L’acronyme BRICS a-t-il encore un sens ?

Par Vision Times
Le 25/06/2020
Les BRICS incluent le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Les BRICS incluent le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

BRICS est un acronyme anglais désignant le conglomérat de cinq nations - le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ces pays représentent ensemble près de 42% de la population mondiale, 30% du territoire mondial et 23% du PIB mondial. Depuis 2009, les pays des BRICS se réunissent lors de sommets annuels.

Ces derniers temps, la question de la pertinence des BRICS a été soulevée, compte tenu des divergences économiques et politiques qui existent entre ces nations.

Pertinence économique

L’année dernière, l’agence de notation mondiale S&P a fait valoir que la raison d’être des BRICS n’était plus pertinente, compte tenu des divergences dans la croissance économique des  nations à long terme. Par exemple, la Chine et l’Inde ont connu une croissance spectaculaire au cours de la dernière décennie, tandis que des pays comme l’Afrique du Sud, le Brésil et la Russie ont publié des résultats décevants.

La Chine et l’Inde combinées joueront à l’avenir un rôle beaucoup plus important dans les affaires mondiales que les trois autres pays. Étant donné que les deux pays asiatiques sont sur le point de figurer parmi les trois principales superpuissances mondiales, au cours des prochaines décennies, la nécessité économique des BRICS devient discutable. Hormis la Russie qui dispose actuellement d’un bon secteur militaire, les pays comme l’Afrique du Sud et le Brésil n’ont rien d’exceptionnel à offrir à la Chine et à l’Inde.

« La trajectoire économique divergente à long terme des cinq pays affaiblit la valeur analytique de considérer les BRICS comme un groupement économique cohérent… J’ai moi-même parfois plaisanté en disant que j’aurais peut-être dû appeler l’acronyme " IC " en raison de la claire déception des économies Brésilienne et russes dans la décennie en cours depuis 2011, où les deux ont clairement et nettement sous-performé par rapport à la trajectoire définie dans le scénario 2050 », a déclaré l’analyste de Goldman Sachs, Jim O’Neill, tel que rapporté par DW. O’Neill a créé l’acronyme BRIC en 2001, qui a ensuite été élargi avec l’ajout de l’Afrique du Sud (S).

 

La croissance de l’Inde et de la Chine surpassera celle des autres pays des BRICS. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
La croissance de l’Inde et de la Chine surpassera celle des autres pays des BRICS. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Selon les prévisions du FMI, le Brésil, la Russie et l’Afrique du Sud connaîtront cette année une croissance négative et auront une augmentation inférieure a 4% en 2021. En revanche, l’Inde et la Chine devraient enregistrer une croissance inférieure à 2% en 2020, et une croissance de plus de 7% pour l’année prochaine.

Affrontements politiques au sein des BRICS

Les cinq nations ont également des divergences politiques, qui à la longue, peuvent s’avérer extrêmement conflictuelles. Par exemple, le Brésil a nié la position de Nicolas Maduro en tant que président du Venezuela et a soutenu la revendication du chef de l’opposition Juan Guaido, s’autoproclamant président par intérim. Cette position s’aligne sur le point de vue américain.

En revanche, la Russie et la Chine soutiennent Nicholas Maduro et son régime autoritaire. Cela a créé un fossé entre le Brésil et le camp russo-chinois. De même, le Brésil s’est félicité de la démission du président bolivien Evo Morales en novembre dernier en raison de préoccupations concernant la transparence des élections. Cependant, la Russie l’a qualifié de « coup d’État ».

Les relations entre l’Inde et la Chine se dégradent également. D’une part, la Chine a tenté d’infiltrer la frontière indienne. Une récente escarmouche à la frontière indo-chinoise, au Nord de l’Inde, a fait des victimes des deux côtés. La Chine considère l’Inde comme une menace économique du fait de sa population jeune et de l’augmentation rapide de son niveau de scolarité, rendant possible sa capacité à remplacer la Chine pour les industries manufacturières et également d’autres industries.

 

Les armées indienne et chinoise ont récemment eu une escarmouche qui a fait des victimes. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Les armées indienne et chinoise ont récemment eu une escarmouche qui a fait des victimes. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

La Chine soutient également le Pakistan, rival de l’Inde, tout en semant les tensions entre l’Inde et son ami de toujours, le Népal. En échange, l’Inde a accru son soutien à Taiwan et étudie les moyens de renforcer ses relations commerciales avec le Japon et la Corée du Sud. Si l’Inde et la Chine finissent par adopter une attitude hostile l’une envers l’autre, alors les BRICS deviendront naturellement hors de propos.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Does BRICS Make Sense Anymore?