TikTok et WeChat interdits aux États-Unis ?

Par Jean-Baptiste Adrien-Clotaire
Le 09/08/2020

Une interdiction de TikTok pour les équipements gouvernementaux débouche sur une guerre technologique totale et une approche critique pour Pékin

 

« TikTok capture automatiquement de vastes pans d’informations de ses utilisateurs, y compris des informations sur Internet et d’autres activités du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche ». (Image : Stefan Coders / Pixabay)
« TikTok capture automatiquement de vastes pans d’informations de ses utilisateurs, y compris des informations sur Internet et d’autres activités du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche ». (Image : Stefan Coders / Pixabay)
 

Avec deux ordonnances ou Executive orders, le président américain veut interdire TikTok et WeChat sur le territoire américain et ce d’ici à 45 jours, soit le 15 septembre de cette année.

« La diffusion aux États-Unis d’applications mobiles développées et détenues par des entreprises de la République populaire de Chine (Chine) continue de menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis », a-t-il précisé en propos liminaire de ces deux ordonnances.

 

« Comme TikTok, WeChat capture automatiquement de vastes pans d’informations de ses utilisateurs ». (Image : Wikimedia / Domaine public)
« Comme TikTok, WeChat capture automatiquement de vastes pans
d’informations de ses utilisateurs ».
 (Image : Wikimedia / Domaine public)
 

La sécurité des données personnelles mais aussi la sécurité nationale sont évoquées

Le président a rappelé dans son ordonnance que TikTok : « une application mobile de partage de vidéos appartenant à la société chinoise ByteDance Ltd, aurait été téléchargée plus de 175 millions de fois aux États-Unis et plus d’un milliard de fois dans le monde. TikTok capture automatiquement de vastes pans d’informations sur ses utilisateurs, y compris des informations sur Internet et d’autres activités du réseau telles que les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche ».

« Cette collecte de données a de fortes chances de permettre au Parti communiste chinois d’accéder aux informations personnelles et exclusives des Américains - ce qui pourrait permettre à la Chine de localiser les employés et les entrepreneurs fédéraux, de constituer des dossiers d’informations personnelles à des fins de chantage et de mener des activités d’espionnage d’entreprise », a-t-il précisé.

En ce qui concerne WeChat, il est précisé que cette : « application de messagerie, de médias sociaux et de paiement électronique appartenant à la société chinoise Tencent Holdings Ltd, compterait plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde, y compris aux États-Unis. Comme TikTok, WeChat capture automatiquement de vastes pans d’informations de ses utilisateurs ».

De plus, pour étayer ces propos, des exemples ont été donnés : « En mars 2019, un chercheur aurait découvert une base de données chinoise contenant des milliards de messages WeChat envoyés par des utilisateurs non seulement en Chine, mais aussi aux États-Unis, à Taïwan, en Corée du Sud et en Australie. WeChat, comme TikTok, censurerait également les contenus que le Parti communiste chinois juge politiquement sensibles et pourrait également être utilisé pour des campagnes de désinformation au profit du Parti communiste chinois. Ces risques ont conduit d’autres pays, dont l’Australie et l’Inde, à commencer à restreindre ou à interdire l’utilisation de WeChat. Les États-Unis doivent prendre des mesures énergiques contre le propriétaire de WeChat afin de protéger notre sécurité nationale ».

Suite à cela, Mike Pompeo a annoncé l’expansion de la neutralité du Net et le Sénat américain a adopté un dispositif gouvernemental pour interdire TikTok.

Selon l’Agence centrale de presse, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé le 5 mai que les États-Unis allaient étendre leur programme « Clean Network » contre Pékin. Ainsi, le Sénat américain a voté à l’unanimité l’adoption de la « loi d’interdiction de TikTok sur les appareils gouvernementaux » du sénateur Josh Hawley sur l’interdiction des équipements gouvernementaux, qui interdit aux employés fédéraux d’utiliser l’application pour partager des vidéos sur des appareils émis par le gouvernement.

 

Lu Bingquan, maître de conférences au département de journalisme de l’Université baptiste de Hong Kong, a qualifié de « coup critique » le lancement par les États-Unis d’une offensive technologique tous azimuts contre Pékin. (Image : Li Ming / Vision Times)
Lu Bingquan, maître de conférences au département de journalisme de l’Université baptiste de Hong Kong, a qualifié de « coup critique » le lancement par les États-Unis d’une offensive technologique tous azimuts contre Pékin. (Image : Li Ming / Vision Times)
 

La position américaine a provoqué de nombreuses réactions

l’Apple Daily de Hong Kong, a rapporté que les États-Unis ont étendu leur blocus, selon ce que certains médias étrangers ont décrit comme un « mur de Berlin numérique ». Kong Jiaofeng, professeur d’économie politique à l’Université Johns Hopkins aux États-Unis, a souligné que Pékin avait d’abord construit un mur numérique pour restreindre l’entrée des entreprises scientifiques et technologiques américaines avant que les États-Unis ne le contrent.

Lu Bingquan, maître de conférences au département de journalisme de l’Université baptiste de Hong Kong, a mis en avant le fait que les États-Unis ont commencé à lancer une offensive scientifique et technologique globale, impliquant non seulement des logiciels et du matériel, mais aussi des infrastructures de réseau, dont on pense qu’elles ont un certain impact sur la croissance économique du continent.

Il a précisé le contexte chinois et avancé que la Chine part du principe qu’avec le développement à grande vitesse de la science et de la technologie sur le continent, les objectifs de développement économique du continent seront rapidement atteints. la croissance scientifique et technologique du continent n’est pas seulement axée sur l’intérieur, mais aussi sur le rayonnement vers le monde. Si l’expansion extérieure des entreprises scientifiques et technologiques du continent se heurte à un mur, la carte scientifique et technologique ne peut pas s’étendre et cela aura un certain impact sur la croissance économique du continent.

 

Que TikTok soit acquis par Microsoft ou d’autres sociétés américaines, les négociations d’acquisition devraient être achevées avant le 15 septembre. (Image : Haris imran / Pixabay)
Que TikTok soit acquis par Microsoft ou d’autres sociétés américaines, les négociations d’acquisition devraient être achevées avant le 15 septembre. (Image : Haris imran / Pixabay)
 

Le rachat de TikTok par Microsoft

Vendredi 7 août, le Financial Times rapportait que Microsoft avait l’intention d’acquérir TikTok, la version outre-mer de Douyin : outre les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ses activités mondiales comprennent désormais également des entreprises en Inde et en Europe. Cependant, ByteDance, la société mère de TikTok, a immédiatement répondu le même jour que la nouvelle était fausse. Au-delà du fait que cette information soit vraie ou fausse, c’est l’avenir de ByteDance qui est en jeu avec la perte d’une grosse partie de ses abonnées dans le Monde.

Le président Trump avait déclaré aux médias, lundi 3 août, qu’il n’avait aucune objection à ce que TikTok soit acquis par Microsoft ou d’autres sociétés américaines, mais les négociations d’acquisition devraient être achevées avant le 15 septembre.

Les nombreuses discussions sur les acquisitions les défis techniques abondent

Ainsi, même après l’accord conclu entre les deux parties, Microsoft sera confronté à un certain nombre de défis techniques : bien que des octets aient déjà été utilisés pour différencier les données et les algorithmes entre la Chine et d’autres régions avant le début des négociations.

Ainsi, bien qu’il y ait un accord supplémentaire dans les négociations selon lequel Microsoft aurait un an pour séparer TikTok de sa société mère chinoise afin de répondre aux préoccupations du gouvernement américain concernant la sécurité des données générées par TikTok, il semblerait qu’un an ne soit pas suffisant et cela pourrait prendre cinq à huit ans.

Outre les difficultés liées à la séparation des aspects techniques de l’opération en question, le prix d’achat prévisible pourrait également être une source de difficultés pour Microsoft.

Les internautes prédisent l’avenir de la Chine et du gouvernement communiste

De nombreux internautes se sont prononcés sur la toile. L’un d’eux a résumé la situation en ces termes : « Le Parti communiste chinois s’appuie sur le vol de technologies étrangères pour consolider son objectif d’expansion politique et de domination mondiale, tandis que les États-Unis, étape par étape, "écorchent et déchirent les os" du Parti communiste chinois, et portent un coup sérieux à son développement technologique. Si un nouveau blocus technologique était mis en place, le Parti communiste chinois enregistrerait une période de régression technologique, allant de six mois à un an, alors il n’aurait plus les moyens d’étendre sa domination. Dans le monde, son influence économique et politique serait rapidement remplacée par celle du Japon, de la Corée du Sud et même de Taïwan en tant que premier pays d’Asie. À ce stade, la Chine deviendrait un pays du tiers monde de second ordre et le PCC déclinerait rapidement ».
 

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/08/07/942152.html
              https://www.secretchina.com/news/gb/2020/08/07/942182.html