Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : le nombre de décès par overdose a dépassé les 100 000 en un an

ACTUALITÉ > Monde

Selon les données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), plus de 100 000 personnes sont mortes d’une surdose de drogue l’année dernière en Amérique. Les autorités attribuent cette flambée aux opioïdes de synthèse comme le fentanyl, à la limitation des traitements et aux problèmes de santé mentale dus à la pandémie de Covid-19. 

La récente augmentation représente une hausse de 28 % au cours d’une période de douze mois, située entre avril 2020 et avril 2021. L’année dernière, le nombre d’overdoses dans le pays au cours de la même période était de 78 000. Les cas d’overdose ont plus que doublé par rapport à ceux de 2015.

Selon un rapport du National Center for Health Statistics - NCHS (Centre National des Statistiques de la Santé), les données montrent que la plupart des cas de mortalité dues à une overdose sont dues au fentanyl - une drogue qui agit rapidement et qui serait 100 fois plus puissante que l’opium – ainsi qu’à d’autres drogues synthétiques dangereuses.

Les autres décès liés à la drogue concernent des stimulants comme la méthamphétamine, la cocaïne et les opioïdes naturels et semi-synthétiques. Les surdoses dues à des analgésiques prescrits sont également en augmentation. Dans de nombreux cas, les drogues achetées dans la rue étaient secrètement mélangées à du fentanyl pour en augmenter la puissance. L’abus de drogues a causé plus de décès aux États-Unis que les accidents de la route et ceux impliquant des armes à feu, réunis.

La montée en flèche des overdoses d’opioïdes

« Ce sont des chiffres que nous n’avons jamais vus auparavant », a déclaré la Dr Nora Volkow, directrice de l’Institut national sur l’abus des drogues, selon le New York Times (NYT). « Ces décès ont des répercussions durables car la plupart d’entre eux sont survenus chez des personnes âgées de 25 à 55 ans, dans la force de l’âge », a-t-elle indiqué.

« Ils laissent derrière eux des amis, une famille et des enfants, s’ils en ont, donc il y a beaucoup de conséquences en aval », a-t-elle ajouté. « C’est un défi majeur pour notre société ».

La Dr Volkow pense que pour certains consommateurs de drogues, consommer du fentanyl était leur propre choix, tandis que pour d’autres : « ils n’ont peut-être pas voulu en prendre. Mais c’est ce qui est vendu, et le risque d’overdose est très élevé. De nombreuses personnes meurent sans savoir ce qu’elles ont ingéré. »

Le Dr Andrew Kolodny, directeur médical de l’Opioid Policy Research Collaborative à la Heller School for Social Policy and Management de l’université Brandeis, a déclaré : « Si nous en avions parlé il y a un an, je vous aurais dit que les décès montent en flèche. Mais je n’aurais pas imaginé qu’on en arriverait là », selon un rapport du NYT.

Le Dr Kolodny estime que la plupart des personnes qui meurent d’une overdose ont des problèmes mentaux ou de toxicomanie sous-jacente, qui auraient pu s’aggraver en période de crise et d’isolement.

Il pense que de nombreux jeunes impliqués ont pu développer une dépendance aux opioïdes synthétiques prescrits.

« Aujourd’hui encore, les adolescents se voient régulièrement prescrire des opioïdes lors de l’extraction de leurs dents de sagesse », a-t-il déclaré.

États-Unis : le nombre de décès par overdose a dépassé les 100 000 en un an
Le quartier de Kensington, situé à Philadelphie, Pennsylvanie, est devenu l’un des plus grands marchés de stupéfiants à ciel ouvert des États-Unis. Selon les données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), plus de 100 000 personnes sont mortes d’une surdose de drogue l’année dernière en Amérique. (Image : wikimedia / Dasprevailz / Domaine publique)

Des programmes de santé défaillants

Malgré des investissements importants dans la prévention et le traitement des problèmes liés à l’abus de drogues, suite à un projet de loi de relance de 1,5 milliard de dollars, publié au printemps dernier, l’urgence actuelle en matière de santé publique n’a pas été contenue.

Les 30 millions de dollars supplémentaires prévus pour les programmes locaux de réadaptation, et de remplacement de seringues, et pour la fourniture de bandelettes réactives permettant d’identifier les substances affectées par le fentanyl, ont été jugés insuffisants. Les travailleurs sociaux réclament des fonds supplémentaires pour permettre un meilleur accès aux centres de traitement et aux services d’accessibilité le jour même.

« Nous voyons beaucoup de personnes qui tardent à obtenir de l’aide et qui semblent être plus malades », a déclaré le Dr Joseph Lee, président et directeur général de la Hazelden Betty Ford Foundation. Le Dr Lee soutient que les problèmes ont été exacerbés en raison des confinements pendant la pandémie et attribue une partie du problème à une perte de cohérence sociale.

D’autres experts, comme le Dr Rahul Gupta, directeur de l’Office of National Drug Control Policy (Bureau de la Politique Nationale de Contrôle des Drogues), plaident pour un accès plus rapide à un antidote contre les surdoses, comme la naloxone.

« Je pense que personne ne devrait mourir d’une overdose, faute d’avoir eu accès à la naloxone », a déclaré le Dr Gupta. « Malheureusement, aujourd’hui, cela se produit à travers tout le pays, et l’accès à la naloxone dépend souvent beaucoup de l’endroit où vous vivez », a rapporté le média.

Un autre traitement efficace des troubles liés aux opioïdes est la buprénorphine, un médicament qui ne peut être prescrit que par un soignant dans le cadre d’une souscription fédérale.

« Si vous voulez vraiment voir les décès diminuer, vous devez faire en sorte qu’il soit beaucoup plus facile pour quelqu’un qui est dépendant des opioïdes d’accéder à un traitement, en particulier avec la buprénorphine », a déclaré le Dr Kolodny.

« Il doit être plus facile d’obtenir un traitement que d’acheter un sachet de drogue ».

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.