Plus un arbre est âgé, plus il absorbe et stocke de carbone

Par Troy Oakes
Le 19/11/2020
Une étude récente sur le stockage du carbone dans les forêts du nord-ouest du Pacifique a démontré que bien que les arbres de grand diamètre ne constituent que 3 % du total des arbres, ils représentent 42 % du stockage total de carbone aérien. (Image :
Une étude récente sur le stockage du carbone dans les forêts du nord-ouest du Pacifique a démontré que bien que les arbres de grand diamètre ne constituent que 3 % du total des arbres, ils représentent 42 % du stockage total de carbone aérien. (Image : The authors)
 

Selon une nouvelle étude publiée dans Frontiers in Forests and Global Change, les arbres les plus âgés et de gros diamètre stockent du carbone de manière disproportionnée par rapport aux arbres plus jeunes, ce qui souligne leur importance dans l’atténuation du changement climatique. Les chercheurs ont examiné le stockage de carbone aérien des arbres de gros diamètre (53,3 cm) sur les terres des forêts nationales de l’Oregon et de Washington.

Ils ont constaté que, bien qu’ils ne représentent que 3 % du nombre total d’arbres sur les parcelles étudiées, les arbres âgés stockaient 42 % du carbone aérien total dans ces écosystèmes forestiers. Cette étude est l’une des premières du genre à indiquer comment une politique de préservation des arbres de gros diamètre pourrait affecter le stockage du carbone dans les écosystèmes forestiers, contribuant potentiellement à contenir d’énormes quantités de dioxyde de carbone qui seraient autrement rejetées dans l’atmosphère.

 

Pin ponderosa, Pinus ponderosa. (Image :
Pin ponderosa, Pinus ponderosa. (Image : The authors)
 

Dans le Nord-Ouest Pacifique, aux Etats-Unis, la règle de 21 pouces de diamètre (53 cm) a été promulguée en 1994 pour ralentir la perte des arbres âgés dans les forêts nationales. Cependant, la modification de cette limite (en la faisant passer à au moins 76 cm de diamètre) permettrait potentiellement la survie généralisée d’arbres âgés, avec des implications majeures pour la dynamique du carbone et l’écologie forestière. Le Dr David Mildrexler, qui a dirigé l’étude, explique : « Les arbres âgés représentent une petite proportion des arbres de la forêt, mais ils jouent un rôle exceptionnellement important dans l’ensemble de la communauté forestière - les nombreuses fonctions uniques qu’ils assurent prendraient des centaines d’années à remplacer ».

Pour examiner la relation entre le diamètre des arbres et le stockage du carbone aérien dans les forêts situées à l’est de la chaîne des Cascades, les chercheurs ont utilisé des équations spécifiques à chaque espèce pour établir un lien entre le diamètre et la hauteur des arbres et la biomasse aérienne dans le tronc et les branches, en tenant compte du fait que la moitié de cette biomasse est composée de carbone.

Ils ont également examiné quelle proportion d’arbres âgés constituait le peuplement forestier total, leur stockage total de carbone hors sol, et donc quelle pourrait être la conséquence potentielle de l’élimination de ces arbres âgés dans le cadre des futures pratiques de gestion forestière.

 

Pin ponderosa, Pinus ponderosa, et sapin de Douglas, Pseudotsugamenziesii. (Image :
Pin ponderosa, Pinus ponderosa, et sapin de Douglas, Pseudotsugamenziesii. (Image : The authors)
 

L’étude a également révélé que les arbres dont le diamètre est supérieur à 76 cm ne constituaient que 0,6 % de l’ensemble des troncs, mais que ces géants représentaient plus de 16 % du carbone aérien total dans les forêts examinées. Une fois que les arbres ont atteint une grande taille, chaque augmentation de diamètre supplémentaire se traduit par un ajout significatif aux réserves totales de carbone de l’arbre. Le Dr. Mildrexler a expliqué : « Si vous pensez à ajouter chaque année un anneau de nouvelle croissance à la circonférence d’un arbre âgé et de ses branches, cet anneau ajoute beaucoup plus de carbone que l’anneau d’un jeune arbre. C’est pourquoi il est si important de laisser les arbres pousser davantage, car cela permet de maintenir les réserves de carbone dans les arbres et d’accumuler plus de carbone dans l’atmosphère à un coût très faible ».

L’étude souligne l’importance de protéger les arbres âgés et de revoir à la hausse la « règle des 21 pouces » afin que du carbone supplémentaire soit accumulé, en permettant aux arbres de 21-30 pouces (53-76 cm) de diamètre de continuer à atteindre un meilleur potentiel écologique, et en laissant un nombre suffisant d’arbres de moins de 21 pouces continuer à croître et devenir de grands réservoirs de carbone supplémentaires et efficaces. Le Dr Mildrexler soutient qu’il s’agit là d’une des options à court terme les plus efficaces pour stabiliser le changement climatique et fournir d’autres services écosystémiques précieux. Il a déclaré : « Les arbres âgés sont les pierres angulaires de la diversité et de la résilience de l’ensemble de la communauté forestière. Ils soutiennent de riches communautés de plantes, d’oiseaux, de mammifères, d’insectes et de micro-organismes, tout en agissant comme des châteaux d’eau géants qui exploitent les ressources en eau souterraine et refroidissent notre planète par évaporation ».

« Il existe un réel besoin de surveiller l’état des forêts au-delà de ce que le service forestier fait sur ses parcelles d’inventaire, et ainsi les communautés locales peuvent également jouer leur rôle pour fournir des données scientifiques citoyennes, en apprenant à connaître davantage les forêts de leurs terres, contribuant ainsi au revenu des communautés et à l’atténuation du changement climatique », a-t-il conclu.


Fourni par : Frontiers (Note : Le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : The Biggest Trees Capture the Most Carbon: Large Trees Dominate Carbon Storage in Forests