Les déclarations du PCC évoquent une fuite artificielle du virus

Par Huang Qing
Le 25/02/2020
Un Schéma du coronavirus. (Kateryna Kon / 123rf)
Un Schéma du coronavirus. (Kateryna Kon / 123rf)
 

En réponse aux doutes extérieurs croissants concernant la source du virus Covid-19 (pneumonie de Wuhan), les autorités chinoises ont déclaré à plusieurs reprises que le virus n’était pas synthétisé artificiellement et qu’il n’y avait pas eu de fuite du laboratoire Wuhan P4.

Mais le célèbre média américain New York Post a publié le 22 février  un article du  sociologue Stephen W. Mosher. L’article met en garde contre les mensonges des autorités chinoises car le Covid-19 est fortement soupçonné d’être un virus biologique divulgué.

Récemment, le Covid–19 s’est étendu à la Corée du Sud, au Japon, à l’Italie ainsi qu’à de nombreux autres pays. Au cœur de la controverse internationale, les autorités du PCC ont à nouveau invoqué la théorie du complot menée par les États-Unis.

Le sociologue américain Stephen W. Mosher a publié  un article signé, dans le New York Post, demandant à la communauté internationale de ne pas écouter les mensonges du PCC.

« Ne devenez pas le pion du PCC »

L’article indiquait que « Lors d’une réunion d’urgence à Pékin vendredi dernier, le président du Parti communiste chinois Xi Jinping a évoqué la nécessité de contenir le coronavirus et a mis en place un système pour prévenir des épidémies similaires à l’avenir ».

Xi Jinping a déclaré qu’il était nécessaire de mettre en place un système national de contrôle des risques de biosécurité « pour protéger la santé des personnes » car la sécurité des laboratoires est une question de « sécurité nationale ». Xi Jinping n’a pas admis que le coronavirus qui est maintenant en train de balayer la Chine se serait échappé d’un des laboratoires de recherche biologique du pays.

Mais le lendemain des preuves ont émergé suggérant que c’est ce qui se serait réellement produit, car le ministère chinois des Sciences et de la Technologie a publié une nouvelle directive intitulée : « Instructions sur le renforcement de la gestion de la biosécurité dans les laboratoires de microbiologie, ces laboratoires devraient répondre aux nouveaux coronavirus, etc. Virus avancé ».

L’hypothèse est qu’il semble que le PCC ait rencontré un problème lors du stockage d’agents pathogènes dangereux. Mais combien de « laboratoires de microbiologie » peuvent gérer des « virus avancés comme les nouveaux coronavirus » en Chine ?

Il s’avère qu’il n’y en a qu’un sur l’ensemble du territoire. Il se trouve précisément au centre de l’épidémie à Wuhan, en Chine. En effet, l’Institut de recherche sur les virus de Wuhan est le seul laboratoire de microbiologie en Chine capable de traiter les coronavirus mortels, c’est le National Biosafety Laboratory.

Plus important encore, la général Chen Wei, plus grande experte de la guerre biologique dans l’armée chinoise, a été envoyée à Wuhan fin janvier pour aider à juguler l’épidémie de pneumonie de Wuhan.

Selon le Quotidien de l’Armée de libération du peuple chinois, Chen Wei étudie les coronavirus, Ebola et l’anthrax depuis l’épidémie de SRAS en 2003. Ce n’est pas la première fois qu’elle se rend à l’Institut de virologie de Wuhan, car c’est l’un des deux seuls laboratoires de recherche sur les armes biologiques en Chine.

 

Le virus à couronne ou CoV. (Image : CDC/Dr. / Fred Murphy / Domaine public)
Le virus à couronne ou CoV.  (Image : CDC/Dr. / Fred Murphy / Domaine public)
 

Cela suggère-t-il que le nouveau coronavirus, maintenant connu sous le nom de SRAS-CoV-2, se serait échappé de ce laboratoire, et que le travail de Chen Wei est d’essayer de remettre le génie dans la bouteille ?

Il faut ajouter à cela l’histoire de toute une série d’événements similaires en Chine

Même le virus mortel du SRAS s’est échappé à deux reprises des laboratoires de Pékin, où il était certainement utilisé pour des expériences. Les deux épidémies « artificielles » ont été rapidement maîtrisées, mais elles ne se seraient certainement pas produites si des mesures de sécurité appropriées avaient été prises.

Il y a aussi d’autres circonstances peu connues, à savoir que certains chercheurs chinois ont l’habitude de vendre des animaux à des marchands ambulants, après leur avoir fait subir des expériences.

Au lieu d’éliminer les animaux infectés par crémation, comme l’exige la loi, ils les vendent pour gagner de l’argent supplémentaire, et même dans certains cas, beaucoup d’argent. Un chercheur de Pékin, qui se trouve maintenant en prison, a vendu des singes et des souris au marché des animaux vivants et a gagné 1 million de dollars.

Alors que les gens commençaient à tomber malades et à mourir, les autorités chinoises ont avancé une série d’excuses de plus en plus contestables, qui ont également accru le scepticisme quant à l’origine du SRAS-CoV-2.

Ils ont d’abord blâmé le marché aux fruits de mer non loin de l’Institut de virologie, bien que le premier cas enregistré de Covid-19 (maladie causée par le SRAS-CoV-2) impliquait des gens qui n’avaient jamais fréquenté ce lieu. Ensuite, ils ont indiqué que les serpents, les chauves-souris et même les petits fourmiliers, appelés pangolins, étaient la source du virus.

Il s’avère que les serpents ne sont pas porteurs de coronavirus et que les chauves-souris ne sont pas vendues sur les marchés aux fruits de mer.

Les preuves suggèrent que l’étude SARS-CoV-2 a été menée au Wuhan Virus Research Institute

Le PCC a causé un désastre à son propre peuple. Il est trop tôt pour dire combien de personnes en Chine et dans d’autres pays perdront la vie en raison de l’échec de ce laboratoire microbiologique géré par l’État, mais le coût humain risque d’être élevé.

Steven W. Mosher est un spécialiste américain des sciences sociales, un militant anti-avortement et un écrivain spécialisé en anthropologie, démographie et contrôle de la population chinoise. Il est président du China Human Rights Advocates Population Research Institute (PRI) et a joué un rôle dans la dénonciation des violations de la politique de l’enfant unique en Chine et d’autres violations des droits de l’homme dans le cadre du Programme mondial de contrôle de la population.

Pourquoi le « rêve » de la Chine est une nouvelle menace pour l’ordre mondial

Question des sénateurs américains

Le sénateur américain Tom Cotton a déclaré dans une interview accordée à FOX il y a quelques jours que malgré le nouveau rapport de l’Université de technologie de Chine méridionale, le Parti communiste chinois refusait toujours de soumettre des preuves concernant le laboratoire de recherche de niveau 4 de Wuhan sur la biosécurité.

« C’est ce que nous savons. Le virus n’est pas originaire du marché animalier de Wuhan. » De plus, Tom Corton a déclaré que la « nature double et malhonnête » du PCC impliquait que le laboratoire soit interrogé, mais « le PCC n’a fourni aucune preuve sur la question » et Pékin était « très secret » à propos du laboratoire.

Tom Corton a également accusé les autorités chinoises d’avoir à plusieurs reprises empêché des scientifiques américains de se rendre à Wuhan pour aider à découvrir l’origine du virus.

Par ailleurs, un nouveau rapport publié par des scientifiques de la South China University of Technology à Guangzhou, en Chine, a conclu que « le coronavirus tueur pouvait provenir d’un laboratoire de Wuhan ». Mais le rapport a été rapidement supprimé.

L’un des laboratoires mentionnés dans le rapport mène des recherches sur le coronavirus des chauves-souris, à seulement 280 mètres du marché de la viande de Wuhan.

 

Le nouveau coronavirus 2019. (Image : CDC / Alissa Eckert, MS / Dan Higgins, MAM / Domaine public)
Le nouveau coronavirus 2019.  (Image : CDC / Alissa Eckert, MS / Dan Higgins, MAM / Domaine public)
 

Une autorité multinationale pointe le Covid-19 ou l’hypothèse d’une fuite

Des experts américains faisant autorité ont publié un certain nombre d’articles indiquant qu’un nouveau coronavirus de la pneumonie de Wuhan, ou synthétisé en laboratoire, est susceptible d’avoir été découvert. Un autre document d’un scientifique indien a montré que le virus pourrait avoir un lien avec le VIH/sida, ce qui a déclenché des inquiétudes sur les menaces potentielles pour la santé publique, que la recherche biochimique de pointe sans restriction de la Chine peut poser.

Le 30 janvier, James Lyons-Weiler, chercheur scientifique principal et directeur de l’analyse bioinformatique à l’Université de Pittsburgh, a publié un article important intitulé About the Source of Wuhan Coronavirus. Il a obtenu son doctorat en évolution écologique et biologie de la conservation de l’Université de Reno, Nevada.

Le Dr Weller a déclaré que depuis les années 1980, la technologie des virus synthétiques a été utilisée dans le domaine de la virologie moléculaire. La nouvelle séquence génique du coronavirus de Wuhan fournit de puissants indices pour localiser la source du virus. Parce que la séquence du gène du virus a une longueur différente de tous les autres coronavirus apparentés. En d’autres termes, il existe une série de séquences dans la séquence génique du nouveau coronavirus qui est différente des autres coronavirus.

Le Dr Weller suggère que cette séquence a trois caractéristiques. Cette série présente une similitude de séquence évidente avec un vecteur appelé pShuttle-SN. Ce vecteur a été utilisé en Chine dans les années 1980 pour fabriquer un coronavirus plus capable de stimuler la réponse du système immunitaire humain.

La principale conclusion de cet article sur le coronavirus, publié sur le site Web de l’IPAK, est qu’il existe des preuves claires qu’une nouvelle séquence dans la nouvelle combinaison de gènes de coronavirus 2019 a été synthétisée en laboratoire. Cependant, en raison d’une mauvaise gestion en laboratoire, le virus a été divulgué.

Un article précédemment publié par le Daily Mail britannique a déclaré qu’en fait, les scientifiques américains avertissent depuis longtemps que le virus pouvait « s’échapper » du laboratoire P4 situé au Wuhan Virus Research Institute.

Tim Trevan, conseiller en biosécurité du Maryland Tim Trevan, a apporté ses commentaires dans la revue Nature en 2017, et a précisé qu’il craignait que la culture créée sous le système du PCC ne rende l’institut précaire.

Nature est l’une des revues universitaires les plus réputées au monde. L’article a révélé que le virus du SRAS s’était « échappé » à plusieurs reprises d’un laboratoire de Pékin.

Le laboratoire Wuhan P4 est à environ 32 kms du « South China Seafood Market » à Wuhan, où la nouvelle épidémie de pneumonie associée au coronavirus s’est produite. Le Washington Times a déclaré que certains rapports suggéraient que le virus aurait pu être transmis par un laboratoire.

Par exemple, pour étudier le comportement du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCov), et pour développer des traitements et des vaccins, il est nécessaire que les singes utilisé pour la recherche soient infectés par ces virus avant d’être testés. Le problème est que les singes sont imprévisibles. Ils peuvent courir, se gratter, mordre et les virus qu’ils transportent se propagent par le biais des pieds, des ongles et des dents.

 

Selon Francis Boyle, professeur à Harvard, l’épidémie est en effet une «arme de guerre biologique offensive». (Image : par Gino Crescoli / Pixabay)
Selon Francis Boyle, professeur à Harvard, l’épidémie est en effet une «arme de guerre biologique offensive». (Image : par Gino Crescoli / Pixabay)
 

La modification génétique rend les armes biologiques plus meurtrières

Le professeur de Harvard, Francis Boyle, célèbre pour avoir écrit la loi sur les armes biologiques, a déclaré dans une interview explosive avec Geopolitics & Empire, que le nouveau coronavirus de Wuhan évolue vers une pandémie. L’épidémie est en effet une « arme de guerre biologique offensive ».

Il a déclaré que : « BSL-4 est le laboratoire de plus haut niveau. De nombreux laboratoires BSL-4 que nous avons aux États-Unis sont essentiellement utilisés pour développer des armes de guerre biologique offensive par manipulation génétique d’ADN. Nous disons ici que le coronavirus est une arme de guerre biologique offensive, donc à mon avis, il s’est échappé du laboratoire BSL-4 de Wuhan. »

« À mon avis, Wuhan BSL-4 est la source du nouveau coronavirus. Oui, je suppose qu’ils faisaient des recherches sur le SRAS et ils l’ont militarisé davantage en lui donnant des propriétés de gain de fonction actives : ce qui signifie qu’il peut être plus mortel. En effet, le dernier rapport est maintenant de 15% de décès, ce qui est plus que le SRAS, et 83% de taux d’infection. Par conséquent, la caractéristique de l’infection est qu’elle se propage dans l’air », a précisé le Dr Francis Boyle.

Il avance aussi que : « Le PCC aurait volé le virus au laboratoire canadien de Winnipeg. Winnipeg est le principal centre de recherche au Canada pour le développement et le test d’armes de guerre biologiques. Ou il l’a obtenu de l’Université Harvard, cela ne me surprendrait pas si quelque chose était volé à Harvard pour retourner en Chine. Le coronavirus dont nous parlons ici  est une arme de guerre biologique offensive qui s’est échappée de Wuhan BSL-4. Je ne dis pas que cela a été délibéré, mais il y a eu des rapports précédents de problèmes et de fuites dans le laboratoire, et je crains que ce soit ce dont nous ayons à faire face aujourd’hui ».

Des experts en génétique ont été cités dans la revue Nature, ces derniers ont attiré l’attention sur le fait que l’utilisation des dernières biotechnologies pourrait rendre les agents pathogènes plus mortels. De nombreuses autres maladies mortelles peuvent être génétiquement modifiées pour être utilisées comme armes biologiques dévastatrices.


Traduit par Charlotte Clémence

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/02/24/924070.html