La belle laideur de la femme de Zhuge Liang

Texte français : Lia Suzuran
Le 17/06/2019

En Chine, la sagesse de Zhuge Liang, stratège militaire, est connue de tous. Cet homme, d’une forte corpulence, mesurait plus de 2 mètres. Il ne passait donc pas inaperçu. Lorsqu’il épousa Huang Yueying, la population s’interrogea: pourquoi épouser cette femme si laide?

 

 Zhuge Liang était un stratège extraordinaire. Il vit au-delà de l'apparence d'une femme et l’épousa pour ses vertus. (Image: Par Morio [CC BY-SA 4.0]. De Wikimedia Commons)
Zhuge Liang était un stratège extraordinaire. Il vit au-delà de l'apparence d'une femme et l’épousa pour ses vertus. (Image: Par Morio [CC BY-SA 4.0]. De Wikimedia Commons)

 

Yueying était la fille du maître de Liang, Huang Chengyan. En dépit de son physique disgracieux, Liang ne la considérait pas comme une femme ordinaire. C’est ainsi qu’ils se rencontrèrent:

Un jour, Liang se rendit chez son maître. Alors qu'il entrait dans la maison, deux chiens féroces se jetèrent sur lui et l’effrayèrent. Une femme de ménage sortit en courant et tapota la tête des chiens, qui se calmèrent sur le champ. Après avoir retrouvé ses esprits, Liang se rendit compte que les chiens étaient en bois. Liang fut émerveillé: il fallait être particulièrement ingénieux et créatif pour inventer ces chiens mécaniques.

Huang Chengyan, témoin de la scène, rit et dit: «Ces chiens sont l’oeuvre de ma fille, Yueying.» Puis, Liang remarqua un très beau dessin accroché au mur, qui avait pour titre: «Programme de la cour de la famille Cao.» Chengyan ajouta: «Laissez, ce ne sont que des graffitis réalisés par ma fille.»

Liang comprit alors que la fille de Chengyan était très talentueuse et extraordinaire. Il avait bien vu que Yueying n’était pas jolie, mais il souhaitait l’épouser pour ses vertus. L’apparence d’une femme ne pouvait être sa priorité.

Une fois qu’ils furent mari et femme, Yueying s’occupa seule des tâches ménagères, y compris la meunerie et l’agriculture. Elle était polie, et aimable avec les autres. Liang lui faisait entièrement confiance, et pouvait se consacrer aux affaires de l’Etat. Au fil du temps, l’opinion publique changea sur cette «femme laide». Tous admirèrent la prévoyance unique de Zhuge Liang, qui avait épousé une femme gentille, vertueuse, et intelligente.

On raconte même qu’un jour, lorsque les amis de Liang lui rendirent visite, Yueying leur servit les plats très rapidement. Les invités, perplexes, décidèrent de jeter un œil à la cuisine. Leur découverte les laissa sans voix: un âne en bois moulait les nouilles! Yueying avait également trouvé un moyen de fournir de la nourriture aux armées sur le champ de bataille en inventant le bœuf en bois, l’une des premières brouettes des temps modernes. Elle inventa également une sorte d’arbalète semi-automatique. Yueying avait un réel talent pour la mécanisation.

Ainsi, cette «femme laide» révéla une intelligence extraordinaire, et fut une épouse vertueuse, en harmonie avec son époux, Zhuge Liang.