Press "Enter" to skip to content

Tradition. Analyse d’un poème de Du Mu

CHINE ANCIENNE > Tradition

Fleurs d’abricotier dans le poème de Du Mu, sous la dynastie Tang 

 

Peut-être trouver un endroit où se reposer. Le poète a alors demandé au jeune berger, où se trouvait la taverne. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
 

Il pleut pendant le  Festival de Qing Ming, 
Les piétons sur la route veulent briser leur âme.
Je demande à un jeune berger : Où puis-je trouver une taverne ?
Il m’indique du doigt, un peu plus loin, le village des abricotiers en fleurs (Xinghua).

Ce poème est une œuvre improvisée par le poète Du Mu (杜牧 - 803 - 852), décrivant le paysage pendant la période du Festival de Qing Ming. Le jour de Qing Ming, il y avait une pluie bruineuse, et le poète était touché par la tristesse des gens qui allaient balayer les tombes et fouler la verdure. Comment se débarrasser de cette humeur maussade ? Peut-être trouver un endroit où se reposer et boire un peu d’alcool pour se soulager. Le poète a alors demandé au jeune berger, où se trouvait la taverne. Le berger a pointé du doigt un endroit situé non loin de là. En suivant la direction indiquée par le berger, il a alors vaguement aperçu la pancarte de l’auberge flottant dans le village, au milieu des amandiers en fleurs.

Les deux premiers vers du poème décrivent le cadre et créent l’ambiance. La première ligne fait clairement référence à « Qing Ming ». La pluie est une caractéristique climatique du jour de Qing Ming.

La phrase faisant référence aux « piétons sur la route », balayant leurs tombes avec tristesse, décrit l’état d’esprit des gens pendant le Festival de Qing Ming. Les mots «  veulent briser leurs âmes » ne dépeignent pas seulement la condition psychologique des piétons, mais aussi le décor du paysage avec la « pluie », qui crée l’atmosphère unique du Festival de Qing Ming : la pluie fine renforce la tristesse des gens, balayer les tombes et penser à leurs proches rajoutent encore à la tristesse. Les troisième et quatrième lignes font référence à la solution envisagée pour « briser l’âme » : le poète veut chercher un lieu de repos pour soulager ses émotions.

 

Le poète dépeint une scène de la vie du quotidien et ajoute du dynamisme à son poème. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
Le poète dépeint une scène de la vie du quotidien et ajoute du dynamisme à son poème. (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)
 

Dans le troisième vers, le poète utilise le mot « demander » pour conférer au poème une notion de partage. A travers une question et une réponse entre lui-même et un jeune berger, le poète dépeint une scène de la vie du quotidien et ajoute du dynamisme à son poème.

« Indiquer » et « un peu plus loin » dépeignent le geste du berger. Le nom du village « des abricotiers en fleurs » fait rêver. Un paysage printanier pittoresque typique au sud du fleuve Yangtze vient naturellement à l’esprit des lecteurs : « les fleurs d’abricotier s’épanouissent dans un voile de pluie fine au sud du fleuve Yangtze », et l’idée de pouvoir prendre un verre dans une taverne qui se trouve un peu plus loin soulage la tristesse des gens en ce jour pluvieux de Qing Ming. Quelle serait l’action suivante du poète ? Au lieu de le dire expressément dans son poème, le poète préfère laisser à l’imagination du lecteur.

Ce petit poème ne contient pas de mots difficiles à comprendre, ni aucune allusion. À l’aide de quelques mots simples, le poète réussit à décrire, de manière vivante, une scène de la vie durant le Festival de Qing Ming. Ce poème est ainsi devenu le poème le plus célèbre sur le Festival de Qing Ming et a été largement diffusé depuis des milliers d’années.

Traducteur rédacteur Charlotte Clémence
Collaboration Yi Ming

Version en chinois : 唐朝杜牧清明詩中的杏花