Hong Kong, les autorités chinoises ont rompu leurs promesses

Par Li Huai
Le 17/08/2020

Les Hongkongais ont lancé le prélude au retour : « nous sommes avant tout citoyens de Hong Kong ! »
 

« La désinstitutionnalisation a laissé peu de choses du vieux Hong Kong de l ’époque coloniale. Heureusement, la Grande-Bretagne nous a laissé les valeurs universelles de liberté, de droits de l ’homme et de la primauté du droit… ». (Image : Allison Barnett / Pixabay)
« La désinstitutionnalisation a laissé peu de choses du vieux Hong Kong de l’époque coloniale. Heureusement, la Grande-Bretagne nous a laissé les valeurs universelles de liberté, de droits de l’homme et de la primauté du droit… ». (Image : Allison Barnett / Pixabay)
 

Cela fait 23 ans que Hong Kong a été réunifiée à la Chine. Les temps ont changé, mais je repense souvent aux rues animées de Hong Kong dans les années 1980, où des colporteurs vendaient des snacks tels que du tofu puant, des boulettes de poisson, des nouilles à la saucisse et des nouilles wonton....... les étudiants affluaient pour les acheter après l’école.

À cette époque, il y avait partout de grands magasins japonais, comme Daimaru, Mitsukoshi, Matsuzakaya, Sogo... témoins de la gloire des années 1990. Aujourd’hui, seule l’entreprise Sogo existe encore, mais elle a été transformée en une entreprise appartenant à Hong Kong et en un paradis du shopping pour les touristes venant de Chine continentale.

Le Queen’s Pier a été démoli et la Poste générale, érigée depuis 40 ans à Central, va à nouveau disparaître. « La désinstitutionnalisation a laissé peu de choses du vieux Hong Kong de l’époque coloniale. Heureusement, la Grande-Bretagne nous a laissé les valeurs universelles de liberté, de droits de l’homme et de primauté du droit, que nous nous engageons toujours à défendre.... »

 

Bien que Deng Xiaoping ait promis aux habitants de Hong Kong que rien n ’allait changer, l ’avenir de Hong Kong était à cet instant plein d ’incertitudes et de facteurs inquiétants, pour ce territoire proche du géant continental. (Image : wikimedia / GFDL / CC BY-SA)
Bien que Deng Xiaoping ait promis aux habitants de Hong Kong que rien n’allait changer, l’avenir de Hong Kong était à cet instant plein d’incertitudes et de facteurs inquiétants, pour ce territoire proche du géant continental. (Image : wikimedia / GFDL / CC BY-SA)
 

Je me souviens encore du 1er juillet 1997, le jour de la rétrocession de Hong Kong, il y avait eu un orage et de fortes pluies, et l’Observatoire avait mis en place un signal d’alerte de pluie violente. À l’époque, j’étais de l’autre côté du Pacifique en train d’étudier : mon cœur était en ébullition et un autre étudiant de Hong Kong pleurait amèrement. Bien que Deng Xiaoping ait promis aux habitants de Hong Kong que « les chevaux continueront à courir et les danses à être dansées », pouvait-on faire confiance à Deng Xiaoping, qui avait un jour ordonné le massacre des étudiants le 4 juin ? Pouvait-on faire confiance au parti communiste ? L’avenir de Hong Kong était à cet instant plein d’incertitudes et de facteurs inquiétants.

De retour à Hong Kong, à première vue, tout semblait être resté intact : les Hongkongais faisaient du shopping, allaient au cinéma, prenaient le thé au petit-déjeuner, chantaient au karaoké, allaient aux courses de chevaux... Le festival des brioches, le Bun Scrambling, le Dragon Boat Raiding, la danse du dragon de feu à Tai Hang se déroulaient comme à l’accoutumée.

Chaque année dans le parc, il y avait les bougies du 4 juin en forme d’étoile, et le Festival des lumières des deux côtés du port de Victoria est toujours magnifiquement mis en scène... Combien de temps cela durera, personne ne le sait. À la télévision et dans les journaux, de nombreuses voix louent le PCC.

L’opposition à l’article 23, une bataille réussie

En 2002, le vice-premier ministre du Conseil d’État du Parti communiste chinois espérait que Hong Kong mettrait en œuvre l’article 23 de la Loi fondamentale dès que possible. Le directeur général de l’époque s’était occupé du gouvernement central et avait participé aux 23 consultations. Pour le dire simplement, l’article 23 signifiait qu’un discours considéré comme illégal sur le continent l’était également à Hong Kong : ce qui allait bâillonner sans aucun doute la liberté d’expression et susciter la résistance du peuple de Hong Kong.

Le 1er juillet 2003, le thème de la marche organisée par l’Alliance démocratique pour l’amélioration et le progrès de Hong Kong (DAB) était « Contre la législation de l’article 23 ». Ce jour-là, un demi-million d’habitants de Hong Kong est descendu dans la rue dans un tumulte. Bien sûr, j’étais parmi ces 500 000 personnes et les membres de ma famille se sont également joints à la marche. Après cela, l’article 23 a été suspendu indéfiniment, puis Tung Chee-hwa a abandonné le pouvoir en raison de problèmes de santé. C’était une victoire pour le peuple de Hong Kong, et nous avions réussi à conserver notre liberté.

 

Des champions olympiques tels que Tian Liang, viennent à Hong Kong pour participer à des manifestations, chanter l ’hymne national et participer à un spectacle politique pour gagner le cœur et l ’esprit de nombreux habitants de Hong Kong. (Image : wikimedia / Tksteven / CC BY-SA)
Des champions olympiques tels que Tian Liang, viennent
à Hong Kong pour participer à des manifestations, chanter
l’hymne national et participer à un spectacle politique pour
gagner le cœur et l’esprit de nombreux habitants de Hong Kong.
(Image : wikimedia / Tksteven / CC BY-SA)
 

Les jeunes gardent espoir malgré le contexte pro-communiste qui s’installe à Hong Kong

Cependant, les Hongkongais allaient relâcher leur vigilance à l’égard de Pékin. Les Jeux olympiques de Pékin de 2008 ont été le point culminant de l’identité chinoise pour les habitants de Hong Kong. Par la suite, Pékin a fait en sorte que des champions olympiques tels que Guo Jingjing et Tian Liang viennent à Hong Kong pour participer à des manifestations, chanter l’hymne national et participer à un spectacle politique pour gagner le cœur et l’esprit de nombreux habitants de Hong Kong.

Au cours des années suivantes, j’ai participé occasionnellement à la veillée aux chandelles du 4 juin et au défilé du 1er juillet, et j’ai eu le sentiment que le nombre de participants diminuait : mais il était évident que le nombre de participants diminuait. Ma famille et mes amis sont devenus de plus en plus pro-communistes et j’ai commencé à pratiquer l’autocensure dans mon discours. À leurs yeux, la poursuite de la liberté et de la justice était devenue « politique », et s’opposer au PCC était à leurs yeux un suicide…

Avec la libéralisation de la Chine continentale, le nombre de locuteurs de mandarin dans les rues de Hong Kong a augmenté de manière significative. On pouvait voir un grand nombre de touristes continentaux traîner leurs bagages dans les quartiers commerciaux animés de Hong Kong. Un grand nombre de hauts fonctionnaires du continent et de riches particuliers venaient à Hong Kong avec de grosses sommes d’argent à dépenser, et parfois toute leur famille immigrait à Hong Kong. En quelques années, la libéralisation a changé la société de Hong Kong.

La toile de fond internationale de l’assouplissement quantitatif a entraîné un afflux d’argent frais à Hong Kong, alors qu’au même moment, un grand nombre d’investisseurs du continent venaient à Hong Kong pour acheter des biens immobiliers, ce qui a entraîné une flambée des prix de l’immobilier et des loyers élevés. Un à un, les petits magasins locaux ont été contraints de fermer leurs portes parce qu’ils ne pouvaient plus payer les loyers élevés. Ils ont été remplacés par des chaînes de magasins, gérées par des conglomérats. Le caractère local de Hong Kong était en train de disparaître, avec des publicités dans les rues, des affiches devant les banques, composées de moins d’anglais et plus de caractères chinois simplifiés... , et l’assaut annuel de 50 à 60 millions de touristes continentaux n’a laissé aucun répit à cette ville déjà surpeuplée de sept millions d’habitants. Le tourisme a donné à certains habitants de Hong Kong plus de possibilités de gagner de l’argent, mais il a également détruit la structure de l’économie locale, rendant Hong Kong plus dépendante du continent que jamais auparavant…

 

Paroles de soutien aux manifestants au cours du mouvement des parapluies. (Image : wikimédia / Umbrevolution / CC BY-SA)
Paroles de soutien aux manifestants au cours du mouvement des parapluies. (Image : wikimédia / Umbrevolution / CC BY-SA)
 

Le mouvement des parapluies vise le double suffrage universel

Avant la rétrocession, Pékin avait promis la mise en place du double suffrage universel pour les habitants de Hong Kong, à savoir le suffrage universel pour l’élection du chef de l’exécutif et le suffrage universel pour le conseil législatif. La Loi fondamentale avait également donné au peuple de Hong Kong le droit au double suffrage universel. Mais cette promesse a été reportée à plusieurs reprises, et les habitants de Hong Kong perdaient l’espoir de voir la mise en place de ce double suffrage.

Le 10 juin 2014, le Bureau d’information du Conseil d’État du Parti communiste chinois a publié un livre blanc affirmant que les limites du haut degré d’autonomie promis précédemment aux habitants de Hong Kong étaient déterminées par le gouvernement central, et que Hong Kong aurait autant de droits que le gouvernement central lui en donnerait. Le livre blanc indiquait également que, concernant le principe de « un pays, deux systèmes », les  « deux systèmes » ne pouvaient être subordonnés qu’à « un pays ».

Quelle déclaration absurde ! Comment ce grand pays osait-il trahir la confiance du peuple  et se mettre à jouer sur les mots :  c’était tout simplement une insulte à l’intelligence des habitants de Hong Kong !

Fin septembre de cette année-là, le Mouvement des parapluies a éclaté, et lorsque j’ai vu à la télévision le 28 septembre que la police avait utilisé des gaz lacrymogènes contre les étudiants, j’ai eu le cœur brisé. Le lendemain, j’ai couru en colère à Causeway Bay pour rejoindre l’occupation. Comme d’autres habitants de Hong Kong, j’ai fait don de fournitures à la station d’approvisionnement, j’ai écrit mes exigences sur le mur à Lennon, et j’ai chanté The Sky is Wide et Asking Who Hasn’t Spoken Yet.

Occupy Central with Love and Peace était une action de désobéissance civile initiée par les trois fils d’Occupy Central : le professeur Benny Tai Yiu-ting de l’Université de Hong Kong, le professeur Chen Jianmin de l’Université chinoise de Hong Kong et le révérend Chu Yiu-ming, membre du Comité permanent de l’Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocratiques patriotiques de Chine. L’action a été soutenue par des étudiants de l’enseignement supérieur, qui se sont mis en grève, puis par des étudiants du secondaire, qui ont occupé les routes principales de Central, Causeway Bay et Mong Kok pour tenter d’exiger du gouvernement de Hong Kong la mise en place d’un véritable suffrage universel.

 

Fin septembre de cette année-là, le Mouvement des parapluies a éclaté, et lorsque j’ai vu à la télévision le 28 septembre que la police avait utilisé des gaz lacrymogènes contre les étudiants, j’ai eu le cœur brisé. (Image : wikimédia : 海彥 / Domaine public)
Fin septembre de cette année-là, le Mouvement des parapluies a éclaté, et lorsque j’ai vu à la télévision le 28 septembre que la police avait utilisé des gaz lacrymogènes contre les étudiants, j’ai eu le cœur brisé. (Image : wikimédia : 海彥 / Domaine public)
 

Pendant la manifestation, les étudiants ont tenu leurs parapluies ouverts et ont formé un bouclier de parapluies pour bloquer les bombes lacrymogènes de la police, d’où le nom de « Mouvement des parapluies ». Le ruban jaune est également un terme dérivé du mouvement des parapluies, représentant ceux qui soutiennent le mouvement, tandis que ceux qui s’y opposaient, utilisaient le ruban bleu comme symbole. Hong Kong était donc divisé en deux camps, jaune et bleu.

Le Mouvement des parapluies reflétait pleinement la haute qualité des Hongkongais. Les rues malgré la lutte étaient très propres. Les étudiants ramassaient volontairement les ordures, les triaient et les recyclaient. Dans les toilettes publiques du gouvernement de l’Admiralty, les articles de toilette donnés par les citoyens étaient proprement et rigoureusement placés à côté des lavabos. Les Hongkongais ont volontairement organisé des piquets de grève pour maintenir la loi et l’ordre. Les citoyens se sont portés volontaires pour faire des dons : ainsi la nourriture, l’eau, les tentes, les couettes et autres matériaux ont pu être fournis et utilisés par les étudiants. Ces derniers n’ont pas arrêté les cours : ils ont de leur propre chef, installé des bureaux et des chaises dans la zone occupée pour étudier et réviser. Des enseignants ont aussi mis en place bénévolement un tutorat  ... L’esprit d’entraide dans la montre Lion Rock vivait à nouveau ... Depuis 1997, je n’avais jamais été fier de mon identité de citoyen de Hong Kong. Après avoir vécu ce mouvement des  parapluies, après avoir pleuré et ri, j’ai retrouvé la dignité des Hongkongais.

Bien que le mouvement ait duré jusqu’en décembre, lorsque la police a nettoyé le site et que le mouvement s’est soldé par un échec, j’ai vu le signe de ce qui allait se passer dans le futur.

En analysant la situation certaines raisons de cet échec ont pu émerger

La première raison, pour laquelle le Mouvement des parapluies a échoué, est que le modèle de résistance du peuple de Hong Kong était resté à l’état de l’article 23 en 2003. Les gens  pensaient que des centaines de milliers de personnes descendant dans la rue pour pétitionner et manifester pacifiquement leurs revendications, amèneraient le gouvernement à changer sous la pression de la rue. Mais cela s’est révélé faux! Le gouvernement de Liang Zhenying à cette époque avait déjà ignoré l’opinion publique, mais le gouvernement de Carrie Lam Cheng allait par la suite commencer à la réprimer violemment, ce gouvernement allait devenir inflexible.

La seconde raison est que certains des manifestants se font des illusions sur Xi Jinping. À l’époque, Xi Jinping avait écarté ses adversaires politiques au nom de la lutte contre la corruption, en disant qu’ « il n’y a pas de retour en arrière pour un coup de feu » et que « mouches et tigres seront battus ensemble ». Les journaux avaient également rapporté que la faction de Jiang Zemin mettait le désordre à Hong Kong, mais que  Xi Jinping voulait le bien de Hong Kong, de sorte que certains Hongkongais ont placé leurs espoirs dans le gouvernement central, ne reconnaissant pas à temps la véritable nature du PCC. Comment le parti communiste chinois, en tant que gouvernement dictatorial, pouvait-il accepter que Hong Kong soit une démocratie ?

La troisième raison, la plus importante, est  que les manifestants étaient divisés entre eux, et la paix n’était pas seulement une question de calme mais aussi de courage. À cette époque, certains étudiants pensaient que le gouvernement était lent à répondre à leurs demandes, et qu’ils devaient intensifier leurs actions et utiliser la « force » pour les confronter. Cela a fait échouer l’objectif initial de la manifestation « Amour et Paix », et le camp pro-démocrate a dû réduire son niveau de participation.

Lors du Nouvel An chinois, en février 2016, la Révolution des boules de poisson a éclaté à Mong Kok. Il s’agissait à l’origine d’un différend entre un colporteur et le Département de l’hygiène alimentaire et environnementale : le département  avait appelé la police. Arrivée sur les lieux, cette dernière est entrée en collision avec les citoyens et les militants qui étaient sur les lieux. La police a utilisé des matraques et du gaz poivré, tandis que les manifestants ont chargé la police avec des briques, des bouteilles de verre et d’autres débris. Ce court  épisode de deux jours est une version des futures manifestations de Hong Kong.

 

Malgré les manifestations, les autorités de Pékin ont maintenu à plusieurs reprises l ’ordonnance sur les délinquants fugitifs, fermant les yeux sur l ’opinion publique de Hong Kong. (Image : Wikimedia / Wpcpey / CC BY-SA)
Malgré les manifestations, les autorités de Pékin ont maintenu à plusieurs reprises l’ordonnance sur les délinquants fugitifs, fermant les yeux sur l’opinion publique de Hong Kong. (Image : Wikimedia / Wpcpey / CC BY-SA)
 

En 2017, Carrie Lam Cheng, soutenue par le gouvernement central, a été élue. Comme nous le savons tous, Carrie Lam est une nouvelle version de Leung Chun-ying. Je ne m’attendais donc pas à ce que la vie à Hong Kong devienne un long fleuve tranquille.

Mes parents ont subi avec succès un lavage de cerveau par le PCC, et après la rétrocession, un grand nombre d’entreprises soutenues par le PCC sont venues à Hong Kong pour être cotées en bourse :  comme Tencent, PetroChina, China Life, ICBC, ABC, CCB... Parmi les investisseurs, il y avait beaucoup de Hongkongais d’âge mur,  comme mes parents et leur sentiment patriotique, envers la Chine, est monté en flèche à mesure que les actions montaient. Le slogan « La Chine est bonne, Hong Kong est bonne soutenue par la mère patrie » était profondément ancré dans le cœur des gens.

Cependant, les parents de certains amis ont insisté pour participer à la soirée aux chandelles du 4 juin qui se déroulait chaque année à Victoria Park depuis 30 ans. Il y avait aussi de vieux camarades de classe qui participaient à la parade du 1er juillet chaque année... C’est Hong Kong, certaines personnes renoncent aux valeurs pour leurs propres intérêts, et certaines utilisent des actions pour protéger les principes. Je pense que ce dernier cas est celui que l’on retrouve le plus souvent.

Le mouvement anti communiste lancé par le peuple de Hong Kong

En février 2018, un homme de Hong Kong a tué sa petite amie enceinte à Taïwan et s’est enfui à Hong Kong, après avoir abandonné le corps. Parce que l’incident était à Taiwan, la police de Hong Kong n’a pas pu le poursuivre pour homicide. Cette affaire a été inventée par l’Alliance démocratique pro-communiste pour l’amélioration de Hong Kong, et le gouvernement de la RAS voulait promouvoir le projet révisé de l’ordonnance sur les délinquants fugitifs au motif de combler les lacunes judiciaires.

L’amendement sur les délinquants en fuite est appelé « Amendement de la loi d’extradition» et « loi d’extradition ». Cet amendement précise que toute personne à Hong Kong, y compris les touristes en transit, peut être envoyée sur le continent pour y être jugée. Comme nous le savons tous, le continent supprime les droits de l’homme et la liberté, et le système judiciaire fonctionne dans une boîte noire, complètement opaque. Si l’ordonnance sur les délinquants fugitifs est promulguée, même si les résidents de Hong Kong ne sont pas arrêtés, cela aura un effet dissuasif à Hong Kong. Les Hongkongais ou tout étranger vivant sur le sol hongkongais seront réduits au silence de peur d’être « envoyé », ce qui érodera sans aucun doute la liberté et la justice de Hong Kong. C’est encore pire que l’article 23 de cette année.

En mars, la Fédération pour une Chine Démocratique ( FDC ) a organisé sa première manifestation contre le « Règlement sur les délinquants en fuite » avec plus de 10 000 personnes. A la deuxième manifestation en avril, 130 000 personnes ont participé. Malgré cela, les autorités de Pékin ont maintenu à plusieurs reprises l’ordonnance sur les délinquants fugitifs, fermant les yeux sur l’opinion publique de Hong Kong.

En mai, une signature a été lancée et toutes les grandes écoles, communautés, entreprises et différents groupes industriels de Hong Kong ont répondu les un après les autres. L’événement était sans précédent. Presque chaque jour, de nouvelles signatures conjointes étaient publiées toutes les heures dans la zone de discussion. Tourisme, aviation, industrie,  douanes, transports, fonction publique,  employés des grandes entreprises, etc.  tous ont émis des déclarations contre « l’Amendement sur les délinquants fugitifs », puis ont téléchargé des photos de la carte d’identité des employés et du permis de travail de l’entreprise au bas de la déclaration. Chaque déclaration était touchante, et tout le monde avait un consensus : quel que soit notre statut ou notre profession, nous sommes avant tout citoyen de Hong Kong! Maintenant que Hong Kong est en difficulté, il faut défendre notre ville !

 

Le 6 juin, la profession juridique a organisé une manifestation « vêtue de noir » contre l ’amendement. Environ 3 000 juristes vêtus de noir ont défilé de la Cour d ’appel final aux conseillers d ’État. (Image : Wikimedia / Iris Tong / Domaine public)
Le 6 juin, la profession juridique a organisé une manifestation « vêtue de noir » contre l’amendement. Environ 3 000 juristes vêtus de noir ont défilé de la Cour d’appel final aux conseillers d’État. (Image : Wikimedia / Iris Tong / Domaine public)
 

Le 6 juin, la profession juridique a organisé une manifestation « vêtue de noir » contre l’amendement. Environ 3 000 juristes vêtus de noir ont défilé de la Cour d’appel final aux conseillers d’État. Les membres de la profession juridique sont considérés comme les élites de la société et veillent à l’état de droit et à l’indépendance judiciaire à Hong Kong. Trois mille personnes ont défilé, ce qui montrait que la situation de Hong Kong était réellement critique. Le cœur des gens était brisé : y a-t-il  encore un système qui peut être restauré. Si le système est brisé, Hong Kong mourra !

À la veille de la troisième marche « contre l’envoi en Chine » organisée par le Front civil des droits de l’homme, mon oncle, qui avait immigré au Canada, depuis  40 ans, m’avait envoyé un SMS me demandant quelle était la situation à Hong Kong. Je lui ai répondu que nous allions assister à la marche, et j’ai pu voir à travers son texte qu’il souriait amèrement. Il était pessimiste sur le fait que toute confrontation civile serait futile et que le gouvernement finirait par imposer l’ordonnance. C’était comme un pot de terre contre un pot de fer : nous étions condamnés à perdre. Malgré cela, les habitants de Hong Kong devaient se battre pour pouvoir mourir la conscience tranquille et sans regrets !

 

C ’était comme un pot de terre contre un pot de fer : nous étions condamnés à perdre. Malgré cela, les habitants de Hong Kong devaient se battre pour pouvoir mourir la conscience tranquille et sans regret ! (Image : Wikimedia / Hf9631 / CC BY-SA)
C’était comme un pot de terre contre un pot de fer : nous étions condamnés à perdre. Malgré cela, les habitants de Hong Kong devaient se battre pour pouvoir mourir la conscience tranquille et sans regret ! (Image : Wikimedia / Hf9631 / CC BY-SA)
 

Le 9 juin, l’assemblée organisatrice de la marche a demandé aux manifestants de porter des chemises blanches. À 14 heures, les chemises blanches étaient partout dans Causeway Bay et Tin Hau, et les rues étaient pleines de monde. Ce jour-là près de 1,03 million de personnes participaient à la marche. Ce fut une marche record, avec des millions de personnes qui scandaient des slogans forts à travers l’île de Hong Kong : « Allez, les gens de Hong Kong ! », « Retirez-vous ! », « Lin Zheng, tombe de la scène ! ».  Malgré cette colère publique forte, le gouvernement de Hong Kong a annoncé cette nuit-là que la deuxième lecture du projet de loi se déroulerait comme prévu.

Après la marche , les courageux manifestants se sont rassemblés devant le Conseil législatif et ont affronté la police. La police a utilisé du gaz poivré et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, ce qui a déclenché la protestation contre l’envoi de la Chine en Chine.

 

L’ensemble des Nations du monde démocratique s’est levé contre cette loi, mais aujourd’hui les Hongkongais doivent faire face à la fragilisation de leur économie et à la perte de leur autonomie. (Image : moritzklassen / Pixabay)
L’ensemble des Nations du monde démocratique s’est levé contre cette loi, mais aujourd’hui les Hongkongais doivent faire face à la fragilisation de leur économie et à la perte de leur autonomie. (Image : moritzklassen / Pixabay)
 

Et la suite n’est que le commencement…

Le 30 juin 2020 la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale Populaire. Ce même jour, à l’ouverture de la 44e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, Carrie Lam, assurait la non remise en cause du principe d’« un pays, deux systèmes ».

L’ensemble des Nations du monde démocratique s’est levé contre cette loi, mais aujourd’hui les Hongkongais doivent faire face à la fragilisation de leur économie et à la perte de leur autonomie.


Traduit par Charlotte Clémence

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/08/10/939254.html