L’odyssée fascinante de deux jeunes nomades en Australie

Par Vision Times
Le 23/12/2020
Meg et Ollie Clothier, un couple de jeunes mariés en voyage de noces, ont décidé d’aider les agriculteurs touchés par la sécheresse cette année. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Meg et Ollie Clothier, un couple de jeunes mariés en voyage de noces, ont décidé d’aider les agriculteurs touchés par la sécheresse cette année. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

L’Australie est le plus sec des continents habités. Au total, près de 70 % du continent reçoit moins de 500 millimètres de pluie par an, le rendant aride ou semi-aride. La sécheresse y est un phénomène récurrent, cependant la situation actuelle est l’une des plus graves de l’histoire de l’Australie. La sécheresse a dévasté la région causant d’énormes pertes de bétail dans les ranchs, décimant les troupeaux de moutons et réduisant en poussière les étendues de terres arables dans le vaste outback (ou bush). Ce sont ces raisons qui ont poussé Meg et Ollie Clothier, un couple de jeunes australiens, à consacrer l’année 2020 à aider les agriculteurs du pays.

Meg et Ollie Clothiers

Ollie Clothier est chaudronnier qualifié et Meg Clothier est ergothérapeute à Broken Hill, Nouvelle-Galles du Sud (NSW). Tous deux sont issus de familles d’agriculteurs des régions d’Orroroo et de Lucindale, en Australie du Sud. Ils ont donc un lien d’affinité avec l’agriculture.

L’Australie du Sud, les États de la Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland ont souffert d’une sécheresse dévastatrice, les précipitations de 2019 ayant été inférieures à 50 millimètres. Le couple a planifié un voyage d’un an pour apporter leur aide bénévole aux agriculteurs touchés par la sécheresse dans toute l’Australie, aidant à soulager leur détresse.

Le couple a publié le projet « Two Young Nomads » sur leur page Facebook, lui donnant le nom de « lune de miel d’un an » et ont commencé leur odyssée juste avant Noël 2019. Les jeunes nomades passent en moyenne 10 jours dans chaque ferme. Ils passent leur temps à nettoyer les abreuvoirs, à vérifier l’état des moulins à vent, à installer des clôtures et à prendre soin des animaux domestiques. Tout ce qu’ils demandent en échange de ces services est un endroit pour se loger et du carburant pour atteindre leur prochaine destination.

 

Meg et Ollie Clothier aidaient entre autres à vérifier l’état des moulins à vent dans les fermes australiennes. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Meg et Ollie Clothier aidaient entre autres à vérifier l’état des moulins à vent dans les fermes australiennes. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Le problème de la sécheresse

La température moyenne mondiale semble augmenter. Selon l’Australian Bureau of Agricultural and Resource Economics and Sciences (ABARES), la hausse des températures et l augmentation de l’intensité de la sécheresse au cours de la période 2000-2019, par rapport à celle de la période 1950-1999, a eu un impact dramatique sur les cultures et l’élevage australiens.

« Les températures moyennes ont augmenté d’environ un degré depuis 1950, alors qu’au cours des dernières décennies on a assisté à une diminution des précipitations hivernales, en particulier dans le sud-ouest et le sud-est de l’Australie », a déclaré Neal Hughes, économiste principal de l’ABARES, dans un rapport qui analyse les effets de la variabilité climatique sur les cultures et l’élevage australiens.

Selon un rapport du gouvernement australien, l’impact cumulé des conditions de sécheresse a entraîné une baisse de la production, une réduction du nombre de têtes de bétail et une hausse du coût du fourrage. Sur la côte est du pays, la sécheresse a affecté 49 % des terres agricoles essentiellement herbeuses et a entraîné une augmentation de 17 % des abattages de bétail. Dans le sud-est tempéré, un tiers des exploitations laitières devraient perdre de l’argent cette année. Le bénéfice moyen des exploitations agricoles de Nouvelle-Galles du Sud en 2019-20 est le plus bas enregistré par ABARES depuis plus de 40 ans.

 

Un tiers des exploitations laitières de la région tempérée du Sud-Est devraient perdre de l’argent cette année. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Un tiers des exploitations laitières de la région tempérée du Sud-Est devraient perdre de l’argent cette année. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Avril 2020 : Le projet en suspens à cause de la pandémie de Covid-19

L’histoire passionnante de ces « deux jeunes nomades » a rapidement été appréciée par les médias en ligne. Cependant, après environ quatre mois et 14 500 kms passés à voyager à travers le Queensland, la New South Wales et L’Australie Méridionale, la pandémie de Covid-19 a commencé à se propager en Australie. Le gouvernement a imposé le confinement au pays pour freiner la propagation du virus. Ollie et Meg Clothiers ont été contraints de mettre le projet en stand by, car ils ont dû retourner dans la propriété familiale d’Ollie Clothiers, dans le sud-est du pays, en raison du confinement. Mais ils n’ont pas pour autant abandonné leur projet.

Lorsque les restrictions ont été levées, Meg et Ollie Clothiers ont repris leur voyage. Actuellement, ils ont parcouru plus de 35 000 kms (21 000 miles). Ils prévoient de terminer leur voyage avant Noël 2020, en couvrant la dernière ferme du Territoire du Nord de l’Australie.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : The Fascinating Odyssey of 2 Young Nomads in Australia