L’OTAN appelle ses pays membres à contrer la menace chinoise

Par Vision Times
Le 30/06/2020
Jens Stoltenberg demande aux pays de s’opposer plus fermement aux tactiques d’intimidation chinoises. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Jens Stoltenberg demande aux pays de s’opposer plus fermement aux tactiques d’intimidation chinoises. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’OTAN, a récemment alerté que l’influence croissante de la Chine déclenchait un changement fondamental au niveau de la puissance mondiale, qui ne peut être ignoré. Il souhaite que l’OTAN s’implique plus profondément dans les affaires politiques mondiales pour pouvoir aider les pays de la région Asie-Pacifique à contrer la domination Chinoise.

La menace chinoise

Jens Stoltenberg a déclaré que l’OTAN devrait dépasser la pensée « centrée sur l’Europe et l’Amérique du Nord » , un processus de pensée traditionnel qui a façonné les programmes de l’organisation jusqu’à présent. À la place, le Secrétaire général souhaite que l’OTAN adopte une approche globale des questions de sécurité.

« À l’horizon 2030, nous devons travailler encore plus étroitement avec des pays partageant les mêmes idées, comme l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud, pour défendre les règles et les institutions mondiales qui nous protègent depuis des décennies, pour établir des normes et des standards dans l’espace et le cyberespace, sur les nouvelles technologies et le contrôle mondial des armements, et enfin pour défendre un monde construit sur la liberté et la démocratie, et non sur l’intimidation et la coercition », a-t-il déclaré, selon un rapport de Defense News.

Stoltenberg a demandé aux membres de l’OTAN de résister à la tentation de ne penser qu’à des solutions nationales et a souligné l’importance de rester unis dans leurs décisions. Il a souligné que la Chine a le deuxième plus gros budget de défense au monde après les États-Unis et qu’elle investit dans le développement de missiles de longue portée dotés d’ogives nucléaires capables d’ atteindre l’Europe. Stoltenberg espère que les alliés de l’OTAN se joindront à lui pour faire face à cette menace militaire posée par le régime communiste. Il est troublé par le fait que la Chine investit massivement dans le cyberespace et les infrastructures européennes tout en étendant son influence en Méditerranée, en Afrique et même dans l’Arctique.

 

Jens Stoltenberg pense que le coronavirus a amplifié les tensions entre les pays. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Jens Stoltenberg pense que le coronavirus a amplifié les tensions entre les pays. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Le secrétaire général de l’OTAN s’inquiète de la domination croissante de l’armée chinoise dans la mer de Chine méridionale, où des navires liés à l’APL ont empêché d’autres navires de traverser les eaux internationales. Stoltenberg a demandé à Pékin de respecter les règles internationales sur la navigation. Il a toutefois rejeté toute nécessité d’envoyer des navires de l’OTAN dans la région. Stoltenberg estime que l’épidémie de Covid-19 a amplifié les tensions entre les nations et que l’Occident se rend de plus en plus compte qu’être dépendant de la Chine pour la technologie et les produits n’est pas une si bonne idée.

Pendant ce temps, l’épidémie du virus du PCC a obligé l’OTAN à annuler une grande partie de l’exercice « Defender-Europe 20 » mené par l’armée américaine. Cet exercice était censé démontrer l’amélioration des capacités de l’OTAN en matière de déplacement d’équipements et de personnes en Europe. L’exercice est actuellement mené sous une forme réduite. L’OTAN a également annoncé qu’elle stockerait du matériel médical pour se préparer à une éventuelle seconde vague de la pandémie de Covid-19. Un fonds de plusieurs millions d’euros sera créé afin de pourvoir aux fournitures nécessaires pour être envoyées dans n’importe quelle partie de l’Europe en cas de besoin.

Retrait des troupes américaines

Le président américain Donald Trump a indiqué qu’il retirerait environ 10 000 soldats américains stationnés en Allemagne. Actuellement, il y a 35 000 soldats américains sur le territoire allemand, ce nombre sera réduit à 25 000 une fois que la décision de Trump sera mise à exécution. Il s’est dit déçu que l’Allemagne n’ait pas pu atteindre le seuil de dépenses de 2 % convenu en 2014 par différents membres de l’OTAN.

 

Les États-Unis veulent retirer leurs troupes stationnées en Allemagne. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Les États-Unis veulent retirer leurs troupes stationnées en Allemagne. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Donald Trump trouve aberrant que l’Amérique protège l’Allemagne aux frais des contribuables. Sa décision a déstabilisé l’OTAN, qui tablait sur la présence militaire américaine pour contrer la menace russe. Une vingtaine de législateurs républicains ont écrit à Donald Trump pour lui demander de reconsidérer la décision car elle pourrait finir par porter atteinte à la sécurité nationale des États-Unis.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : NATO Asks Countries to Counter China’s Bullying