Effets de l’interdiction des applications chinoises en Inde

Par Vision Times
Le 22/10/2020
En juin, le gouvernement indien a interdit 59 applications chinoises à la suite d’escarmouches à la frontière entre les armées des deux nations. (Image : Capture d’écran / YouTube)
En juin, le gouvernement indien a interdit 59 applications chinoises à la suite d’escarmouches à la frontière entre les armées des deux nations. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

En juin, le gouvernement indien a interdit 59 applications chinoises à la suite d’escarmouches à la frontière entre les armées des deux nations. L’action de l’Inde est l’une des plus sévères jamais prises à l’encontre des entreprises technologiques chinoises par un pays en développement, et aura des conséquences néfastes sur l’ambition de Pékin de dominer le secteur technologique mondial.

Réaction de l’Inde face aux applications chinoises

Selon le gouvernement indien, les applications chinoises se sont révélées être engagées dans des activités qui allaient à l’encontre des intérêts du pays, de sa sécurité et de l’ordre public. Selon le ministère de l’électronique et de l’informatique (MeitY), il a reçu de nombreuses plaintes concernant le vol et la transmission, dans ces applications, de données d’utilisateurs à des serveurs situés en dehors du pays.

« La compilation des données, leur exploitation et leur profilage par des éléments hostiles à la sécurité nationale et à la défense de l’Inde, qui finit par empiéter sur la souveraineté et l’intégrité de l’Inde, est un sujet de préoccupation très profond et immédiat qui nécessite des mesures d’urgence… Les inquiétudes ont été vives sur les aspects liés à la sécurité des données et à la sauvegarde de la vie privée d’1,3 milliard d’Indiens. Il a été noté récemment que de telles préoccupations constituent également une menace pour la souveraineté et la sécurité de notre pays », a déclaré MeitY, comme l’a rapporté l’Economic Times.

L’administration chinoise a fait de discrètes allusions à l’éventualité de porter l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Cependant, les experts estiment que ce sera une affaire délicate. L’Inde a bloqué les applications chinoises en invoquant le risque que celles-ci représentaient pour la sécurité. L’OMC n’aura probablement aucun pouvoir pour forcer l’Inde à annuler l’interdiction. En outre, la Chine censure elle-même de nombreux sites web étrangers. En tant que tel, d’autres pays pourraient ne pas soutenir la Chine. Par exemple, les États-Unis et la France ont tous deux soutenu la démarche de l’Inde. En fait, on dit que les États-Unis envisagent sérieusement d’interdire certaines applications chinoises de médias sociaux.

 

L’administration chinoise a fait de discrètes allusions à l’éventualité de porter l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce. (Image : Capture d’écran / YouTube)
L’administration chinoise a fait de discrètes allusions à l’éventualité de porter l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Pour les applications chinoises, la perte du marché indien sera lourde de conséquences. Précisons que l’Inde ne représente qu’une infime partie des revenus de ces applications. Cependant, le potentiel futur de l’Inde est si conséquent qu’au cours des deux ou trois prochaines décennies, le pays pourrait bien devenir une importante source de revenus. Avec l’interdiction, le gouvernement indien a supprimé les possibilités futures des applications chinoises en Inde. La combinaison des États-Unis et de l’Inde sera également perçue comme un défi insurmontable pour la Chine, car ces deux nations pourraient travailler ensemble pour créer un écosystème Internet international exempt d’applications et de sites web d’influence communiste chinoise.

Le gouvernement chinois est le premier à défendre l’idée qu’un gouvernement devrait avoir toute autorité pour gouverner l’Internet comme bon lui semble à l’intérieur de ses frontières. Le régime chinois n’avait pas prévu que cette idée se retournerait très vite contre ses propres entreprises.

Perte d’octets

Selon des sources proches de la direction de ByteDance, la société qui possède TikTok, l’interdiction des applications en Inde entraînera une perte d’environ 6 milliards de dollars. En plus de TikTok, deux autres applications de la société ont été interdites en Inde : Vigo Video et Helo. Cependant, TikTok est la plus grande source de revenus et la plus grande base d’utilisateurs de la société en Inde. Au cours du premier trimestre 2020, l’Inde a téléchargé TikTok 611 millions de fois, ce qui représente plus de 30 % de la part mondiale.

 

ByteDance, la société propriétaire de TikTok, va perdre environ 6 milliards de dollars US à cause de l’interdiction des applications en Inde. (Image : Capture d’écran / YouTube)
ByteDance, la société propriétaire de TikTok, va perdre environ 6 milliards de dollars US à cause de l’interdiction des applications en Inde. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’interdiction de TikTok a été une bénédiction pour le secteur technologique indien, car les citoyens se tournent de plus en plus vers des applications indiennes. Une application appelée « Chingari » a été téléchargée 10 millions de fois en 22 jours seulement, grâce à l’interdiction de TikTok. Une autre alternative, « Moj », a dépassé les 10 millions de téléchargements en une semaine environ.


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Consequences of India’s Ban on Chinese Apps