Émeutes aux Etats-Unis : Pékin critique Washington

Par Vision Times
Le 22/06/2020
La Chine utilise la répression des manifestants aux États-Unis pour justifier ses actions à Hong Kong. (Image : Pexels / CC0 1.0)
La Chine utilise la répression des manifestants aux États-Unis pour justifier ses actions à Hong Kong. (Image : Pexels / CC0 1.0)
 

Le sujet sur la manière brutale dont la police de Hong Kong a traité les manifestants a été largement couvert par les médias. Mais récemment, le régime communiste chinois s’est réjoui de la répression des émeutes aux États-Unis. Pékin utilise les récentes actions de la police américaine contre les manifestants pour justifier l’action de la police de Hong Kong contre les manifestants pro-démocratie.

Démocratie contre totalitarisme

Un article du journal chinois Global Times tente d'établir un parallèle entre les manifestations de Hong Kong et celles de Black Lives Matters (BLM).  Cet article relate que des actions telles que le démantèlement de magasins, les incendies des postes de police, l’attaque de policiers et le blocage de routes qui ont eu lieu lors de certaines des manifestations aux Etats-Unis semblaient être le fait des « émeutiers » de Hong Kong qui se seraient faufilés dans les villes américaines touchées par les émeutes. Nancy Pelosi avait déclaré que les manifestations de Hong Kong étaient « un spectacle magnifique ». Le rédacteur en chef du Global Times s’est moqué d’elle, en tweetant que le « spectacle magnifique » était maintenant arrivé aux États-Unis. L’auteur de l’article demandait à Nancy Pelosi et à Mike Pompeo si Pékin devait soutenir les manifestants américains de la manière dont les politiciens américains « glorifiaient » les manifestants de Hong Kong.

La différence cependant réside dans le fait que les États-Unis sont une démocratie, alors que la Chine est un pays totalitaire. Dans toute société libre, les manifestations sont autorisées et considérées comme des réactions normales. Et même si certaines dégénèrent en violence, ce qui compte, c’est la manière dont le gouvernement et l’administration font face à la situation. Mais avec un régime totalitaire comme la Chine, le gouvernement sanctionne immédiatement les manifestants en utilisant la violence. De plus, une fois les protestations réprimées, le gouvernement traque les responsables et les emprisonne sans procès, allant même jusqu’à exécuter ceux identifiés comme « dangereux » . Personne n’est autorisé à remettre en cause les actions du gouvernement.

 

Dans une société démocratique, les lois sur les droits de l’homme s’appliquent aussi aux manifestants. (Image : Pexels / CC0 1.0)
Dans une société démocratique, les lois sur les droits de l’homme s’appliquent aussi aux manifestants. (Image : Pexels / CC0 1.0)
 

En revanche, dans un pays démocratique comme les Etats-Unis, lorsqu’une manifestation éclate, il s’ensuit un débat public qui permet d’aborder les différents aspects de la question. Les tribunaux examinent si la répression des manifestants par la police était justifiée et rendent leur jugement. C’est uniquement si les manifestations dégénèrent en activités criminelles que le gouvernement aura le droit de les réprimer avec autorité. Mais même dans ce cas, les manifestants auront aussi une chance de s’expliquer devant les tribunaux. Si la population n’est pas satisfaite de la réaction du gouvernement face à la manifestation, elle peut voter pour une nouvelle administration. Ces choses ne sont pas du tout envisageables dans un pays totalitaire. Ceci montre la supériorité de la démocratie américaine en matière des droits de l’homme qui garantit à chacun le droit de s’exprimer.

Racisme

Les responsables chinois n’ont pas non plus hésité à faire l’apologie du racisme aux États-Unis. « Le racisme contre les minorités ethniques aux États-Unis est une maladie chronique de la société américaine... La situation actuelle reflète une fois de plus la gravité des problèmes de racisme et de violence policière aux États-Unis », a déclaré Zhao Lijian, porte-parole du ministère des affaires étrangères, selon CBS News. Il a ajouté que la Chine est aux côtés des Africains et travaillera avec la communauté pour s’opposer « fermement » à toute forme de discrimination et de haine raciale.

 

Le soutien du PCC aux Afro-Américains est surprenant étant donné ses actions racistes contre les Africains lors de l’épidémie de Covid-19.  (Image : Pexels / CC0 1.0)
Le soutien du PCC aux Afro-Américains est surprenant étant donné ses actions racistes contre les Africains lors de l’épidémie de Covid-19.  (Image : Pexels / CC0 1.0)
 

C’est d’autant plus surprenant qu’il y a quelques semaines à peine, leur attitude tyrannique à l’encontre des migrants africains, au cœur de la pandémie du Covid-19, avait suscité la colère du monde entier. Les Africains s’étaient vus refuser l’entrée dans les restaurants et les centres commerciaux. Les propriétaires les expulsaient sans motif, obligeant beaucoup d’entre eux à dormir dans la rue. Certains ont été mis de force en quarantaine. Cependant Pékin n’a pris aucune mesure en faveur des Africains en proie au racisme, agissant comme si rien de sérieux ne s’était passé.


Traduit par Fetty Adler 

Version en anglais : China Jumps With Joy at the US Crackdowns on Rioting