionnelle avec des feux d’artifice et des pétards, les peintres et écrivains fêtent le Nouvel An chinois avec des tableaux traditionnels de bon augure. Dans la peinture chinoise ancienne, ce type de tableau est connu sous le nom de « Sui Chao Tu », littéralement « Tableaux du Nouvel An chinois », ou « Sui Chao Qing Gong Tu », ce qui signifie littéralement « Tableaux des décorations du Nouvel An chinois ».

Histoire des tableaux du Nouvel An chinois

Le terme « Sui Chao » trouve son origine dans la dynastie Han (206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C.), et désigne le premier jour du Nouvel An chinois traditionnel. Tandis que les tableaux du Nouvel An chinois, apparus sous la dynastie Song (960 à 1279) sont à l’origine comme un événement élégant pour les lettrés afin de célébrer la nouvelle année.

Célébrer le Nouvel An chinoisavec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois
Un tableau du Nouvel An chinois figurant les oiseaux et réalisé par un peintre anonyme sous la dynastie Song. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 


Sous la dynastie des Song du Nord (960 à 1126), l’empereur Huizong, également un grand maître de la peinture et de la calligraphie, a ordonné à ses peintres de la cour de représenter des fleurs et des oiseaux qui ne pouvaient être vus en hiver et de les exposer dans le palais pour animer l’ambiance festive lors du Nouvel An chinois. C’est pourquoi les tableaux du Nouvel An chinois étaient si populaires à cette époque.

Plus tard, sous les dynasties Ming (1368 à 1644) et Qing (1636 à 1912), les tableaux du Nouvel An chinois ont encore gagné en popularité, et les célèbres peintres de Ming tels que Qiu Ying et Tang Yin ont chacun laissé des tableaux du Nouvel An chinois qui perdurent encore de nos jours, permettant aux gens modernes d’admirer les coutumes du Nouvel An, impériaux et populaires du passé.

Il convient de mentionner que le huitième empereur de la dynastie Ming, Xianzong, était également un peintre, habile à créer des statues de divinités, des pivoines, des vases d’or, des pruniers, des bambous, des chrysanthèmes, etc. En 1481, à l’âge de 35 ans, l’empereur Xianzong, confronté à des catastrophes sans fin à l’intérieur du pays et à des menaces aux frontières, a créé un tableau intitulé Les bons présages pour débuter la nouvelle année(岁朝佳兆图) pour exprimer son souhait que tout se passe bien dans l’année à venir.

Sous la dynastie Qing, le peintre italien Giuseppe Castiglione est venu en Chine et a rejoint les peintres de la cour Qing, incorporant des éléments de la peinture occidentale telle que la perspective et le clair-obscur dans la peinture traditionnelle chinoise.

Il était un maître des tableaux du Nouvel An chinois et, avec un autre peintre de la cour, Ding Guanpeng, il a peint Le Nouvel An heureux de l’empereur Qianlong (乾隆帝岁朝行乐图), qui montre l’atmosphère festive et paisible du palais pendant le Nouvel An et les retrouvailles de l’empereur avec ses enfants.

Célébrer le Nouvel An chinoisavec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois
L’empereur Qianlong de la dynastie Qing passe du temps avec ses enfants lors du Nouvel An chinois, peint parGiuseppe Castiglione et Ding Guanpeng. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

Yao Wenhan, Jin Tingbiao et Huang Yue, également peintres de la cour sous la dynastie Qing, étaient très doués pour peindre des figures. Dans leurs tableaux du Nouvel An chinois, on peut souvent voir des scènes de familles célébrant le Nouvel An et de petits enfants s’amusant ensemble : ils allumaient des pétards, agitaient des tambours et faisaient des lions de neige, célébrant ainsi la nouvelle année avec joie.

Parmi les tableaux du Nouvel An chinois plus récents, les peintures de Wu Changshuo (1844 à 1927) sont sans doute parmi les plus distinctives. La plus grande particularité de ses peintures est qu’il peignait rarement des pivoines, car il ne se considérait pas assez prestigieux pour s’y associer.

Son célèbre tableau du Nouvel An chinois contient des sujets tels que des fleurs de prunier rouges dans un vase antique, des jonquilles verdoyantes, une profusion de quenouilles (herbes chinoises) et de beaux rochers, qui sont élégants, festifs et de bon augure, et qui reflètent en même temps la personnalité dépourvue de désirs du peintre et l’élégance de ses œuvres.

Qu’y a-t-il dans un tableau du Nouvel An chinois ?

Les tableaux du Nouvel An chinois sont un témoignage du folklore traditionnel du Nouvel An chinois, avec des éléments tels que des divinités, des personnages, des montagnes, des légumes et des fruits, des objets littéraires et d’autres, exprimant les auspices de la nouvelle année.

Célébrer le Nouvel An chinoisavec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois
Un tableau simple et un tableau complexe. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

Un simple tableau du Nouvel An chinois se compose d’une seule fleur et d’un vase, tandis que des tableaux plus complexes contiennent plus d’une douzaine d’objets et dépeignent même des scènes de ce jour du Nouvel An. Certains objets ordinaires se voient attribuer une connotation culturelle profonde dans ce contexte spécifique.

Par exemple, les fleurs, les plantes et les fruits qui ornaient les bureaux des lettrés étaient peints dans les tableaux de Nouvel An, en raison de leurs couleurs brillantes, et servaient à illuminer le paysage d’hiver morose.

Ces tableaux représentent également très souvent des scènes de fleurs de prunier insérées dans des vases, symbolisant l’esprit des lettrés qui ne craignent pas les difficultés comme une fleur de prunier qui s’épanouit dans le vent froid.

Célébrer le Nouvel An chinoisavec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois
Les fleurs, les vases, les kakis et les accessoires traditionnels figurent souvent dans les tableaux du Nouvel An chinois. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

Les peintres peignent souvent des objets dont la sonorité ressemble à celle de mots chinois exprimant des auspices, tels que les litchis (auspicieux), les kakis, les lys et le Ganoderme luisant (que toutes les choses soient comme elles doivent être), les pétards ou les bambous (faire exploser les bambous pour chasser les mauvais esprits et retrouver la paix), les Ruyi, ainsi que des fruits parfumés tels que le cédrat, la main de bouddha, la papaye, le pomelo et le néflier.

Outre l’image, un tableau du Nouvel An chinois, comme d’autres peintures traditionnelles chinoises, contient également un poème et l’épilogue faits par l’artiste, ce qui démontre la polyvalence de ce dernier. Une tierce personne peut également créer un poème pour un tableau du Nouvel An chinois.

Célébrer le Nouvel An chinoisavec les Sui Chao Tu, tableaux traditionnels du Nouvel An chinois
D’autres supports artistiques pour les tableaux du Nouvel An chinois. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

Dans un sens plus large, les tableaux du Nouvel An chinois comprennent non seulement des peintures mais aussi des gravures sur bois, des tapisseries Kesi (soie gravée), des tableaux sur les céramiques, les paravents et les objets en émail, voire les faux bonsaïs, etc.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.