Suicide d’un célèbre spécialiste de greffes d’organes en Chine

Par Vision Times
Le 02/03/2021

Un spécialiste de la transplantation d’organes décède de mort violente pendant le Festival des Lanternes

 

(Image : Sasin Tipchai / Pixabay)
Lorsque Zang Yunjin travaillait à l’Institut de transplantation hépatique à l’hôpital général de la police armée, il a été répertorié comme l’une des personnes responsables des prélèvements d’organes à vif par l’Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG). (Image : Sasin Tipchai / Pixabay)
 

L’expert en transplantation hépatique et membre du Parti Communiste Chinois (PCC), Zang Yunjin, est mort à la suite d’un suicide, aux premières heures de la Fête des Lanternes. Dans sa nécrologie, il est mentionné que Zang Yunjin a réalisé plus de 2600 transplantations hépatiques, ce qui le situe parmi ceux qui ont réalisé le plus grand nombre de transplantations d’organes en Chine.

Le 26 février, aux premières heures de la Fête des lanternes, une nécrologie officielle a été publiée, indiquant que Zang Yunjin, un spécialiste des greffes hépatiques et membre du PCC, était décédé, mais aucune cause de décès n’a été annoncée.

Suicide en Chine du chirurgien qui a effectué le plus grand nombre de transplantations hépatiques

Selon l’annonce de l’hôpital affilié à l’université de Qingdao, Zang Yunjin, vice-président du groupe médical de l’université de Qingdao, est décédé à 4h40 le 26 février, à l’hôpital affilié à l’université de Qingdao, à l’âge de 57 ans. L’annonce n’a pas précisé la cause du décès de Zang Yunjin.

Le 27 février, le média du continent, Yi Xue Jie, que l’on pourrait traduire par Le corps médical, a cité des sources disant que Zang Yunjin avait sauté d’un bâtiment, causant ainsi sa mort. Ce même jour, Yi Xue Jie a contacté trois membres de l’équipe en charge de l’organisation des funérailles de Zang Yunjin : ils ont tous déclaré qu’ils n’étaient « pas libres de divulguer les informations ».

La plupart des commentaires de l’article ont été supprimés ou masqués. Mais sur le réseau social wangyi, certains internautes ont partagé ces commentaires : « J’ai sauté du 16e étage de l’hôpital Est de l’hôpital Qingyi, j’ai le vertige, qu’est-ce que cela peut cacher ? », « Y a-t-il trop de pression ? », « Certaines personnes ont-elles été transplantées, comme elles le voulaient ou a-t-on fabriqué une source de foie sans source de foie ? ».

La nécrologie, indique que Zang Yunjin était le chef de la transplantation hépatique à l’hôpital du Shandong Qianfoshan, à l’hôpital général de la police armée de Pékin, à l’hôpital You’an de Pékin et à l’hôpital affilié à l’université de Qingdao. Elle précise aussi que ce chirurgien a effectué au moins 2 600 greffes de foie.

L’encyclopédie en ligne Baidu Baike a décrit Zang Yunjin dans ces termes : « Dans le domaine de la transplantation hépatique, sur les 100 chirurgiens qui pratiquent la transplantation hépatique en Chine, il a été classé parmi les dix premiers, pendant quatre années consécutives, et... le nombre et la qualité des opérations ont atteint le premier rang en Chine ».

Les informations montrent que Zang Yunjin était directeur adjoint de l’Institut de transplantation du foie de l’hôpital général de la police armée, directeur du département de transplantation du foie de l’hôpital de Qianfoshan de l’université du Shandong, vice-président du groupe médical de l’université de Qingdao, directeur du département de chirurgie de l’hôpital affilié à l’université de Qingdao, directeur du centre de transplantation d’organes et directeur de l’Institut de médecine de transplantation.

Lorsque Zang Yunjin travaillait à l’Institut de transplantation hépatique à l’hôpital général de la police armée, il a été répertorié comme l’une des personnes responsables des prélèvements d’organes à vif par l’Organisation mondiale d'investigation sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG). Selon les informations citées par l’Organisation, de 2004 à 2008, Zang Yunjin a participé à 1 600 prélèvements de foie effectués par le premier hôpital central de Tianjin. Parmi eux, 1591 étaient des hommes et 9 étaient des femmes, avec un âge moyen de 34,5 ans.

Un utilisateur de Twitter a déclaré : « En sachant trop bien que tout problème interne est réduit au silence, une vague de suicides arrive ! ».

D’autres se sont interrogés : « Le meilleur spécialiste chinois du foie, Zang Yunjin, s’est donné la mort en sautant d’un immeuble à l’âge de 57 ans et a effectué plus de 2600 transplantations de foie ! D’où viennent tant de donateurs ? ».

 

Selon le rapport Prélèvement meurtriers, écrit par David Matas et David Kilgour, les hôpitaux, en étroite collaboration avec les autorités du PCC, ont commencé en 2000, les « prélèvements d’organes sur les vivants », sur les prisonniers de conscience, dont des pratiquants de Falun Gong. (Image : wikimedia / Louperivois / CC BY-SA 3.0)
Selon le rapport Prélèvements meurtriers, écrit par David Matas et
David Kilgour, les hôpitaux, en étroite collaboration avec les autorités
du PCC, ont commencé en 2000, les « prélèvements d’organes à vif »,
sur les prisonniers de conscience, dont des pratiquants de
Falun Gong. (Image : wikimedia / Louperivois / CC BY-SA 3.0)
 

Suicides en Chine de médecins qui étaient chargés de transplanter des organes

Li Baochun, spécialiste de la transplantation rénale à Shanghai, s’est suicidé en sautant d’un immeuble.

En 2007, Li Baochun, un néphrologue renommé de l’hôpital de Changhai de la deuxième université de médecine militaire, est décédé à la suite de sa chute d’un bâtiment. Selon les médias du continent, des personnes connaissant Li Baochun ont déclaré qu’il souffrait souvent d’insomnie dans les mois précédant sa chute, et que même les somnifères ne fonctionnaient pas. Parfois, Li Baochun tombait sans raison, mais rien ne pouvait être détecté.

Il a été rapporté que Li Baochun souffrait d’une grave dépression et qu’il a été admis dans le service de neurologie de l’hôpital, où il a commencé à prendre des antidépresseurs. Li Baochun était le meilleur pour les transplantations rénales. Selon WOIPFG, une grande partie des reins utilisés pour ses opérations provenaient de pratiquants de Falun Gong, et les organes étaient prélevés à vif.

Zhang Shilin, directeur adjoint du centre de cancérologie de Shanghai, a sauté d'un bâtiment et est mort.

Le 24 mars 2014, Zhang Shilin, directeur adjoint du département d’urologie de l’hôpital spécialisé en cancérologie de Shanghai, a sauté de la fenêtre de son bureau au huitième étage et est tombé dans le grand réservoir d’oxygène de l’hôpital en contrebas. Après l’accident, l’hôpital a publié un message sur Weibo disant qu’un employé de l’hôpital surnommé Zhang a sauté du service d’hospitalisation en raison de dépression et est décédé après l’échec des efforts de réanimation. Zhang Shilin, né en 1969, est décédé à l’âge de 44 ans. Lui et Li Baochun étaient des collègues et tous deux figuraient sur la liste WOIPFG.

Li Leishi, « parrain de la transplantation rénale » de l’hôpital de Nanjing, s’est suicidé en sautant d'un bâtiment

Le 16 mars 2010, Li Leishi, ancien vice-président de l’hôpital général de la région militaire de Nanjing, académicien de l’Académie chinoise d’ingénierie et néphrologue de renommée internationale, est décédé après avoir sauté d’un immeuble de 14 étages à Nanjing. Il avait 84 ans.
Li Leishi a participé directement à des milliers d’opérations de transplantation rénale, a également présidé la compilation du Manuel chinois de transplantation rénale et est devenu le « parrain » des médecins de transplantation d’organes en Chine continentale. En 2004, le centre de transplantation rénale de Li Lei Shi a effectué plus de 1 000 opérations de transplantation rénale, avec une moyenne de plus de 3 opérations par jour. Li Leishi était inclus dans la liste d’enquête par WOIPFG.

 

Dans le livre Organes de L’État : Abus de transplantation d’organes en Chine. David Matas et le Docteur Torsten Trey, le rôle des autorités chinoises dans le domaine du tourisme de transplantation est clairement indiqué. (Image : wikimedia / Alexander M. Hamrle / The Epoch Times (Velká Epocha) / CC BY 3.0)
Dans le livre Organes de L’État : Abus de transplantation d’organes en Chine.
David Matas et le Docteur Torsten Trey, le rôle des autorités chinoises dans le
domaine du tourisme de transplantation est clairement indiqué. (Image : wikimedia /
Alexander M. Hamrle / The Epoch Times (Velká Epocha)
/ CC BY 3.0)

 

Le « premier bistouri » de la transplantation de foie à l’hôpital de Qilu, Jiang Xusheng, a commis un tragique suicide.

À 11 heures le 13 octobre 2013, Jiang Xusheng, professeur de chirurgie générale et directeur de la transplantation hépatique à l'hôpital Qilu de l’université de Shandong s’est suicidé à son domicile dans le bâtiment 6 de l’appartement expert du côté ouest de l’hôpital Qilu. 
Jiang Xusheng était connu pour sa technique améliorée de transplantation hépatique, et comme un « bistouri » pour la transplantation hépatique. Les dizaines de « documents universitaires » de Jiang Xusheng sont tous basés sur un grand nombre d’essais cliniques de « prélèvement d’organes à vif ». Dès 2008, Jiang Xusheng a été inclus sur la liste de traçage par WOIPFG, en raison de prélèvements d’organes à vif.

Selon une infirmière du service des urgences en charge du cas de Jiang Xusheng, ce dernier a été amené à l’hôpital avec de multiples coups de couteau au cou et à l’abdomen supérieur, et est mort à l’âge de 50 ans, après une tentative de réanimation infructueuse. La mort de Jiang Xusheng a laissé beaucoup de gens perplexes, car ce type de suicide par coupures au cou et à l’abdomen est extrêmement rare : après tout, c’est une façon extrêmement douloureuse et sanglante de mourir, par rapport au fait de sauter d’un bâtiment.

Des rapports font état d’abus de prélèvement d’organes et de tourisme de transplantation d’organes

Selon des rapports et des analyses : dont le rapport Prélèvements meurtriers : Deuxième rapport concernant les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine, rédigé par David Kilgour et David Matas, en 2007, ou encore le livre écrit par David Matas et Docteur Torsten Trey, Organes de L’État: Abus de transplantation d’organes en Chine, en 2013, les hôpitaux, en étroite collaboration avec les autorités du PCC, ont commencé en 2000, les « prélèvements d’organes à vif », sur les prisonniers de conscience, dont des pratiquants de Falun Gong.

 

Le gouvernement de Jiang Zemin a créé une « banque de donneurs d’organes » composée principalement de pratiquants de Falun Gong et développé une importante industrie de transplantation d’organes, à l’origine du tourisme de transplantation d’organes. (Image : wikimedia / kremlin.ru / CC BY 3.0)
Le gouvernement de Jiang Zemin a créé une
« banque de donneurs d’organes » composée
principalement de pratiquants de Falun Gong
et développé une importante industrie de
transplantation d’organes, à l’origine du tourisme
de transplantation d’organes. (Image : wikimedia
/ kremlin.ru / CC BY 3.0)
 

Le gouvernement de Jiang Zemin a commencé à réprimer et persécuter systématiquement les pratiquants de Falun Gong en 1999, puis a créé une « banque de donneurs d’organes » composée principalement de pratiquants de Falun Gong. Il a par la suite rapidement développé une importante industrie de transplantation d’organes basée sur la contrainte, entraînant ainsi la mort de milliers de personnes. Presque toutes les installations de transplantation d’organes en Chine sont soupçonnées d’être impliquées dans la chaîne industrielle du « prélèvement d’organes à vif » et du « tourisme de transplantation d’organes ».


Traduit par Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Version en chinois : 中共器官移植专家元宵节暴亡 官方讳莫如深