Contenir les Big Tech : le Canada va suivre l’Australie

Le 05/03/2021

Le Canada va suivre l’exemple de l’Australie sur le contenu des actualités Facebook
 

Le ministre canadien du patrimoine Steven Guilbeault (image 2014) a déclaré que le Canada est en première ligne dans la bataille pour faire payer les contenus d’information par les grandes plateformes technologiques. (Image : wikimedia / Asclepias / CC BY-SA 3.0)
Le ministre canadien du patrimoine Steven Guilbeault (image 2014) a déclaré que le Canada est en première ligne dans la bataille pour faire payer les contenus d’information par les grandes plateformes technologiques. (Image : wikimedia / Asclepias / CC BY-SA 3.0)
 

Steven Guilbeault, ministre canadien du patrimoine, a récemment révélé que son pays prévoit de se joindre à la lutte de l’Australie contre les grandes technologies en faisant en sorte que des plateformes comme Facebook dédommagent les éditeurs de nouvelles canadiens pour leur contenu.

Le Canada pourrait s’inspirer de la loi australienne ou de l’approche française, qui a obligé Google à payer les éditeurs français pour le contenu des médias. Steven Guilbeault n’est pas trop préoccupé par les représailles de Facebook contre l’Australie, qui a empêché les utilisateurs de partager des liens vers des articles de presse.

« Le Canada est en première ligne dans cette bataille... nous sommes vraiment parmi le premier groupe de pays dans le monde à faire cela... Nous travaillons pour voir quel modèle serait le plus approprié... Je soupçonne que bientôt nous aurons cinq, dix, quinze pays qui adopteront des règles similaires... Facebook va-t-il couper les liens avec l’Allemagne, avec la France ? » a -t-il déclaré aux journalistes.

L’action de Facebook contre l’Australie est « hautement irresponsable »

Dans un message publié sur sa page Facebook, Steven Guilbeault a qualifié de « hautement irresponsable » la démarche de Facebook contre l’Australie et a informé qu’il avait rencontré ses homologues finlandais, français, allemands et australiens pour discuter plus avant de la question.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a engagé la lutte contre Facebook avec des dirigeants internationaux. Il a approché le Premier ministre indien Narendra Modi et d’autres dirigeants pour mobiliser un soutien mondial contre les brimades que Facebook fait subir aux gouvernements élus. Bien que le gouvernement indien n’ait aucun conflit avec Facebook, il a de sérieux problèmes avec Twitter.

La plateforme de microblogs n’a pas coopéré avec les demandes du gouvernement de bloquer les comptes individuels encourageant la violence lors d’une série de manifestations. Ce qui a créé une perception négative des médias sociaux en général parmi les autorités. En tant que tel, Scott Morrison pourrait parier que le mécontentement de l’Inde à l’égard de Twitter peut être utilisé dans le cadre de la pression mondiale sur les grandes technologies.

Au Royaume-Uni, le soutien à la régulation de Facebook se mobilise à la suite du blocage de sites d’information en Australie. Julian Knight, président de la commission parlementaire britannique du numérique, de la culture, des médias et du sport, a accusé l’entreprise de médias sociaux d’agir comme une brute. Il a averti que si Facebook prévoit d’aller de l’avant avec de telles restrictions, cela déclenchera la même « colère à long terme que celle des grands du pétrole et du tabac ».

Henry Faure Walker, président de la News Media Association, a averti que l’attaque de Facebook sur l’actualité australienne est un parfait exemple d’abus de pouvoir d’un monopole. L’autorité britannique des marchés de la concurrence a créé une unité des marchés numériques pour réguler l’industrie des médias sociaux.

Facebook semble avoir été effrayé par la colère mondiale croissante à son encontre alors que la société a repris les discussions avec le gouvernement australien pour négocier un accord.

« La position du gouvernement australien est très claire, les gens sauront que la position de l’Australie bénéficie d’un fort soutien international... Je suis heureux que Facebook ait décidé, semble-t-il, de se lier à nouveau d’amitié avec nous et de relancer ces discussions... pour s’assurer que les protections que nous voulons mettre en place pour garantir que nous avons une société libre et démocratique qui est soutenue par un média d’information ouvert puissent continuer », a déclaré M. Scott Morrison.

Taxer les publicités

En attendant, le Maryland est sur le point de devenir le premier Etat américain à imposer une taxe sur la vente de publicités sur Internet, une mesure qui touchera directement les grandes technologies comme Facebook et Google qui gagnent beaucoup d’argent grâce aux publicités en ligne. La taxe peut aller de 2,5 à 10 % par annonce et est basée sur la valeur du vendeur de l’annonce. La nouvelle règle ne s’appliquera qu’aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 100 millions de dollars.

Si certains ont applaudi à cette mesure car elle apportera des revenus supplémentaires au gouvernement, d’autres l’ont critiquée comme étant une décision plutôt stupide. Les critiques soulignent que les taxes seront répercutées sur les acheteurs de publicité, ce qui portera préjudice à de nombreuses petites entreprises qui dépendent de la publicité en ligne pour promouvoir leur activité.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Containing Big Tech: Canada to Follow Australia’s Lead on Facebook News Content