L’IPAC soutient les pays démocratiques face au communisme chinois

Par Vision Times
Le 19/06/2020
L’IPAC vise à défendre les pays démocratiques contre le communisme chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
L’IPAC vise à défendre les pays démocratiques contre le communisme chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Pour contrer l’influence croissante de la Chine communiste dans le monde, un groupe de parlementaires d'une dizaine de pays ont créé vendredi 5 juin une alliance mondiale appelée l’Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC).

L’objectif de l’organisation est de convaincre différents gouvernements à travers le monde à prendre une position plus ferme contre les politiques du gouvernement chinois et à protéger les valeurs démocratiques contre la répression communiste.

La mission de l’IPAC

« Lorsque des pays ont résisté à Pékin, ils l’ont fait seuls. Plutôt que de mettre en place une défense commune avec des principes partagés, les pays ont plutôt été attentifs à leurs propres intérêts nationaux, qui dépendent de plus en plus de la République populaire de Chine pour les minéraux, composants et produits manufacturés… Aucun pays ne devrait avoir à supporter seul la charge de la défense des libertés fondamentales et de l’intégrité de l’ordre international », a déclaré l’IPAC dans un communiqué.

La mission de l’IPAC se divise globalement en 5 catégories - défendre les droits de l’homme, protéger l’ordre fondé sur des règles au niveau international, promouvoir l’équité dans le commerce, sauvegarder l’intégrité des nations et renforcer la sécurité. Au moment de son lancement, l'alliance était composée de 18 parlementaires de huit pays: les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne, la Suède, l’Australie, la Norvège et le Japon, ainsi que du Parlement européen. Elle compte aujourd'hui 104 parlementaires, issus de 13 pays sur 4 continents. Deux français sont membres de l'IPAC: Isabelle Florennes (MoDem) et André Gattolin (LREM).

 

Le sénateur américain Marco Rubio est membre de l’IPAC. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
Le sénateur américain Marco Rubio est membre de l’IPAC. (Image : Wikimedia / CC0 1.0)
 

Chaque pays faisant partie de l’IPAC a ses propres griefs contre le gouvernement communiste chinois. Les États-Unis sont en colère contre la Chine pour ses pratiques commerciales déséquilibrées, sa mauvaise protection de la propriété intellectuelle et le vol de secrets militaires américains. Le Canada a perdu deux citoyens sous le régime chinois, tous deux détenus par Pékin après que le gouvernement canadien ait arrêté le directeur financier d’Huawei suite à une ordonnance d’un tribunal américain. La Suède continue de lutter contre Pékin pour obtenir la libération de l’un de ses citoyens. La Chine a arrêté Gui Minhai, citoyen suédois, pour avoir agi contre les intérêts du régime communiste. Quant à l’Australie, son système politique est attaqué par Pékin. La Chine a également augmenté les droits de douane sur certaines exportations australiennes après que le pays ait demandé une enquête sur l’origine du virus du PCC.

Le Global Times, un média de l'état chinois, a critiqué l’IPAC, la qualifiant d’alliance anti-chinoise vouée à l’échec à l’ère de la mondialisation au XXIème siècle. Un diplomate chinois a déclaré que la définition des objectifs de l’IPAC vient d’une « mauvaise interprétation » de la politique étrangère de la Chine.

Augmentation du budget militaire

La Chine, le deuxième plus grand investisseur militaire au monde, a augmenté son budget annuel militaire de défense de 6,6% à 179 milliards de dollars. Zhang Yesui, porte-parole de l’APN, a minimisé les critiques selon lesquelles le gouvernement chinois n’était pas suffisamment transparent sur les dépenses de défense du pays. Certains experts estiment que les armes modernes amassées par les militaires de Pékin dépassent de loin ce qui a été officiellement annoncé.

Bien que l’augmentation du budget ait été inférieure à celle des années précédentes, une augmentation de 6% n’est certainement pas quelque chose à prendre à la légère lorsque l’on considère le fait que la Chine traverse une situation économique difficile en raison de l’épidémie de Covid-19. Le budget actuel représenterait près de trois fois les dépenses militaires de l’Inde. Les experts soulignent que l’expansion rapide de l’armée chinoise a déclenché une course aux armements en Asie, les autres  pays cherchant à se renforcer face à un conflit militaire potentiel avec la Chine.

 

La Chine investit massivement dans son budget militaire. (Image : Wikimedia / GNU FDL)
La Chine investit massivement dans son budget militaire. (Image : Wikimedia / GNU FDL)
 

L’armée indienne a récemment affronté les forces chinoises à la frontière orientale après avoir découvert que les Chinois tentaient d’occuper une zone qui appartient à l’Inde et 20 soldats indiens sont récemment décédés dans des affrontements avec des soldats chinois. Pendant ce temps, Taiwan organise un exercice militaire qui visera à protéger l’île des forces hostiles comme la Chine. À l’avenir, l’Inde, Taïwan et d’autres pays asiatiques comme la Corée du Sud pourraient se joindre à l’IPAC pour renforcer l’alliance contre le régime communiste.

Pour plus d'information sur IPAC: https://www.ipac.global/


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Taking China Head On: IPAC to Aid Democratic Countries