Un ex agent de la CIA dénonce l’espionnage chinois à New-York

Par Vision Times
Le 18/10/2020
La Chine possède un vaste réseau d’espions à New York. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La Chine possède un vaste réseau d’espions à New York. (Image : Capture d’écran / YouTube)

James M. Olson, ancien chef des opérations de contre-espionnage à la CIA, a averti que les services de renseignement chinois avaient étendu leur réseau d’espionnage à New York. Il estime qu’au moins 100 officiers du renseignement chinois opèrent dans la ville en permanence.

Réseau d’espionnage chinois

« Leur programme d’espionnage est gigantesque… Ils exploitent agressivement les réseaux sociaux et recherchent des Américains d’origine chinoise ayant de l’affection pour la Mère Patrie… La police, l’armée, le contre-espionnage sont des cibles très importantes… Les Chinois s’intéresseraient particulièrement aux membres du NYPD, le service de Police de la ville de New-York, capables de leur fournir des enregistrements, des traces, de découvrir qui fait l’objet d’une enquête, etc. Ils ont probablement obtenu des informations et ont trouvé le moyen de s’installer confortablement », a déclaré Olson au New York Post.

L’avertissement d’Olson intervient au moment où un citoyen américain naturalisé, d’origine tibétaine, travaillant comme officier de police à New York, a été arrêté récemment après qu’on ait découvert qu’il espionnait pour la Chine. Cet officier de 33 ans, du nom de Baimadajie Angwang, est un ancien marine et un sergent d’état-major de la réserve de l’armée américaine. Il a même remporté le prix du « meilleur policier du mois » en 2018. Il a été accusé de fausses déclarations, de fraude électronique et d’actions illégales en tant qu’agent d’un gouvernement étranger. Selon Olson, des gens comme Baimadajie Angwang sont une « mine d’or » pour Pékin.

James M. Olson souligne que les services de renseignement chinois réussissent souvent à convaincre leurs cibles que leurs actions ne nuiront pas aux intérêts des États-Unis. Pékin a de nombreux espions qui fournissent toutes sortes d’informations qui peuvent sembler insignifiantes et sans valeur. Cependant, lorsque toutes les informations collectées auprès de ces espions sont rassemblées, des informations substantielles peuvent émerger.

 

Ils persuadent les agents que leurs actions ne nuiront pas à l’Amérique. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Ils persuadent les agents que leurs actions ne nuiront pas à l’Amérique. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

James M. Olson déclare que les agents chinois ont peut-être utilisé Baimadajie Angwang pour surveiller les activités du NYPD, y compris les bases de données qu’ils possèdent, leurs programmes de surveillance, les informations qu’ils collectent sur les fonctionnaires du consulat chinois, etc.

L’un des facteurs qui a fait soupçonner les activités de Baimadajie Angwang était que, même installé en Amérique en tant que demandeur d’asile, il avait effectué de nombreux voyages en Chine. Olson souligne qu’il est normal que les contrôleurs demandent occasionnellement à leurs agents de venir en Chine pour un débriefing ou pour recevoir une compensation. Cela permet aux agences chinoises d’évaluer le potentiel de l’agent sur leur propre terrain.

L’espionnage est présenté comme une mission en vue d’aider les autres Chinois. Si les agents ont de la famille en Chine, Pékin utilisera ce fait comme un moyen de pression. La coopération garantira la sécurité des proches et facilitera leur vie en Chine. Refuser de coopérer rendra la vie de ces proches assez difficile.

Selon les rapports, Baimadajie Angwang a deux parents en Chine, tous deux affiliés au Parti communiste. Angwang aurait dit à l’un de ses contrôleurs qu’il désirait passer l’examen pour intégrer le NYPD pour obtenir une promotion, soulignant qu’il le faisait « pour ses compatriotes ». Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a qualifié le consulat chinois de New York de plaque tournante de l’espionnage et a indiqué que davantage de personnes pourraient être appréhendées après l’arrestation de Baimadajie Angwang.

 

Le film « Nevernight Connection » s’inspire vaguement du cas de l’ancien agent de la CIA Kevin Mallory, reconnu coupable d’espionnage pour la Chine. (Image : Capture d’écran YouTube)
Le film « Nevernight Connection » s’inspire vaguement du cas de l’ancien agent de la CIA Kevin Mallory, reconnu coupable d’espionnage pour la Chine. (Image : Capture d’écran YouTube)
 

Film réalisé par le FBI

Pour sensibiliser la population à la menace d’espionnage chinois, le FBI a récemment publié un film exposant les efforts de recrutement des agents de Pékin. Ce court-métrage, intitulé Nevernight Connection, dure 26 minutes. Il s’inspire vaguement du cas de l’ancien officier de la CIA Kevin Mallory, reconnu coupable d’espionnage pour la Chine.

Alan E. Kohler, le directeur adjoint du FBI pour le contre-espionnage, a déclaré que le film expose les tactiques des agences de renseignement étrangères se présentant comme des consultants et des chasseurs de têtes pour entrer en contact avec des professionnels américains, via des sites de réseautage. Le film montre également à la fin l’arrestation réelle de Mallory.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Ex-CIA Chief Warns of Chinese Spy Network in New York City