Réalisation du Film Finding courage

Par Vision Times
Le 08/06/2020
Une scène du long-métrage documentaire Finding Courage. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
Une scène du long-métrage documentaire Finding Courage. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
 

À bien des égards, la réalisation du documentaire Finding Courage est fortuite. Sa réalisatrice, Kay Rubacek, de Swoop Films, n’a au départ jamais pensé à en faire un long métrage.

Alors qu’elle venait tout juste de produire le documentaire primé Hard to Believe - sur le prélèvement forcé d’organes en Chine – Kay, en tant que jeune réalisatrice, cherchait à produire un court métrage de 10 minutes.

Ce petit projet allait se concentrer sur l’expérience de Yifei Wang, une ancienne journaliste chinoise maintenant en exil, qui nous a été brièvement présentée dans le documentaire Hard to Believe.

Début 2015, Kay et le coproducteur/cinématographe Paulio Shakespeare, se sont rendus à San Francisco pour passer du temps avec Yifei et un traducteur. Ensemble, ils ont commencé à apprendre comment Yifei était persécutée pour sa foi en Chine.

« Il y avait tellement de choses dans son histoire », a dit Kay à propos de Yifei, une pratiquante de Falun Gong, dont l’évasion hors de Chine a été rendue possible grâce à l’aide de son époux Gordon, un journaliste très en vue qui se trouvait alors encore en Chine continentale.

« C’était juste choquant d’apprendre que son frère était en prison et que le corps de sa sœur était toujours dans une morgue », a déclaré Kay.

La jeune sœur de Yifei, Kefei, également pratiquante de Falun Gong, a été battue à mort dans un camp de travail à Jilin, dans le nord-est de la Chine, en 2001. Kefei avait 32 ans lorsqu’elle a été tuée. Les autorités du camp de travail ont refusé de remettre à sa famille sa dépouille déposée à la morgue.

 

Kefei Wang est morte après avoir été brutalement torturée par le personnel d’un camp de travail en Chine continentale. Leur but était de la briser et de la faire renoncer à sa foi. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
Kefei Wang est morte après avoir été brutalement torturée par le personnel d’un camp de travail en Chine continentale. Leur but était de la briser et de la faire renoncer à sa foi. ( (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
 

Le frère de Yifei, Leo, a également été détenu et torturé dans une prison pendant 13 ans pour avoir imprimé des tracts sur le Falun Gong, une discipline spirituelle qui comprend une méditation et des exercices aux mouvements lents. Ses pratiquants adhèrent à trois grands principes : Vérité, Compassion, Tolérance. En raison de la popularité de cette pratique, l’État communiste chinois a commencé à persécuter des dizaines de millions de pratiquants en 1999.

Plusieurs mois après le premier tournage, Kay a appris que Leo avait réussi à sortir de Chine, retrouvant non seulement sa sœur, mais aussi sa femme et son fils qui avaient auparavant demandé l’asile aux États-Unis.

« Nous avons donc décidé de filmer ses retrouvailles avec sa femme et son fils », a déclaré Kay. « Sa femme ne voulait pas passer devant la caméra, mais elle a soudain décidé de le faire, et le film a commencé à prendre de l’ampleur ».

Le film a effectivement pris de l’ampleur lorsque Kay a appris que le mari de Yifei, Gordon, de retour en Chine, avait secrètement filmé le camp de travail où Kefei était emprisonnée. Gordon a aussi filmé en secret la morgue où le corps de Kefei se trouvait toujours.

« Gordon a accepté de nous donner l’accès à ses images et de participer au tournage. Nous l’avons encouragé mais nous avions très peur pour sa sécurité car il se mettait en grand danger », a déclaré Kay.

Une fois que la vidéo secrète leur a été transmise, Kay et Paulio se sont sentis très reconnaissants envers la famille qui a accepté de raconter son histoire dans un long métrage.

 

Yifei Wang (ci-dessus) cherche à obtenir justice pour le meurtre de sa sœur battue à mort dans un camp de travail en Chine. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
Yifei Wang (ci-dessus) cherche à obtenir justice pour le meurtre de sa sœur battue à mort dans un camp de travail en Chine. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
 

Ils ont ensuite cherché d’autres voix - des témoins et des initiés du régime communiste - pour que le récit de l’histoire de cette famille soit plus accessible à un public occidental.

« J’en suis arrivée au moment où j’ai compris que la famille ne pouvait pas expliquer beaucoup de choses sur la politique autour de la question et je pensais que sans cela, les gens auraient du mal à comprendre », a déclaré Kay. « C’est alors que j’ai commencé à chercher des initiés, d’anciens fonctionnaires du régime pour combler les lacunes ».

Kay a trouvé un certain nombre d’initiés du régime qui vivent maintenant à l’étranger et qui sont prêts à parler. Parmi les personnes interrogées, on trouve un ancien directeur de camp de travail, un ancien juge, et un ancien agent de la sécurité nationale du « Bureau 6-10 », une organisation similaire à la Gestapo chinoise.

« Gagner leur confiance a été un défi, surtout quand j’ai dû parler par l’intermédiaire d’un traducteur. C’était un véritable processus avec chacun d’entre eux. Certains d’entre eux étaient plus ouverts que d’autres », a déclaré Kay.

« En parlant avec le directeur du camp de travail, j’ai beaucoup appris sur le fonctionnement du Parti communiste chinois, il était très direct sur tout, en fait, ils l’étaient tous », a-t-elle déclaré.

« Ils ont vécu toutes ces émotions ; vous pouviez voir qu’il y avait un sentiment de culpabilité sous-jacente chez beaucoup d’entre eux... Il est difficile pour eux de revenir sur (ce qui s’est passé en Chine) ».

 

La réalisation du film Finding Courage a impliqué d’interviewer d’anciens fonctionnaires communistes chinois et des citoyens qui ont risqué leur vie en s’exposant et en fournissant des informations. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
La réalisation du film Finding Courage a impliqué d’interviewer d’anciens fonctionnaires communistes chinois et des citoyens qui ont risqué leur vie en s’exposant et en fournissant des informations. (Image : Avec l’aimable autorisation de Swoop Films)
 

Pour un bon nombre de ces entretiens, Kay et Paulio se sont rendus à l’étranger, comme ils l'ont fait pour interroger plusieurs survivants de camps de travail vivant hors de Chine, témoins des maltraitance et tortures à l’égard de Kefei.

« Comme  Yifei Wang est elle-même journaliste, elle a cherché à savoir ce qui est arrivé à sa sœur et elle avait déjà pris contact avec certains de ces témoins », a déclaré Kay, ajoutant qu’elle-même en avait trouvé d’autres, dont l’un rencontré par hasard lors de la projection de Hard to Believe dans le New Jersey.

Avec plus de cent heures d’images, Kay a ensuite commencé la post-production du film, qui a duré près de trois ans. Le montage final a été achevé au début de l’année 2020 et le film est actuellement en cours d’examen par les médias.

« Le film a été réalisé pour le grand écran - beaucoup d’efforts ont été consacrés à la narration visuelle », a-t-elle déclaré. « Nous voulions vraiment qu’il soit diffusé sur le grand écran et dans les festivals de cinéma, puis à la télévision. Avec la pandémie, tout a changé - beaucoup de festivals pour lesquels nous avions posé notre candidature ont été soit reportés, soit annulés », a-t-elle précisé.

Un des festivals où Finding Courage a été accepté s’est déroulé sans projection et le film a remporté un prix d’or.

« Nous avons été acceptés dans deux autres festivals, mais nous ne savons pas pour l’instant s’ils vont organiser des projections », a-t-elle relaté.

Bien qu’en raison de la pandémie, Kay n’ait pu obtenir des critiques du film pour pouvoir le faire diffuser par la suite, elle a déclaré qu’ils obtenaient les critiques en contactant directement les médias.

« Mais nous nous rapprochons, nous allons certainement le diffuser très bientôt pour que les gens puissent le voir », a déclaré Kay.

Ci-dessous la bande-annonce de Finding Courage.


 


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : The Making of Finding Courage