Press "Enter" to skip to content

Monde. Chine : Les panneaux solaires issus du travail forcé des Ouïghours

ACTUALITÉ > Monde

La Chine utilise la communauté ouïghoure du Xinjiang comme esclave, notamment pour la production de coton. Cependant, selon une série de nouveaux rapports, le travail forcé des Ouïghours serait également utilisé pour la fabrication de panneaux solaires.

La grande majorité des cellules photovoltaïques (PVC) utilisées dans la production de panneaux solaires sont fabriquées à partir de composants en polysilicium, et 82 % du polysilicium mondial est produit en Chine.

Presque tous les panneaux solaires fabriqués en Chine utilisent du polysilicium fabriqué au Xinjiang et même si les panneaux solaires sont fabriqués en dehors de la Chine, il est probable qu’ils utilisent du polysilicium produit au Xinjiang. Près de la moitié de la production mondiale de polysilicium est assurée par quatre usines situées dans la région du Xinjiang, à proximité de camps de « rééducation ». Il est donc fort probable que des Ouïghours détenus dans des centres de détention soient contraints d’y travailler.

Le régime chinois a tenté de présenter ce travail forcé comme une « formation » volontaire, censée aider les minorités ethniques. Cependant, selon Rune Steenberg, un expert du Xinjiang basé à Berlin qui travaille avec la diaspora ouïghoure, ces justifications ne sont pas recevables : « Il est devenu presque impossible de parler de travail volontaire au sein d’un groupe de personnes qui risquent immédiatement d’être incarcérées sans aucune raison… Il y aurait des répercussions contre votre famille et potentiellement contre vous… Vous seriez marqué comme quelqu’un qui ne coopère pas », a-t-il déclaré à Bloomberg.

Un récent rapport de la société de conseil Horizon Advisorv a mis en évidence les liens entre le travail forcé potentiel et les principales entreprises chinoises du secteur solaire, comme GCL-Poly, East Hope Group et Jinko Solar. Le rapport indique que GCL-Poly, le deuxième plus grand fabricant de polysilicium au monde, a accepté une « main-d’œuvre excédentaire » en provenance du Xinjiang en 2020. Un article de 2018 publié sur un site web local montre l’une des filiales de l’entreprise acceptant plus de 60 de ces travailleurs.

La filiale de Jinko Solar, Xinjiang Jinko Energy Co, employait de la main-d’œuvre du Xinjiang en échange de subventions publiques. Une filiale d’East Hope employait 225 travailleurs issus de minorités ethniques du Xinjiang. De nombreuses entreprises solaires ont également des liens avec le Corps de production et de construction du Xinjiang (CPCX) , qui a été pénalisé par l’administration Trump l’année dernière pour violations des droits de l’homme.

À la suite d’informations faisant état de travail forcé au Xinjiang, plusieurs groupes de travailleurs organisés ont demandé à l’administration Biden de bloquer les importations de produits solaires en provenance de Chine liées à de telles violations des droits de l’homme. Un ordre exécutif émis par Joe Biden le 24 février demandait un examen des violations des droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. En septembre de l’année dernière, le Uyghur Forced Labor Prevention Act (UFLPA) a été adopté par la Chambre des représentants des États-Unis par 403 voix contre 6. Une version actualisée de ce projet de loi a été présentée en janvier.

« L’UFLPA établirait une présomption légale que les biens produits en partie ou en totalité au Xinjiang sont issus du travail forcé. En inversant la charge de la preuve, le CBP devant trouver la preuve du travail forcé et les importateurs devant fournir la preuve qu’ils n’ont pas recours au travail forcé, les législateurs espèrent cibler plus efficacement les violations des droits de l’homme et encourager les entreprises à déplacer leurs chaînes d’approvisionnement hors de la région. Certaines multinationales ayant des fournisseurs dans la région du Xinjiang font pression contre l’UFLPA », indique un rapport du Center for Strategic & International Studies (CSIS).

Le travail forcé des Ouïghours

Uyghurs for Sale, un rapport publié en mars 2020 par l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) a identifié 27 usines réparties dans neuf provinces chinoises qui utilisent de la main-d’œuvre ouïghoure depuis 2017. Dans le cadre d’une politique gouvernementale appelée « Xinjiang Aid », les travailleurs ont été transférés du Xinjiang, certains directement depuis des centres de détention. Entre 2017 et 2019, près de 80 000 Ouïghours auraient été transférés de cette manière. Les courtiers privés et les administrations locales reçoivent du gouvernement provincial du Xinjiang un certain prix par tête pour organiser les affectations de main-d’œuvre. Ces « transferts d’emplois » sont désormais devenus un élément clé du « processus de rééducation » de Pékin visant les Ouïghours.

« Pour chaque lot [de travailleurs] qui est formé, un lot d’emploi sera organisé et un lot sera transféré. Les personnes employées doivent recevoir une éducation idéologique approfondie et rester à leur poste », cite un rapport de travail du gouvernement local de 2019 du comté de Moyu, dans la province du Xinjiang.

En décembre dernier, le chercheur allemand Adrian Zenz a publié un rapport faisant état de près d’un demi-million de Ouïghours déployés comme main-d’œuvre esclave pour la cueillette du coton dans le cadre des initiatives de « transfert de main-d’œuvre » du gouvernement.

Selon Sky News, des sites web chinois font de la publicité pour l’achat et la vente d’esclaves ouïghours. Une fois que les travailleurs du Xinjiang sont désignés pour un tel transfert de travail, ils sont « examinés politiquement » avant d’être envoyés dans d’autres régions. Tous les travailleurs sont placés sous une « gestion semi-militaire », tandis que les superviseurs sont rémunérés par le Bureau du personnel du gouvernement du Xinjiang.

Les alliés des États-Unis

Le président américain Joe Biden pourrait demander aux nations d’exercer davantage de pression sur la Chine concernant le travail forcé au Xinjiang lors d’une prochaine réunion du G7 en juin 2021. Le mois dernier, Washington a annoncé des sanctions conjointes avec la Grande-Bretagne, le Canada et l’Union européenne à l’encontre de responsables chinois impliqués dans des violations des droits de l’homme au Xinjiang. Daleep Singh, conseiller adjoint du président Biden en matière de sécurité nationale et directeur adjoint du Conseil économique national, a déclaré que le prochain sommet offrait aux alliés des États-Unis l’occasion de faire preuve de solidarité sur cette question.

« Ce sont des alliés qui partagent les mêmes idées, et nous voulons prendre des mesures tangibles et concrètes qui montrent notre volonté de nous coordonner sur les économies non marchandes, comme la Chine… Le défi galvanisant pour le G7 est de montrer que les sociétés ouvertes, les sociétés démocratiques ont encore la meilleure chance de résoudre les plus grands problèmes de notre monde. Nous avons clairement indiqué que nos consommateurs méritent de savoir si les produits qu’ils importent sont fabriqués dans des conditions de travail forcé. Nos valeurs doivent être intégrées dans nos relations commerciales », a déclaré Daleep Singh à Reuters.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.