Press "Enter" to skip to content

Tradition. Les connotations culturelles du mariage traditionnel chinois (1/2)

CHINE ANCIENNE > Tradition

Le mariage est l’un des événements les plus importants de la vie de chacun. Cependant, aujourd’hui, de nombreux Chinois ont oublié les coutumes du mariage traditionnel chinois. Par exemple, les mariées portent souvent du blanc, comme c’est la tradition dans les mariages occidentaux, car il symbolise la pureté en Occident. Mais ce n’est pas tout à fait le cas dans la culture traditionnelle chinoise qui associe également le blanc à la mort et à la couleur communément portée lors des funérailles.

Le mariage traditionnel chinois n’était pas en lien avec la richesse

De nos jours, le modèle actuel du mariage comporte de nombreuses modalités nouvelles principalement associées à l’étalage de la richesse. Mais, quelles sont donc les connotations culturelles et les formes du mariage traditionnel chinois ?

La culture traditionnelle chinoise attache une grande importance au mariage. Dans le premier chapitre du Livre des Chants, Guan Ju raconte une authentique histoire d’amour, celle d’un homme qui tombe amoureux d’une femme, et qui surmonte d’énormes obstacles avant de pouvoir l’épouser.

Ce poème comporte un thème romantique puissant :


De l’autre côté de la rivière, une élégante et belle dame cueillait des nénuphars.
Le roi Wen du royaume de Zhou ne l’a vue qu’une seule fois,
et à partir de ce moment-là, elle lui manquait chaque jour,
allongé sur son lit, se tournant et se retournant, incapable de dormir ;
il ne pensait qu’à l’épouser.

Le roi Wen voulait épouser la belle dame de l’autre côté de la rivière et avoir un mariage digne de ce nom. (Image : wikimedia / Integrated Collections Database of the National Museums, Japan) / CC BY 4.0)

Comment traverser la rivière Weishui ?

Qui était cette belle femme ? Il s’agissait de Tai Si, descendante de Yu le Grand, le fondateur de la dynastie Xia. Elle vivait sur la rive opposée de la rivière Weishui du roi Wen et du royaume de Zhou.

Il n’y avait pas de pont sur la rivière à cette époque. « Que dois-je faire ? » pensa le roi Wen. Certains affirmaient que c’était facile puisqu’il suffisait de traverser la rivière sur un petit bateau en bois et de la ramener. Mais cette femme était la fille du seigneur d’un grand pays, et une proposition de mariage devait refléter son statut.

Le roi Wen pensa finalement à un moyen pour franchir la rivière en construisant plusieurs bateaux qui serviraient de poutre et en les reliant entre eux pour construire un ponton sur la rivière. Compte tenu des capacités du peuple à l’époque, ce n’était pas un mince projet que de créer un « ponton » sur la rivière Weishui. Cependant, il fut finalement achevé et le roi Wen s’y aventura. Tai Si fut impressionnée et ils se marièrent.

Tai Si s’avéra être une femme bienveillante, sage et d’un goût simple. Elle gagna rapidement la faveur des autres femmes de la famille royale grâce à son éthique de travail et son comportement assidu. Elle et son mari eurent dix fils, tous des hommes de bonne vertu et de sagesse.

L’un d’eux, le roi Wu de Zhou, conquit le royaume de Shang vers 1050 av. J.-C. et fonda la dynastie Zhou, la plus longue de l’histoire de la Chine (1050-221 av. J.-C.). Son frère cadet, le duc de Zhou, conçut la culture des rituels et de la musique en Chine : une culture qui a perduré pendant des milliers d’années.

Tai Si, Tai Jiang et Tai Li de la dynastie Zhou étaient appelés les « Trois Taï de la dynastie Zhou ». Les générations suivantes ont également appelé leurs épouses « Tai Tai » et ont espéré que leurs épouses seraient aussi vertueuses que les « Trois Tais » de la dynastie Zhou.

 Le roi Wu de Zhou était le premier roi de la dynastie Zhou. (Image : wikimedia / Ma Lin / Domaine public)

Choisir une future épouse et les cinq relations constantes

La femme doit être douce et vertueuse. Un vieil adage dit : « En choisissant une épouse, vous devez choisir une femme douce et vertueuse, et non en fonction de son niveau de richesse. Et l’épouser en respectant une série d’étiquettes formelles qui constituent le format du mariage dans la culture chinoise ».

Il existe cinq types de relations interpersonnelles dans la culture chinoise, également appelées les cinq relations constantes. Les cinq relations constantes font référence aux cinq relations fondamentales de la philosophie confucéenne et sont celles entre :


1 - Mari et femme,
2 - Souverain et sujet,
3 - Père et fils,
4 - Frère aîné et frère cadet,
5 - Ami et ami.

Confucius considérait que presque toutes les relations humaines étaient hiérarchisées et réciproques. Le niveau d’instruction était tout particulièrement apprécié.

Mari et femme est la relation la plus fondamentale parmi les cinq relations : c’est-à-dire que toutes les relations humaines commencent par la relation entre un mari et sa femme. Les anciens croyaient que le mariage était le fondement de toutes les relations humaines.

À suivre...

Rédacteur Yasmine Dif

Source : What Are the Cultural Connotations of a Traditional Chinese Wedding? – Part 1
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.