En rétrospective : La musique classique est-elle en déclin ?

Par Vision Times
Le 20/03/2020
Au cours de la dernière décennie, on a entendu dire que la musique classique était sur le point de mourir, mais ce n’est pas tout à fait vrai. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Au cours de la dernière décennie, on a entendu dire que la musique classique était sur le point de mourir, mais ce n’est pas tout à fait vrai. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Au cours de la dernière décennie, on a entendu dire que la musique classique était en déclin. L’essor de la musique pop et d’autres genres musicaux semble avoir eu un si grand impact sur l’esprit des gens qu’ils seraient moins intéressés par la musique classique. Cependant, ce n’est pas tout à fait vrai.

Déclin ou pas ?

Selon un rapport, il existe environ 1 214 orchestres aux États-Unis. Seule une douzaine d’entre eux ont la capacité de payer 50 000 dollars ou plus par an à leurs musiciens. Il existe moins de 1 000 postes de musiciens professionnels à plein temps aux États-Unis. Tout cela est dû au fait que les revenus et les bénéfices des orchestres sont en baisse. Pourquoi cette situation ? Aubrey Bergauer, la directrice générale du Center for Innovative Leadership, au Conservatoire de musique de San Francisco, semble avoir une réponse.

Mme Bergauer est souvent appelée le «Steve Jobs de la musique classique». Elle est bien connue pour sa capacité à prendre un orchestre déficitaire et à le restructurer de manière à ce qu’il devienne une entreprise rentable. «La musique en elle-même n’est pas le problème, en fait, c’est ce que nous faisons le mieux – c’est notre produit de base. Pourtant, tant d’organisations pensent que si nous changeons de programme, cela améliorera le résultat, mais ce ne sera pas le cas… Le problème avec la musique classique est tout sauf la musique, en langage technologique, on pourrait dire que notre "UX", notre expérience utilisateur client, est généralement nulle», a-t-elle déclaré à The Observer.

Charlie Albright est un pianiste classique qui a remporté le Gilmore Young Artist Award 2010. Il estime que l’environnement orchestral n’est pas suffisamment propice pour attirer les gens à assister à une représentation. Par exemple, il est interdit d’applaudir entre les mouvements. Un membre du public ne peut même pas tousser de peur d’attirer des regards réprobateurs.

 

L’environnement orchestral n’est peut-être pas suffisamment attirant pour que les gens aient envie de s’asseoir pour  assister à une représentation. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L’environnement orchestral n’est peut-être pas suffisamment attirant pour que les gens aient envie de s’asseoir pour  assister à une représentation. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Les gens sont censés rester sans bouger pendant une longue période en face d’un orchestre. Cela a peut-être fonctionné dans le passé. Mais pour la génération moderne, c’est essentiellement étouffant. M. Albright pense que la musique classique doit se concentrer sur plus d’engagement avec le public afin que les gens puissent laisser leurs émotions se fondre dans la musique.

La demande en musique classique non orchestrale

L’idée que la musique classique s’éteint dépend largement de la fréquentation des orchestres. Cela ne représente pas le sujet dans sa totalité. Une étude réalisée l’année dernière a révélé que 35 % des adultes écoutaient de la musique classique, qui s’avère être le quatrième genre le plus populaire. Étonnamment elle a beaucoup plus de fans que le hip-hop et le R&B, ce qui va à l’encontre de l’idée que la musique classique est en train d’être dépassée par les formes de musique moderne. Des gens de différents pays ont utilisé la musique classique à des fins différentes.

«Au Mexique, les auditeurs étaient plus enclins à écouter de la musique classique pour s’endormir. Ils étaient également les plus susceptibles de choisir la musique classique lorsqu’ils voulaient se concentrer. Réciproquement, les auditeurs du Danemark et de la Suède – qui sont plus susceptibles d’écouter les musiques à grandes diffusion – aimaient écouter de la musique classique pour sortir de leurs habitudes», selon ABC. Les Sud-Coréens se sont avérés être des auditeurs plus volontaires de la musique classique, s’asseyant souvent pour l’écouter.

 

Une étude a montré que les gens qui écoutent de la musique classique le font pour différentes raisons. (Image : pexels / CC0 1.0)
Une étude a montré que les gens qui écoutent de la musique classique le font pour différentes raisons. (Image : pexels / CC0 1.0)
 

La radio est la source la plus populaire de musique classique, les CD arrivant en deuxième position. Les sites de diffusion de vidéos en continu, comme YouTube, sont la troisième source la plus populaire. Si l’industrie de la musique classique changeait sa configuration orchestrale et se concentrait sur le développement d’un écosystème de diffusion en ligne, il se pourrait que le genre connaisse un regain de popularité.


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : In Retrospect: Is Classical Music on the Decline?