Press "Enter" to skip to content

Culture. La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion

TENDANCE > Culture

Contrairement à d’autres œuvres traitant du même sujet, La Pietà de Michel-Ange, ce chef-d’œuvre représentant l’image de Marie tenant le corps de Jésus dans ses bras, ne montre ni ressentiment, ni douleur, mais plutôt sérénité, paix et sainteté, faisant montre d’une sagesse infinie au-delà de toutes émotions humaines…

Michel-Ange, l’un des plus grands artistes de l’histoire de l’humanité

Michel-Ange (1475 – 1564) est considéré comme l’un des plus grands génies artistiques de l’histoire de l’humanité, un homme dont le nom est devenu synonyme du concept de « chef-d’œuvre ». Il a laissé derrière lui des œuvres intemporelles dans les domaines de la sculpture, de la peinture et de l’architecture. Avec l’ampleur et la variété de ses réalisations artistiques, Michel-Ange a laissé, au plus fort de la Renaissance, une marque indélébile sur la création artistique en Occident.

Parmi les œuvres de Michel-Ange, le dôme de la Chapelle Sixtine, au Vatican, est probablement l’œuvre la plus célèbre. Cependant, son œuvre préférée est La Pietà, un groupe sculptural, la première et dernière œuvre signée par le Maître.

La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion
La Pietà – Le chef-d’œuvre préféré du Maître- Pour respecter l’échéance prévue du contrat, Michel-Ange travaille quelque vingt heures par jour pendant un an, de 1498 à 1499. Michel-Ange avait alors 23 ans. (Image : wikimedia / Michelangelo
/ CC BY-SA 3.0)

La naissance de La Pietà

Michel-Ange avait réalisé quelques sculptures à Florence pour les Médicis, mais en 1492, il quitta Florence pour Venise, se rendit à Bologne puis séjourna à Rome entre 1496 et 1501. En 1497, le cardinal Jean de Bilhères chargea Michel-Ange de faire une sculpture pour la Basilique Saint-Pierre. Le résultat fut la naissance de La Pietà - un chef-d’œuvre qui propulsa immédiatement la carrière de Michel-Ange au plus haut sommet.

Encore aujourd’hui, La Pietà est toujours placée dans un lieu solennel de la Basilique Saint-Pierre au Vatican, en Italie. Bien que la taille de ce chef-d’œuvre soit relativement petite, la beauté, l’émotion et la grâce de la sculpture rendent les spectateurs incapables de résister à son incroyable attractivité. Être en contact de La Pietà, c’est éprouver un sentiment de grâce, de noblesse, et de proximité naturelle. Mais surtout, La Pietà dégage une beauté divine que l’on ne retrouvera dans aucun autre ouvrage sur le même sujet.

La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion
Encore aujourd’hui, La Pietà est toujours placée dans un lieu solennel de la Basilique Saint-Pierre au Vatican. (Dimensions : 174 × 195 × 69 cm). (Image : wikimedia / Michelangelo / CC BY-SA 3.0)

En parlant de matériaux, Michel-Ange admet que le bloc de marbre blanc de Carrare qu’il a utilisé pour sculpter La Pietà est la pierre la plus parfaite qu’il ait jamais utilisée. Pour cette raison, Michel-Ange a soigné La Pietà plus méticuleusement que n’importe laquelle de ses autres sculptures.

La structure générale de La Pietà est pyramidale, apportant équilibre, harmonie et symétrie. L’artiste attire les yeux du spectateur sur le visage paisible de la mère du Christ. Les lignes utilisées dans l’œuvre la rendent pleine d’énergie et de vitalité. Les cheveux de Jésus, les plis délicats de la robe de la Vierge Marie, ainsi que la peau des personnages donnent force à la merveilleuse beauté de l’œuvre.

Une représentation qui fait de cette sculpture un chef-d’œuvre de la Renaissance

Dans cet ouvrage, on remarque que les dimensions des corps de Marie et de Jésus ne sont pas vraiment proportionnées de façon naturelle l’une par rapport à l’autre. Plus précisément, bien que les têtes de Marie et de Jésus aient la même taille, ce n’est pas le cas des corps. Le corps de la mère du Christ est plus grand que celui de Jésus, ainsi La Pietà ne représente pas les proportions naturelles du corps humain. À la Renaissance, les artistes avaient tendance à suivre les proportions exactes du corps humain dans les peintures ou les sculptures, voire à le rendre parfait. Dans son chef-d’œuvre, cependant, Michel-Ange abandonne la recherche de la proportion, afin de donner à sa sculpture un équilibre et une harmonie, un sentiment de plénitude. Par conséquent, La Pietà est une combinaison équilibrée de principes artistiques et de perceptions du spectateur.

La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion
Michel-Ange avait dit : « La mère devait être jeune, plus jeune que son fils pour paraître éternellement vierge, tandis que son fils, qui a pris notre nature humaine, doit être, dans le dépouillement de la mort, un homme comme les autres ». (Image : Jacques Savoye / Pixabay)

Cependant, c’est la représentation même de La Pietà qui fait vraiment de cette sculpture un chef-d’œuvre de la Renaissance. La Pietà représente Marie portant le corps de Jésus après que ce dernier fut descendu de la croix. C’est l’un des sept événements importants de la vie de Marie, également connu sous le nom des Sept Douleurs de la Vierge Marie. À cette époque, le thème de la Mère tenant Jésus dans ses bras était réalisé par des sculpteurs en France, en Allemagne, mais restait peu connu en Italie. D’ailleurs, les images que montrent les artistes dépeignent souvent la Mère dans la douleur et la souffrance effroyables que Jésus a endurées. Cependant, Michel-Ange construit une image complètement différente au sein de son œuvre.

Au centre de la sculpture, la Vierge Marie apparaît très jeune, son visage n’exprime ni ressentiment, ni douleur, seulement le calme, la tranquillité et la pureté. La Vierge a accepté la mort de Jésus avec grâce. Jésus allongé sur ses genoux, son visage serein, ne montre aucune douleur de la crucifixion, mais seulement la paix d’être comme endormi.

La mère ne touche pas directement le corps de Jésus, mais utilise un tissu, montrant la divinité du corps du Christ. Tous deux manifestent une compassion et une sagesse sans limites, au-delà de toutes émotions humaines.

La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion
La mère ne touche pas directement le corps de Jésus, mais utilise un tissu, montrant la divinité du corps du Christ. (Image : wikimedia / Michelangelo / CC BY-SA 3.0)

La Pietà un symbole de la compassion

En Italie, La Pietà est le nom donné couramment au thème de Marie portant Jésus. Personne ne sait quand il est apparu pour la première fois, mais il est complètement différent du concept de lamentation du Christ décrit par d’autres œuvres. Il est possible que le mot pietà ait gagné en popularité en Italie à partir de la publication de l’œuvre de Michel-Ange. En italien, pietà signifie « pitié » (miséricorde) et le mot latin pour « piété » lui donnant un sens de « compassion » ou « dévotion ». Mais s’il est correctement adapté de la culture occidentale à la culture orientale, alors sans doute devons-nous traduire pietà par « compassion ».

La « compassion » est un concept que les anciens orientaux utilisaient pour désigner l’essence des dieux et des bouddhas, notamment celle de la Bodhisattva de la compassion - Avalokitesvara. La « compassion » équivaut au concept « d’amour » dans les religions occidentales, qui n’est pas l’amour entre les hommes et les femmes, mais un concept différent, fait de bonté et de bienveillance envers toutes choses. C’est un concept que la religion occidentale elle-même peut difficilement exprimer par ses propres mots pour le décrire, alors, elle utilise le mot « amour », mais elle reste encore confuse lorsqu’elle l’explique.

C’est la compassion que Jésus a exprimée en endossant les péchés et les souffrances des êtres humains. En raison de cette compassion, quand son corps fut descendu de la croix, on ne pouvait percevoir aucune souffrance sur son visage. C’est aussi grâce à son immense compassion que Marie n’a éprouvé aucune douleur lorsqu’elle a perdu son enfant.

La Pietà, chef-d’œuvre de Michel-Ange et une ode à la compassion
C’est aussi grâce à son immense compassion que Marie n’a éprouvé aucune douleur lorsqu’elle a perdu son enfant. (Image : Michał Lech / Pixabay)

C’est à cause de ce mot « compassion » que La Pietà est devenue une sculpture rare qui décrit dans la perfection absolue la beauté de Dieu et de Bouddha, ce qui se révèle difficile à décrire dans les langues occidentales. C’est La Pietà de Michel-Ange pour l’éternité.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.