Press "Enter" to skip to content

Monde. San Francisco, les overdoses tuent deux fois plus que la Covid-19

ACTUALITÉ > Monde

Les dernières données préliminaires publiées par le bureau du médecin légiste en chef de San Francisco montrent que plus de deux fois plus d’Américains sont morts d’overdose que de la Covid-19 en 2020.

708 résidents de San Francisco sont morts d’overdoses de drogue en 2020, alors que le nombre de personnes ayant succombé à la Covid-19 à cette même période, s’élève à 254.

Au cours des seuls trois premiers mois de 2021, 454 cas d’oversdose accidentelle ont été signalés par le Bureau du médecin légiste en chef de la ville et du comté de San Francisco. 251 cas ont été considérés comme liés à d’« autres causes » et ne comptent pas parmi les décès. Parmi les cas de décès, 200 sont considérés comme des « overdoses accidentelles ouvertes », un terme définissant des cas qui « n’ont pas de cause finale et de circonstances liées au décès », et seulement trois sont des cas fermés.

Le rapport montre que 87 % des cas décès concernaient des hommes, dont 50 % de blancs, 28 % de noirs et 16 % de latinos et que 56 % des décès se situaient dans la tranche d’âge des 35 à 64 ans.

Au cours des seuls trois premiers mois de 2021, 454 cas de surdose accidentelle ont été signalés par le Bureau du médecin légiste en chef de la ville et du comté de San Francisco.

Sur les 454 cas de surdose, 141 ont été attribués au fentanyl, 115 à la méthamphétamine et 67 à la consommation de cocaïne. Seuls 28 de ces cas signalés étaient liés à l’héroïne et aux opioïdes médicaux.

Le fentanyl est un opioïde, principalement distribué aux États-Unis par des cartels mexicains qui le fabriquent à l’aide de précurseurs chimiques importés d’entités associées au Parti communiste chinois, selon le Wall Street Journal. Le fentanyl a fait son apparition à San Francisco assez récemment, en 2015, cependant, en quelques années seulement, le lieu est devenu un puissant marché de la drogue.

Selon le WSJ, seules 254 personnes sont mortes des suites de la Covid-19, à San Francisco en 2020.

Le danger du fentanyl provient du fait qu’il est bien plus puissant que la plupart des autres opioïdes, jusqu’à 100 fois plus puissant que la morphine, attirant ainsi les personnes à la recherche de sensations encore plus élevées.

Kristen Marshall, chef de projet pour le Drug Overdose Prevention and Education Project (DOPE Project), a déclaré à SFGate  que la pandémie de Covid-19 a fini par isoler de nombreuses personnes présentant un risque élevé de tomber dans la toxicomanie : « Les causes profondes de l’overdose ne sont pas traitées de manière durable à San Francisco… Nous parlons en quelque sorte des causes profondes dans des discussions plus larges… En plus de cela, en ce qui concerne les drogues, l’offre est vraiment élevée. Et le chaos absolu dans lequel se trouvent les gens - vivant dans la pauvreté, vivant dans des logements sociaux, vivant avec des traumatismes - demeure. »

De nombreux consommateurs fument le fentanyl, plutôt que de se l’injecter, car ils pensent que cela réduit le risque d’overdose. John Negrete, un des responsables du programme de réduction des risques chez Glide, a déclaré au WSJ qu’en temps normal, les gens ne fumaient pas des opioïdes parce que c’était une forme de gaspillage, mais qu’avec le fentanyl, les gens étaient prêts à le fumer car il est « tellement puissant ».

Les preuves de l’utilisation croissante du fentanyl à San Francisco peuvent être déduites suite aux nombreuses saisies effectuées par la police. Dans le quartier de Tenderloin, la police a saisi 1,2 kilos de fentanyl en 2019. L’année dernière, ce chiffre a été multiplié par plus de quatre pour atteindre 5,5 kilos. Au cours des 12 premières semaines de 2021, près de 2,8 kilos de cet opioïde ont déjà été saisis.

Données du CDC

Les dernières données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies  (CDC) américains, soulignent également le fait que le nombre des décès par overdose a grimpé pendant la pandémie. Au cours de la période mensuelle comprise entre octobre 2019 et septembre 2020, le nombre de décès par overdose signalés aux États-Unis a augmenté de 29 %, avec plus de 87 000 décès, soit le nombre le plus élevé depuis le début de la crise des opioïdes dans les années 90. Une part importante de ces décès peut être attribuée au fentanyl et à d’autres opioïdes.

L’ajout de fentanyl ou d’autres stimulants à certains médicaments est l’un des facteurs qui augmente le taux d’overdoses accidentelles. Le mélange est une pratique visant à augmenter les profits des dealers. Cependant, étant donné qu’un consommateur dépendant à la méthamphétamine ou à la cocaïne n’aura pas de tolérance aux opioïdes, le risque d’overdose augmente considérablement.

Dans un communiqué  de presse daté du 7 avril, le CDC et la Substance Abuse and Mental Health Services Administration (SAMHSA) ont annoncé que des fonds fédéraux pourront être dédiés à l’achat de bandelettes réactives au fentanyl ( fentanyl test strips - FTS), une mesure visant à réduire les overdoses accidentelles. Les utilisateurs peuvent utiliser les FTS pour déterminer si leurs drogues sont « mélangées ou coupées » avec du fentanyl.

Un vaccin contre les overdoses d’opioïdes

Parmi les nombreuses tentatives pour réduire les décès liés aux opioïdes, une recherche assez inédite menée par les professeurs Sharon et Ofer Levy, de la Harvard Medical School est actuellement en cours. Elle consiste dans la  mise au point d’un vaccin pour la prévention des décès par overdose de fentanyl.

L’Institut national de la santé a accordé une subvention de 25 millions de dollars à l’étude, qui porte actuellement sur des jeunes de 15 à 25 ans souffrant de troubles liés à la consommation d’opioïdes. Le vaccin n’a cependant pas encore dépassé la phase d’expérimentation animale, mais le développement prévoit de mener des essais cliniques de phase 1 à l’hôpital pour enfants de Boston.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Drug Overdoses Kill Twice as Many People as COVID-19 in San Francisco in 2020