Press "Enter" to skip to content

Monde. Les services secrets américains et le FBI achètent des drones de surveillance au fabricant chinois DJI

ACTUALITÉ > Monde

Les services secrets américains et le FBI ont récemment acquis 27 drones de surveillance de la société chinoise DJI basée à Shenzhen, considérée  comme une menace potentielle pour la sécurité nationale sous l’administration Trump.

Selon un rapport d’Axios du 22 septembre se basant sur des documents reçus de l’IPVM, un organe d’information payant de vidéosurveillance, les services secrets américains ont dépensé environ 13 000 dollars pour l’achat de drones de surveillance Mavic 2 Pro et Phantom 4 de Da Jing Information (DJI) par l’intermédiaire d’un détaillant basé en Floride.

Les documents indiquent que L’opération a été approuvée par Shauntynee Penix du ministère de la Sécurité intérieure.

Axios a aussi déclaré que le FBI avait également acquis quelques jours auparavant 19 drones de surveillance DJI pour un coût de près de 60 000 dollars, auprès d’une entreprise basée à New York.

En août 2017, les services américains de l’immigration et des douanes ont publié un bulletin d’information avertissant qu’ils avaient une « confiance modérée » dans la société DJI, qui « fournit des données sur les infrastructures critiques et les forces de l’ordre américaines au gouvernement chinois. »

Selon le bulletin, DJI aurait commencé à prospecter les entreprises américaines en 2015, et aurait conclu des accords en 2017 avec « au moins dix grandes entreprises et organisations opérant dans les secteurs des chemins de fer, des services publics, des médias, de l’agriculture, de l’éducation et de l’application de la loi fédérale » pour la vente d’équipements.

Les utilisations les plus fréquentes auxquelles ces équipements étaient destinés concernaient « la cartographie des terres, l’inspection des infrastructures, la surveillance et le contrôle des matières dangereuses. »

Les apps « capturent l’identification de l’utilisateur, les adresses e-mail, les noms complets, les numéros de téléphone »

L’ICE, l’agence de police douanière et de contrôle des frontières du département de la Sécurité intérieure des Etats-Unis, a déclaré que les drones de surveillance doivent être utilisés via des applications Android créées par DJI, qui « marquent automatiquement les images et les emplacements GPS, enregistrent les données de reconnaissance faciale même lorsque le système est éteint, et accèdent aux données téléphoniques des utilisateurs. »

L’agence a également averti que les apps « capturent l’identification de l’utilisateur, les adresses e-mail, les noms complets, les numéros de téléphone, les images, les vidéos et les identifiants informatiques. »

« La plupart des informations recueillies comprennent des données exclusives et sensibles sur les infrastructures critiques, telles que des images détaillées des panneaux de contrôle de l’électricité, des mesures de sécurité pour les sites d’infrastructures critiques ou des matériaux utilisés dans la construction des ponts. »

Les apps téléchargent automatiquement ce qui était capturé sur des serveurs cloud à Taïwan, Hong Kong et en Chine continentale.

En octobre 2019, le Wall Street Journal a rapporté que le ministère de l’Intérieur avait immobilisé un total de 800 drones, tous de fabrication chinoise ou comportant des pièces fabriquées en Chine. Le Journal a déclaré : « L’année dernière, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont exécuté plus de 10 000 vols de drones pour la gestion de plus de 500 millions d’acres de terres américaines. En 2018, les fonctionnaires ont utilisé des drones pour localiser et aider à sauver un résident d’Hawaï piégé par des coulées de lave. »

En décembre 2020, l’administration Trump sortante a ajouté DJI à la liste des « entités » du Département américain du Commerce, ce qui a empêché les entreprises américaines de fournir des pièces à DJI ou de transporter son équipement.

En avril 2020, National Pulse a rapporté que DJI avait « donné » 100 drones de surveillance aux « organisations de police, de pompiers et de sécurité publique » américaines pour « combattre la Covid-19. » Le média a rapporté que les appareils avaient été utilisés pour surveiller les citoyens américains sous des prétextes de pandémie.

« Si vous avez 39.4C°de fièvre, cela nous permettra de savoir en un clin d’œil : Êtes-vous quelqu’un qui a peut-être le virus ? Devons-nous nous assurer que vous prenez des précautions supplémentaires ? », a déclaré le sergent Tim Ehrenkaufer, chef de l’unité des drones de la police de Daytona.

Les drones DJI pourraient avoir été utilisés par les forces de sécurité chinoises au Xinjiang, engagées dans des violations des droits de l’homme

Le 31 août, les membres du congrès Jan Schakowsky (D-IL), présidente, et Gus Bilirakis (R-Fl), membre de rang du sous-comité de la protection des consommateurs et du commerce du Comité de l’énergie et du commerce de la Chambre des communes, ont écrit à Gina Raimondo, secrétaire du ministère du Commerce, pour demander à l’administration Biden de maintenir DJI sur la liste des « entités » du département du commerce de l’administration Trump.

« Les rapports de ces dernières années suggèrent que les drones DJI pourraient avoir été utilisés par les forces de sécurité chinoises au Xinjiang engagées dans des violations des droits de l’homme. Avant le rapport de 2020, le site Web de DJI a décrit un accord de " coopération stratégique " pour fournir des drones de police au bureau de sécurité publique du Xinjiang », note la lettre.

Le duo s’est dit préoccupé par le fait que DJI accapare le marché américain, notant que l’entreprise chinoise contrôle actuellement 77 % de la part du marché américain, alors que son rival le plus proche ne contrôle que 4 %.

Jan Schakowsky et Gus Bilirakis ont déclaré que DJI a atteint un avantage concurrentiel grâce à des « prix extrêmement bas » en réduisant les prix de 70 % en 2015, ce qui a écarté trois de ses plus grands concurrents du marché.

« Ces tactiques ont nui au choix des consommateurs tout en faisant de DJI le fournisseur de drones grand public par défaut aux États-Unis. Nous demandons respectueusement au ministère du Commerce d’enquêter sur les prix pratiqués par DJI pour ses drones grand public et sur ses efforts fructueux pour évincer ses concurrents du marché », peut-on lire dans la lettre.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.