Zhu Yuanzhang a épargné l’arbre du temple

Par Lü Wen
Le 02/03/2021
Le portrait de Zhu Yuanzhang. (Image : wikimedia / Domaine public)
Le portrait de Zhu Yuanzhang. (Image : wikimedia / Domaine public)
 

Selon les « Essais sur les sept catégories » (七修類稿), écrits par le bibliophile Lang Ying de la dynastie Ming (明, 1368-1644), lorsque Zhu Yuanzhang (朱元璋), l’empereur fondateur de la dynastie Ming, a conduit son armée à travers la rivière, le mât du grand navire sur lequel il se trouvait s’est soudainement brisé. À ce moment là, quelqu’un a vu un grand arbre droit et élancé à côté du temple à l’est de la rivière, qui pourrait être abattu pour remplacer le mât cassé. Zhu Yuanzhang a amené son équipage et ses soldats au temple pour abattre l’arbre.

Le prêtre dirigeant le temple a dit que la divination pouvait donner une réponse juste et qu’il était prêt à demander aux dieux. Zhu Yuanzhang était d’accord pour que la demande soit faite. Il a tiré une carte, qui disait : « Toute chose dans ce monde a un maître, ne prenez pas un seul centime non légitime et qui ne vous appartient pas. Même un grand héros inné et prédestiné doit suivre les règles à chacun de ses pas ». Dès qu’il a lu cela, Zhu Yuanzhang a été très heureux, il a abandonné l’idée d’abattre cet arbre. Plus tard, Zhu Yuanzhang a unifié le pays. On peut en déduire que le destin de Zhu Yuanzhang était prédestiné et connu préalablement des dieux et des êtres surnaturels, et que ce n’était pas simplement le fruit de ses propres efforts.

D’après les archives, Zhu Yuanzhang, en tant qu’empereur fondateur d’une dynastie, croyait aux dieux et les respectait, sinon il n’aurait jamais accepté la proposition du prêtre du temple de vénérer les dieux et de faire la divination. Il respectait également le code moral pour les êtres humains, et ne prenait pas ce qu’il voulait par la force si les dieux n’étaient pas d’accord.

Contrairement aux données historiques, si nous regardons la dynastie rouge du Parti Communiste Chinois aujourd’hui, depuis le tout début jusqu’à aujourd’hui, elle n’a cessé de promouvoir l’athéisme, les propos incitant à ne pas croire en Dieu, encore moins à respecter les dieux, mais au contraire à constamment diffamer, restreindre et même persécuter les gens qui croient aux dieux et aux Bouddhas, comment Dieu peut-il le pardonner ?


Traduit par Jessica Wang

Version en chinois : 歷史故事:朱元璋不伐神廟之木