Press "Enter" to skip to content

Monde. Alan Greenspan : la récession aux États-Unis est le résultat le plus probable

ACTUALITÉ > Monde

La Réserve fédérale (Fed) a resserré sa politique monétaire pour juguler l’inflation galopante, et l’impact négatif d’une série de hausses des taux d’intérêt sur l’économie américaine a attiré l’attention de tous les milieux. L’ancien président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, estime qu’avec la poursuite du resserrement de la politique monétaire par la banque centrale, la récession aux États-Unis est « l’issue la plus probable ».

La récession aux États-Unis est « l’issue la plus probable »

En 2022, la Fed a continué à augmenter fortement les taux d’intérêt de référence, dans l’espoir de ramener l’inflation galopante à 2 %, alors qu’elle n’a jamais été aussi élevée depuis 40 ans, et a déclaré qu’elle continuerait à resserrer sa politique monétaire jusqu’à ce qu’elle atteigne cet objectif.

Bloomberg rapporte que l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, a soutenu dans un commentaire sous forme de questions-réponses sur le site Web de Advisors Capital Management (ACM Wealth) que, bien que les deux derniers rapports mensuels aient montré un ralentissement de l’inflation des prix à la consommation aux États-Unis, « je ne pense pas que cela soit suffisant pour justifier un changement de la Fed. C’est insuffisant pour justifier que la Fed modifie sa politique monétaire et évite une légère récession ».

Alan Greenspan, 96 ans, qui est conseiller économique principal chez Advisors Capital Management, a déclaré que la croissance de la masse salariale américaine, la croissance de l’emploi doit encore ralentir pour que le recul de l’inflation ne soit pas un phénomène temporaire. « Nous pouvons avoir une brève période de calme en termes d’inflation, mais je pense que c’est trop tard », a-t-il précisé.

Alan Greenspan estime que le risque d’une baisse trop rapide des taux est que l’inflation « pourrait s’enflammer à nouveau et nous serions de retour à la case départ ». Cela pourrait nuire à la crédibilité de la Réserve fédérale en tant que garante de la stabilité des prix. « Pour cette seule raison, je ne pense pas que la Fed assouplisse sa politique monétaire trop tôt, à moins qu’elle ne pense que c’est absolument nécessaire, par exemple pour prévenir les défaillances des marchés financiers ».

La Fed est responsable de la récession

Selon le Wall Street Journal, les résultats d’une nouvelle enquête montrent que les deux tiers des économistes de 23 grandes sociétés financières qui font directement affaire avec la Fed pensent que les États-Unis connaîtront une récession en 2023. Les problèmes économiques les plus importants aux États-Unis sont la réduction de l’épargne personnelle, la contraction du marché immobilier et le resserrement des taux de prêt par de nombreuses banques.

La Fed a procédé à des hausses rapides des taux d’intérêt en 2022 pour contrer l’inflation galopante, en essayant de la freiner sans déclencher de récession. Sept hausses de taux ont fait passer le taux d’intérêt de référence d’un niveau proche de zéro, avec une fourchette allant de 0 % à 0,25 % en mars 2022 à une fourchette de 4,25 % à 4,5 % à la fin de l’année : une hausse de taux record en 15 ans. Mais pour l’instant, l’inflation reste environ trois fois supérieure à son objectif de 2 %, selon la mesure préférée de la Réserve fédérale. La Fed prévoit que le taux d’intérêt de référence atteindra une fourchette de 5 % à 5,25 % d’ici la fin de 2023 et qu’elle ne réduira pas ses taux avant 2024.

L’impact de la hausse des taux de référence sera le plus marqué sur le marché du logement, où les ventes ont fortement chuté au second semestre 2022. En octobre 2022, le taux hypothécaire fixe à 30 ans aux États-Unis a dépassé 7 %, ce qui constitue une première depuis 2002.

Selon les statistiques de la National Association of Realtors, les ventes de maisons préfabriquées aux États-Unis ont chuté de 7,7 % en novembre 2022 par rapport à octobre, et les ventes ont baissé de 35,4 % en glissement annuel en novembre. Les ventes de biens immobiliers aux États-Unis ont maintenant une tendance à la baisse depuis 10 mois consécutifs, la plus longue période enregistrée depuis 1999.

Le Wall Street Journal rapporte que les grandes banques américaines ont également resserré leurs taux et leurs politiques de prêt au cours des derniers mois, ce qui est un signe traditionnel de récession.

Parmi les 23 grandes sociétés financières américaines qui font directement affaire avec la Fed, Barclays, Bank of America, UBS et d’autres sociétés prévoient « un ralentissement de la croissance du PIB mondial en 2023 et une récession aux États-Unis et dans les pays de la zone euro ».

La plupart des économistes de 23 grandes sociétés financières estiment que le coupable de la récession aux États-Unis est la Réserve fédérale. Elle tente de freiner l’inflation galopante par une série de hausses des taux d’intérêt, bien que la croissance de l’inflation ait ralenti et reste bien au-dessus de l’objectif prévu par la Fed.

Ils s’attendent à ce que la hausse des taux d’intérêt de la Fed entraîne une augmentation du taux de chômage aux États-Unis, qui passera de 3,7 % en novembre 2022 à plus de 5 %. Bien qu’il soit encore faible par rapport aux normes historiques, cela signifie que des millions d’Américains vont perdre leur emploi. Par conséquent, l’économie américaine connaîtra une récession en 2023.

Malgré les performances économiques relativement bonnes pendant la hausse des taux en 2022, par exemple, les demandes initiales d’allocations chômage restent faibles, les économistes continuent de dire que l’effet de refroidissement des taux d’intérêt élevés se manifestera plus clairement en 2023. Les taux d’intérêt américains sont toujours bien inférieurs aux niveaux historiques, mais ils sont également à leur plus haut niveau depuis le déclenchement de la crise financière mondiale en 2008.

Toutefois, Credit Suisse, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan Chase et Morgan Stanley, cinq grandes sociétés financières, estiment que les États-Unis ne connaîtront pas de récession en 2023 ou 2024.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.