Press "Enter" to skip to content

Histoire. Les grands navires au trésor chinois de Zheng He

CHINE ANCIENNE > Histoire

Pendant 18 ans, Zheng He (鄭和, 1371 – 1433) a commandé des « navires au trésor » chinois à travers l’Océan Indien vers l’Inde, la péninsule Malaise, le golfe Persique et la côte est de l’Afrique.

Demandez à un quidam de citer les plus grands explorateurs maritimes du monde et vous entendrez probablement les noms de Christophe Colomb (1451 – 1506), Vasco de Gama (1469 – 1524), Leif Erickson (970 – 1020), Ferdinand de Magellan (1480 – 1521) ou peut-être Francis Drake (1540 – 1596). Mais rares sont ceux qui citeraient le nom du marin qui a dirigé une flotte composée des plus grands navires que le monde ait jamais vus, presque un siècle avant Christophe Colomb. Il s’appelait Zheng He.  Pendant 18 ans, il a commandé des « navires au trésor » chinois qui ont traversé l’Océan Indien jusqu’en Inde, la péninsule Malaise, le golfe Persique et la côte est de l’Afrique. À sa mort, la flotte a disparu avec lui, mais ses exploits perdurent.

De Ma He à Zheng He

Son histoire commence en 1371 avec la naissance de Ma He, son nom d’origine, dans ce qui était alors l’Empire mongol. Alors qu’il avait environ 10 ans, l’armée rebelle chinoise a conquis le Yunnan, la province où vivait Ma He. Il a été fait prisonnier. Comme le voulait la coutume, il a été castré et réduit en esclavage. Il devient un eunuque au service de Zhu Di, le quatrième fils de l’empereur chinois Ming. Étonnamment, les deux hommes devinrent de proches collaborateurs. Ainsi, Ma He accompagnait le prince dans ses campagnes militaires.

Il est dit de Ma He qu’il mesurait 2 mètres de haut et avait une taille de 152 cm de large, ce qui en faisait un personnage redoutable. À la mort de l’empereur, Zhu Di se bat pour monter sur le trône et se déclare empereur Yongle en 1402. Il donne à Ma He un nouveau nom de famille, Zheng, qui était le nom du cheval préféré de Zhu Di.

L’empereur Yongle, de la dynastie Ming, a nommé des eunuques de confiance à des postes de haut rang. Parmi eux se trouvait Zheng He, qui a dirigé les navires au trésor lors de sept voyages de longue durée. (Image : wikimedia / Domaine public)

Yongle était actif et ambitieux. Il a déplacé la capitale chinoise de Nanjing à Pékin. Il a conquis, puis perdu, ce qui est aujourd’hui le Vietnam. Fait inhabituel, Yongle confie plusieurs postes gouvernementaux à des eunuques. Zheng He, un membre de la minorité musulmane de Chine, devient ce que nous pourrions appeler le chef d’état-major.

Yongle semblait déterminé à exiger un tribut des pays voisins. Il ordonna la construction d’une grande marine qu’il plaça sous la supervision de Zheng He. Ces navires étaient les plus grands que le monde ait jamais connus. Le navire amiral de Zheng He mesurait plus de 121 mètres de la proue à la poupe et 64 mètres de large. Il comptait quatre ponts et neuf mâts équipés de voiles carrées. À titre de référence, le trois-mâts Santa Maria de Christophe Colomb ne mesure que 35,66 mètres de long. Les autres navires de Christophe Colomb, Nina et Pinta, étaient encore plus petits. En 1962, un gouvernail massif datant de la même époque a été découvert, confirmant la taille énorme des navires chinois.

Des expéditions pour illustrer la puissance de l’empire

En 1405, Zheng He a conduit un convoi de 62 navires de ce type, suivis d’environ 200 navires plus petits, tous protégés par 28 000 hommes armés. Il les mena à travers l’Océan Indien jusqu’à Calicut, aujourd’hui Kozhikode, dans le Kerala, en Inde. Bien que des échanges commerciaux aient certainement eu lieu, il ne s’agissait pas d’une expédition mercantile. La Chine commerçait déjà avec Calicut depuis des siècles. Il ne s’agissait pas non plus d’un voyage de pure exploration : les Chinois connaissaient déjà tous les ports et pays de l’océan Indien.

 Les grands navires au trésor chinois de Zheng He
Cercles rouges : les villes dont on pense qu’elles ont été visitées par les flottes de Zheng He, ou par des éléments de la flotte, lors du 7ème voyage et/ou de voyages antérieurs. Cercles verts : lieux importants dans la biographie de Zheng He, et villes arabes visitées. (Image : wikimedia / Historicair / CC BY 1.0)

Zheng He et sa flotte étaient plutôt là pour démontrer que la puissance chinoise n’avait pas été diminuée par les batailles de succession. Mais aussi, pour confirmer le statut de tributaire de Calicut. Bien que les grandes embarcations de Zheng He aient été appelées navires au trésor, le trésor qu’elles transportaient provenait de Chine et avait pour but d’impressionner les dirigeants des ports qu’elles visitaient avec la richesse et donc la puissance de la Chine. Zheng He ne faisait que collecter des cadeaux et des jouets exotiques pour son empereur. La réponse appropriée pour le souverain étranger était l’admiration et l’offre d’un tribut. Sur le chemin du retour, Zheng He a conquis une flotte de pirates, tuant 5 000 d’entre eux. Il se vantera plus tard d’avoir libéré la mer pour le commerce.

Le contraste avec l’exploration européenne est à nouveau remarquable. Quatre-vingt-dix ans plus tard, Vasco de Gama, envoyé par le roi du Portugal, arrive, lui aussi, à Calicut, mais il était venu pour la conquête et le commerce. Il n’était venu qu’avec seulement trois navires d’environ 21 mètres de long chacun. Vasco de Gama ne pouvait pas être plus différent du puissant et brillant diplomate Zheng He. Face à ce dernier, Vasco De Gama devait sembler être un ruffian errant. Il a réussi à se quereller avec le souverain de Calicut et est reparti sans aucun accord commercial permanent.

Des expéditions qui l’ont mené jusqu’au Kenya

Entre 1408 et 1411, Zheng He va effectuer deux autres voyages dans l’océan Indien. Mais c’est en 1413 que Yongle ordonna l’expédition maritime la plus impressionnante de toutes. Zheng He a traversé l’océan Indien à bord de 63 de ces immenses navires au trésor et d’autres embarcations plus petites, avec plus de 27 000 hommes. Il a visité la péninsule Malaise et le Sri Lanka avant d’atteindre Calicut. De là, il a navigué vers les îles Maldives et Laquedives, puis vers Ormuz, un port arabe du golfe Persique.

Dans tous ces ports, Zheng He laisse de la soie et des épices, et prend à son bord des envoyés ou des représentants qu’il ramène à la cour chinoise. En 1417, l’empereur Yongle ordonna à Zheng He de ramener les envoyés chez eux. Zheng He, accompagné d’une grande flotte, a pris la mer pour sa cinquième expédition et a visité la plupart des mêmes endroits. Au cours de ce voyage, Zheng He est allé plus loin : il a longé la côte de l’Afrique de l’Est jusqu’au sud de l’actuel Kenya.

Zheng He reprend la mer en 1421, et lorsqu’il revient en Chine en 1422, l’empereur Yongle est mort. Son fils, l’empereur Hongxi, peu intéressé par les aventures maritimes, réaffecte Zheng He à la supervision de la construction d’un grand temple à Pékin.

Neuf ans plus tard, en 1430, après la mort de l’empereur Hongxi et l’accession de son fils au rang d’empereur Xuande, Zheng He a pris la mer pour son dernier voyage en tant que commandant de la grande flotte chinoise. Avant de quitter les eaux chinoises, Zheng He a construit deux monuments en granit sur lesquels il a inscrit les rapports de ses voyages : « Nous avons traversé plus de cent mille kilomètres de vaste océan et vu les grandes vagues de l’océan s’élever aussi haut que le ciel et gonfler sans cesse. Que ce soit dans un brouillard épais et sous une pluie brumeuse ou dans des vagues poussées par le vent qui s’élèvent comme des montagnes, quels que soient les changements soudains de l’état de la mer, nous avons déployé nos voiles semblables à des nuages et navigué jour et nuit au gré des étoiles ». Quels voyages aventureux et dangereux !

Ils ont continué à naviguer autour de l’océan Indien, visitant Sumatra et Java avant d’atteindre Calicut.

Zheng He prend le temps de faire le hajj à la Mecque. C’était son deuxième pèlerinage : quelques décennies plus tôt, son père et lui s’étaient rendus à la Mecque depuis la Mongolie. Au cours du retour de la flotte, Zheng He tombe malade. Il meurt en 1433 : on ne sait pas s’il est mort en mer ou s’il a survécu assez longtemps pour rentrer en Chine.

 Les grands navires au trésor chinois de Zheng He
Parc de Zheng He sur la montagne de la Lune (Yue Shan) à Kunyang, dans la province du Yunnan. La statue représente le jeune Zheng He et son père, le fonctionnaire impérial mongol Ma Hajji (Image : wikimedia / Vmenkov / CC BY-SA 3.0)

La fin de l’immense flotte chinoise

C’est la fin de l’immense flotte du trésor chinois. L’empereur chinois leur a ordonné de rester au port, et ces énormes navires ont été laissés à l’abandon, ou ont été brûlés à quai. Mais pourquoi ?

Il semble qu’il y ait eu trois raisons. Tout d’abord, l’argent. Ces expéditions avaient été très coûteuses : il ne s’agissait pas d’expéditions commerciales rapportant des marchandises rentables. Par conséquent, le trésor était faible.

Deuxièmement, des menaces récurrentes pesaient sur les frontières terrestres de l’empire chinois. Les Mongols et d’autres groupes attaquaient les Chinois à l’Ouest. Il fallait y transférer des ressources pour maintenir l’intégrité de l’empire.

Troisièmement, les empereurs étaient devenus plus attentifs à une version ancienne du politiquement correct. Selon les enseignements du néoconfucianisme, le commerce n’était une vocation convenable que pour les personnes de l’ordre social le plus bas, voire même immoral. Les marchands étaient considérés comme des parasites pour ceux qui produisaient réellement les biens à échanger. L’envoi de flotte n’était pas une politique appropriée pour l’auguste empereur chinois.

Cette histoire de la flotte au trésor chinois doit faire penser à ce qui aurait pu être. La flotte de Zheng He était facilement assez puissante pour garder l’Océan Indien libre des explorateurs et des commerçants européens dans leurs minuscules bateaux. Imaginez une nouvelle histoire mondiale sans Empire néerlandais oriental, sans Compagnie britannique des Indes orientales ! Et si Zheng He avait guidé sa flotte vers l’Est, à travers le Pacifique ? S’il l’avait fait, il aurait peut-être découvert les Amériques presque un siècle avant que Colomb n’y arrive.

 Les grands navires au trésor chinois de Zheng He
Il est dit de Zheng He qu’il mesurait 2 mètres de haut et avait une taille de 152 cm de large, ce qui en faisait un personnage redoutable. (Image : wikimedia / hassan saeed from Melaka, Malaysia / CC BY-SA 2.0)

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.