Comment bénéficier d’une eau potable et gratuite à Rome

Par Vision Times
Le 17/10/2019
 
Rome offre de l'eau potable gratuite grâce à ses nombreux nasoni. (Image: wikimedia / GNU FDL)
Rome offre de l'eau potable gratuite grâce à ses nombreux nasoni. (Image: wikimedia / GNU FDL)

 

Si vous envisagez de vous rendre à Rome, sachez que vous n’aurez pas à dépenser un centime pour vous procurer de l’eau en bouteille. Rome possède des milliers de fontaines réparties dans toute la ville, les nasones, où vous pourrez vous désaltérer gratuitement. L’origine du terme nasone, vient de la forme typique du robinet, qui évoque un grand nez.

 La cité des fontaines

«L'eau fraîche qui s’écoule en permanence de ce nasone est acheminée vers la métropole depuis le lac de Bracciano, situé à 30 kms de là, via un long aqueduc construit par les anciens Romains… Après la chute de l’Empire romain, les aqueducs sont tombés en désuétude et se sont détériorés. Ils n’ont été restaurés qu’aux 17e et 18e siècles», selon Amusing Planet.

À l'origine, ils ont été construits pour fournir de l'eau potable aux marchés de rue. Mais aujourd'hui, ils sont une bénédiction pour les voyageurs et les touristes. L’eau s’écoule 24 heures sur 24, car l'arrêt de l'écoulement ferait stagner l’eau dans les tuyaux, favorisant ainsi la croissance de bactéries sources de contamination. Cependant, il n’y a pas de  gaspillage, car l’eau qui  n’est pas bue est recyclée et utilisée pour des activités comme le nettoyage des usines et l'arrosage des jardins. 

 

Il existe  environ 2 500 nasoni à Rome. (Image: Sotamies via wikimedia CC BY-SA 4.0)
Il existe environ 2 500 nasoni à Rome. (Image: Sotamies via wikimedia CC BY-SA 4.0)

 

Pour boire à partir d'un nasoni, tout ce que vous avez à faire est de bloquer la sortie d’eau au niveau inférieur de la structure. Cela forcera l'eau à sortir vers le haut, et vous pourrez boire directement sur place ou collecter l’eau dans une bouteille. selon Explore Italian Culture  «les fontaines nasoni sont construites en fonte, avec une hauteur d’environ un mètre et un poids d’une centaine de kilos. Elles sont au nombre de 2 500, réparties sur la commune de Rome et vous pourrez en trouver de plus anciennes dans le quartier de Trastevere».

L’entreprise Acea, en charge de la gestion de l’eau à Rome, garantit la qualité de l’eau que vous consommez à partir des nasoni. La société a également une page Web qui vous aide à localiser un nasoni à proximité.

L'eau gratuite à Londres

Londres semble suivre l'exemple de Rome. En juillet, dans le cadre d’un projet d’un coût de 5 millions de livres sterling, la ville a ouvert au public 50 fontaines à eau potable fournissant gratuitement l'eau épurée de la Tamise au public. Ces fontaines sont majoritairement installées dans les zones à forte circulation comme les centres commerciaux, les gares, les terrains de loisirs, les marchés, etc. L'administration londonienne prévoit l’installation de plus de 100 fontaines de ce type, dans toute la ville, d'ici fin 2020.

L’entreprise Thames Water est également chargée de l’entretien des fontaines pendant une période de 25 ans. Shirley Rodrigues, maire adjointe chargée de l'environnement et de l'énergie a déclaré  au journal The Guardian «Ce que les consommateurs nous ont dit lors de l’étude de faisabilité du projet, c'est qu'ils voulaient pouvoir remplir leurs propres bouteilles avec des fontaines sûres, accessibles, visibles et fonctionnelles».

 
Le Royaume-Uni utilise près de 38,5 millions de bouteilles en plastique par  jour. (Image: pexels / CC0 1.0)
Le Royaume-Uni utilise près de 38,5 millions de bouteilles en plastique par  jour. (Image: pexels / CC0 1.0)

La décision d’installer des fontaines à eau est aussi motivée en partie par la crise du plastique au Royaume-Uni. Selon les estimations, un Londonien moyen achète plus de 3 bouteilles en plastique par semaine. Le pays utilise près de 38,5 millions de bouteilles en plastique par jour, dont seulement la moitié sont recyclées. Plus de 16 millions de bouteilles doivent être brûlées ou finissent dans des décharges, tandis que certaines se retrouvent dans les océans. Les conséquences néfastes pour la ville sur le  long terme, sont évidentes.

 

Traduit par Marlène Deloumeaux

Version anglaise : http://www.visiontimes.com/2019/10/11/why-you-will-never-go-thirsty-in-rome.html