Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui alimente la crise des opioïdes

SANTÉ > Bien-être

On appelle pavots toutes les papavéracées du genre Papaver, regroupant plusieurs espèces allant du coquelicot (Papaver rhoeas) au pavot à opium (Papaver somniferum). Ce genre de plantes est connu pour avoir révolutionné la médecine, et alimenté la crise des opioïdes.

Les pavots poussent dans le monde entier, de la toundra glaciale aux déserts brûlants. On peut les trouver dans les champs, les jardins, en pots, ou tout simplement dans la nature. Aux Etats-Unis, la loi fédérale considère les graines de pavot comme des substances licites. Ces graines nutritives sont riches en protéines, en calcium et en hydrates de carbone.

Dès le XIIe siècle, on a vu des plants de pavot pousser dans les ruines des champs de bataille. Les champs de bataille désertés par Gengis Khan, ainsi que les zones de combat après la Première Guerre mondiale ont généré une profusion de pavots blancs. Pour cette raison, on leur a attribué à la fois le symbole de la mort et du renouveau. Le coquelicot rouge est devenu le symbole des soldats morts au combat et celui du jour du Souvenir pour les anciens combattants.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
Coquelicots rouges dans un champ de blé. (Image : Roland Lang / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Le pavot à opium

Le pavot somnifère ou pavot à opium (Papaver somniferum) offre un large choix de couleurs allant du blanc irisé au rose en passant par le rouge et le bleu. Cette plante d’une remarquable beauté qui servait d’ornement dans les jardins du monde entier, a aussi déclenché une série de guerres, généré des richesses et des joies inouïes, mais aussi un chaos et une tristesse indescriptibles.

Le pavot à opium est connu pour ses propriétés narcotiques. Le principal alcaloïde de l’opium est la morphine, une substance largement utilisée en médecine à travers l’histoire comme le plus puissant analgésique connu de l’homme.

L’usage de l’opium remonte à l’ancienne civilisation sumérienne, aux Assyriens, aux Babyloniens et aux Égyptiens, il y a environ 5 000 ans. Dans l’Égypte ancienne, la consommation et le commerce de l’opium ont prospéré sous le règne du roi Toutankhamon. Le pavot à opium était utilisé à des fins psychotropes et hallucinogènes, religieuses, spirituelles et rituelles. Il était également utilisé à des fins médicinales pour traiter l’insomnie et la diarrhée.

En Grèce, à l’époque classique, les agriculteurs de Chypre avaient mis au point des instruments pour inciser les capsules lors de la récolte, et les extraits de pavot étaient souvent combinés avec la ciguë, un poison utilisé pour les exécutions. De ce fait, le pavot était l’attribut de trois dieux grecs : Hypnos, le dieu du sommeil, Nix, le dieu de la nuit, et Thanatos, le dieu de l’oubli et de la mort.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
Statuette en bronze d’Hypnos avec une couronne de fleurs de pavots et des ailes fixées à ses tempes. Il verse dans une corne le philtre magique qui endort les êtres vivants (Ier siècle ap. J.-C., copie de l’original hellénistique, Musée archéologique national de Florence). (Image: Carole Raddato / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Dans l’Odyssée, Homère fait référence au potentiel de l’opium qui était jeté « dans le vin pour calmer toute douleur et toute colère et faire oublier tout chagrin ».

Origines inconnues

La découverte de l’opium ne peut être liée précisément à un lieu ou à une période spécifique, mais on pense que des champs de pavots à opium fleurissaient autrefois à l’endroit où se trouve aujourd’hui le garage souterrain de l’Opéra de Zurich. Des chercheurs de l’université de Bâle ont pu étayer l’hypothèse selon laquelle des agriculteurs préhistoriques cultivaient le pavot autour des Alpes et que ces derniers ont commencé à cultiver et à commercialiser le pavot à opium à grande échelle à partir d’environ 5 500 avant notre ère.

Entre le XVe et le XVIIIe siècle, des maladies ont ravagé l’Europe et d’autres parties du globe, et l’opium était couramment utilisé pour soigner les patients fortunés. Le médecin et alchimiste suisse-allemand Paracelse a expérimenté l’opium au XVIe siècle et est à l’origine du laudanum, qui est devenu un terme générique pour tout mélange opium-alcool. Paracelse est connu pour sa célèbre remarque : « Tout est poison, rien n’est sans poison. C’est le dosage qui en fait soit un poison, soit un remède ».

Dans les années 1660, le médecin anglais Thomas Sydenham a popularisé sa propre teinture d’opium, qu’il a également nommée laudanum. Il a donné à l’alcaloïde qu’il avait découvert le nom de Morphée, le dieu grec du sommeil et des rêves.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
L’opium brut est extrait d’une capsule fraîche et immature de Papaver somniferum, sous forme de latex. (Image : wikimedia / KGM007 / Domaine publique)

Les guerres de l’opium

Après l’interdiction de fumer du tabac en Chine au XVIIe siècle, l’usage récréatif de l’opium est devenu plus populaire. Les fumeries d’opium, où les clients pouvaient acheter et fumer la drogue, se sont multipliées dans toute la Chine, puis dans d’autres parties du monde.

L’empereur Jiaqing a interdit l’importation d’opium en 1799, bien qu’à cette époque l’Angleterre ait développé un important commerce d’opium avec la Chine. À la suite des efforts de l’Angleterre pour empêcher et contourner l’interdiction de l’opium, la première et la deuxième guerre de l’opium ont éclaté en 1839 et 1842, respectivement. À cette époque, les médecins américains utilisaient l’opium comme agent thérapeutique à des fins multiples, notamment pour soulager les douleurs du cancer, les spasmes du tétanos et les douleurs aiguës liées aux menstruations et à l’accouchement. Ce n’est que vers la fin du XVIIIe siècle que certains médecins ont commencé à reconnaître le potentiel addictif de l’opium.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
Illustration d’une gravure sur bois du magazine britannique « The Illustrated London News » , le 6 mars 1858. « La guerre en Chine » - attaque du bateau « Banterer » dans la crique de Sai-Lau, sur la rivière Canton, montrant le lieutenant Pim repoussant les soldats chinois qui l’attaquent tandis que certains membres de son équipage s’échappent, lors d’un incident survenu le 14 décembre 1857. (Image : wikimedia / United States Library of Congress’s Prints and Photographs division / Domaine publique)

L’héroïne a été synthétisée à partir de la morphine par un chimiste anglais en 1874, mais n’a été commercialisée sous le nom d’héroïne qu’en 1898 par la Bayer Pharmaceutical Company. Des tentatives ont été faites pour utiliser l’héroïne à la place de la morphine, mais en raison de problèmes de dépendance évidents, elle a finalement été classée comme une drogue illégale aux États-Unis.

Bien que l’invention de la seringue ait permis aux médecins d’utiliser des opiacés en chirurgie et dans le traitement général de la douleur dès le milieu du XIXe siècle, la création d’analgésiques n’a pas suscité une attention considérable avant le XXe siècle.

La morphine a été largement utilisée pendant la guerre civile pour soulager les douleurs chroniques dues aux blessures subies pendant le service, mais cela a entraîné une dépendance à la morphine chez près de 400 000 soldats. Plusieurs nouveaux médicaments ont été introduits sur le marché afin de répondre à l’augmentation de la demande, dont la majorité a été reconnue plus tard comme des opioïdes. Les opioïdes imitent les peptides opioïdes naturels de l’organisme, notamment les endorphines produites par l’hypophyse après une activité intense.

Héroïne et opioïdes de synthèse

L’abus de jus de pavot (même pendant une semaine) peut entraîner une dépendance et la mort. Toutefois, les décès par overdose de plante d’opium brute sont extrêmement rares. Les opioïdes synthétiques sont la catégorie de drogues qui connaît la plus forte croissance en termes de mortalité par overdose aux États-Unis. En raison du coût élevé des antidotes tels que le NARCAN®, de nombreux premiers intervenants n’ont pas accès aux traitements permettant de sauver la vie des patients victimes d’une surdose.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
Femmes blanches dans une fumerie d’opium, quartier chinois , San Francisco. Extrait d’un album de vues de la Californie et de l’Ouest, du Canada et de la Chine. (Image : wikimedia / US Library of Congress / Domaine publique) 

Depuis des années, il est relativement facile d’obtenir des ordonnances pour des opiacés synthétiques coûteux tels que le fentanyl, la codéine, le Vicodin, le Norco et l’Oxycontin. La plupart de ces médicaments sont à libération prolongée et peuvent être pris sous diverses formes. Ils sont essentiellement une forme légale d’héroïne.

Une visite rapide aux urgences, au centre de soins ou au cabinet du médecin pour un mal de dos, des maux de tête, des maux de dents ou d’autres types de douleurs chroniques peut procurer suffisamment de pilules pour des mois - plus qu’assez pour en devenir physiquement et psychologiquement dépendant.

Les médecins et les psychiatres qui administrent des substances psychoactives ou des médicaments contenant des substances addictives sont aujourd’hui confrontés à un dilemme moral. En fournissant illégalement de grandes quantités de stupéfiants aux innombrables « usines à pilules » des États-Unis, Big Pharma cause plus de décès que tous les cartels de la drogue d’Amérique centrale et du Sud réunis. Les entreprises pharmaceutiques, qui réalisent d’énormes bénéfices et infligent des décès en toute impunité, sont en fait les cartels de la drogue opioïde les plus meurtriers d’Amérique.

Le prix à payer

Même s’il est indéniable que les opioïdes ont permis de soulager d’innombrables cas de douleurs atroces, le résultat final a été l’abus et la dépendance, qui ne cessent d’augmenter. Les CDC ont signalé plus de 93 300 overdoses  mortelles de drogues en 2020, soit une augmentation de 30 % par rapport à l’année précédente. Dans chaque État, l’usage des opioïdes était associé à la majorité des décès. Entre 2019 et 2020, 69 710 surdoses mortelles d’opioïdes ont été recensées.

Le pavot à opium : la plante qui a révolutionné la médecine et qui  alimente la crise des opioïdes
Graphique montrant les décès liés aux opioïdes aux États-Unis par type de drogue. (Image : wikimedia / CDC / Domaine publique)

Selon les données du CDC datant de novembre, plus de 100 000 décès par overdose de drogue sont survenus entre mai 2020 et avril 2021. Environ 64 % de ces décès ont été causés par des opioïdes synthétiques. Alors que le fentanyl est la principale cause de décès chez les utilisateurs d’opioïdes, le dernier médicament à faire son apparition dans les rues appartient à la classe de médicaments analogues aux opioïdes communément appelés « nitazènes », créés il y a des décennies par l’industrie pharmaceutique pour remplacer la morphine.

« Comme la plupart des nitazènes (Type de drogue) ne sont pas réglementés, ils ne font pas l’objet de la même attention de la part des forces de l’ordre que les autres substances contrôlées. Cela, ajouté au fait qu’ils peuvent être fabriqués à peu de frais à partir de substances légales, les rend très attrayants pour les trafiquants de drogue », a déclaré à Healthline, Rebecca Donald, professeur adjoint d’anesthésiologie et de médecine de la douleur au Vanderbilt University Medical Center dans le Tennessee.

La toxicomanie est de plus en plus considérée comme un problème de santé et de sécurité publiques, plutôt que comme un problème criminel. En raison de leur effet puissant et de leur potentiel addictif, les opiacés sont des drogues particulièrement mortelles. En utilisant de nouveaux composés de produits chimiques de base, les racketteurs trouvent des failles dans la loi et créent des substances bien plus puissantes et dangereuses que celles d’origine.

Trouver des solutions

Partant de l’idée que les individus sont plus aptes à prendre des décisions éclairées s’ils sont bien informés, on constate depuis quelques années un intérêt croissant pour la prévention des risques. Cela se traduit par l’information et l’éducation sur les propriétés et les effets des drogues, ainsi que par la mise en place de traitements holistiques peu coûteux pour les toxicomanes.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.