Climat de protestation suite à la venue de Wang Yi en Europe

Par Vision Times
Le 30/08/2020

La question du respect des droits de l’Homme en Chine au cœur de la visite du ministre chinois 

 

Europe, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a reçu un accueil froid de la part de nombreux politiciens qui défendent les droits de l’Homme. (Image : Wikimedia / Cancillería del Ecuador from Ecuador / CC BY-SA)
Europe, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a reçu un accueil froid
de la part de nombreux politiciens qui défendent les droits de l’Homme.
(Image : Wikimedia / Cancillería del Ecuador from Ecuador / CC BY-SA)
 

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, est en visite dans cinq pays européens. Il a reçu un accueil réservé de la part de nombreux politiciens qui défendent les droits de l’Homme. Les Hongkongais exilés en Europe, les démocrates du continent, les groupes ouïghours et d’autres voix de protestation se sont manifestés dans ces cinq pays européens.

Du 25 août au 1er septembre, Wang Yi est en visite officielle dans cinq pays européens : l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, la France et l’Allemagne.

 

Le Premier ministre Guiseppe Conte a refusé de rencontrer Wang Yi, les deux parties ne se sont entretenues que brièvement par téléphone. (Image : Wikimedia / Governo / CC BY-SA)
Le Premier ministre Guiseppe Conte a refusé de rencontrer Wang Yi, les deux
parties ne se sont entretenues que brièvement par téléphone.
(Image : Wikimedia / Governo / CC BY-SA)
 

Italie : une visite mouvementée marquée par des appels au respect des droits de l’homme

Le Premier ministre Antonio Conte a refusé de rencontrer Wang Yi lors de sa première escale en Italie : les deux parties se sont entretenues brièvement au téléphone. Après avoir rencontré Wang Yi, le ministre des affaires étrangères, Di Maio, a déclaré qu’il avait soulevé la question de Hong Kong et souligné la nécessité de respecter les droits et les libertés des habitants de Hong Kong.

Pendant que Wang Yi était en Italie, Luo Guancong, un exilé britannique, militant pour la démocratie à Hong Kong, est allé à Rome pour protester. Il y a rencontré un groupe de parlementaires italiens et a tenu une conférence de presse dans laquelle il a dénoncé le Parti communiste chinois (PCC).

De l’autre côté du ministère italien des affaires étrangères, des dizaines de pratiquants locaux de Falun Gong ont protesté contre la persécution du Falun Gong par le parti communiste chinois. Des banderoles ont été accrochées sur les lieux, dont « Arrêtez de persécuter le Falun Gong », « Falun Dafa est bon » et « Arrêtez le prélèvement d’organes ».

Le même jour, lors d’une conférence de presse, les législateurs italiens Lucio Malan et Federico Mollicone, l’ancien ministre des affaires étrangères Giulio Terzi di Sant’Agata et la représentante du Parti radical aux Nations unies, Laura Harth, ont tous condamné les violations des droits de l’homme commises par le Parti communiste chinois.

Le ministre canadien des affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a rencontré Wang Yi à Rome. M. Champagne a exigé que Pékin libère immédiatement les deux citoyens canadiens arrêtés et a exprimé l’opposition du Canada à la politique de la Chine sur Hong Kong.

Le Pays-Bas a soulevé la question de Hong Kong et celle des droits de l’Homme en Chine

La deuxième étape de la visite de Wang Yi en Europe a été les Pays-Bas, où le député néerlandais Martijn van Helvert a tweeté que Wang Yi venait pour sauver les relations entre les deux pays, invitant Wang Yi à siéger à la commission parlementaire des affaires étrangères sur des questions telles que « Taïwan, Hong Kong, les Ouïgours et les chrétiens persécutés en Chine ».

Le ministre néerlandais des affaires étrangères Stef Blok et Wang Yi ont exprimé leurs préoccupations concernant l’autonomie de Hong Kong et les questions de droits de l’homme en Chine. Après la réunion, M. Blok a déclaré que les arrestations de journalistes et de législateurs à Hong Kong, le report d’une année des élections législatives et l’imposition par Pékin de la loi de sécurité nationale de Hong Kong étaient tous des motifs d’inquiétude. Il s’est également dit préoccupé par la répression de la liberté religieuse en Chine, notamment la situation des musulmans, des chrétiens et des bouddhistes tibétains, ainsi que de la communauté ouïgoure.

Aux Pays-Bas, Wang Yi a été confronté à plusieurs manifestations et protestations. Plus de 70 Ouïghours exilés aux Pays-Bas et plus de 10 dissidents chinois, ainsi que de nombreux Hongkongais, ont manifesté devant le bâtiment du ministère néerlandais des affaires étrangères à La Haye, dont la branche néerlandaise du FLN et la branche néerlandaise du Congrès mondial ouïghour.

Un portrait de Wang Bingzhang et des panneaux portant les mentions « Renversez le régime corrompu du Parti communiste chinois », « La corruption au sein du Parti communiste chinois, le peuple souffre » et « La démocratie et la liberté renversent le Parti communiste chinois » ont été exposés, ainsi que des panneaux en anglais, en chinois et à Hong Kong. En néerlandais, des slogans tels que « virus communiste chinois (également connu sous le nom de nouveau coronavirus, Covid-19) » et « virus PCC » ont été affichés. Les manifestants criaient des slogans tels que « Wang Yi, rentre chez toi » et « A bas le parti communiste ! ».

La Norvège évoque le non-respect des droits de l’Homme par le PCC

Wang Yi s’est rendu en Norvège le 27 juillet pour des réunions avec le Premier ministre Erna Solberg et le ministre des affaires étrangères Ine Eriksen Søreide. Cette dernière a déclaré que la question de la persécution des droits de l’homme par le Parti communiste chinois était à l’ordre du jour.

En Norvège, Wang Yi a également été confronté à des protestations de la foule

 

Le président français Emmanuel Macron a rencontré Wang Yi. Des parlementaires ont remis en question la rencontre personnelle de Emmanuel Macron avec Wang Yi. (Image : Wikimedia / The White House from Washington, DC / Domaine public)
Le président français Emmanuel Macron a rencontré Wang Yi. Des parlementaires
ont remis en question la rencontre personnelle de Emmanuel Macron avec Wang Yi.
(Image : Wikimedia / The White House from Washington, DC / Domaine public)
 

France : les parlementaires ont jugé cette visite incompatible avec le respect des droits de l’Homme

Wang Yi est arrivé en France le 28 août. Le président français Emmanuel Macron l’a rencontré personnellement. Des parlementaires ont remis en question la rencontre du Président avec Wang Yi. Des groupes ouïghours locaux et des organisations de défense de Hong Kong ont demandé à Emmanuel Macron de prêter attention aux droits de l’homme en Chine. « Nous allons publier un communiqué adressé au président pour qu’il dénonce les violations des droits de l’homme par la Chine sur ses territoires », a précisé le sénateur LREM André Gattolin, vice-président de l’Alliance inter-parlementaire sur la Chine (IPAC). Cette alliance regroupe des dizaines de députés du monde entier.

Antoine Bondaz, chercheur et directeur de programme à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) a précisé dans un article du quotidien La Croix le contexte de cette visite européenne : « Wang Yi est un émissaire et non un décisionnaire (…). Il fait passer les messages de Pékin et enregistre les réactions européennes. ».

Quant aux éventuelles excuses de la Chine pour la gestion de la crise sanitaire et la pandémie mondiale qui a suivi, il a ajouté  que « Il n’y en aura jamais, car aux yeux de Pékin la Chine a bien géré et a été une victime qui a retenu le virus le plus longtemps possible pour nous laisser le temps de nous préparer, alors que, selon eux, nous n’étions pas prêts. »

« Nous avons une lecture encore trop naïve de la Chine qui prend des engagements mais qui ne les tient pas. », a-t-il affirmé.

François Xavier Bellamy, député européen avait déjà précisé lors d’une interview au mois de juillet, au cours de laquelle il attirait l’attention du monde politique sur le rôle que devrait jouer l’Europe face à la Chine et aux États-Unis  : « le monde occidental a regardé la Chine avec naïveté, intérêt et complaisance. Il en a fait " l’atelier du monde ", qui nous rend dépendant aujourd’hui pour les produits de premières nécessité…. Cela correspond parfaitement à la dialectique du Maître et de l’Esclave de Hegel ».

 

« Je n’ai jamais eu de doute sur la nature du régime chinois. Je suis engagé dans la politique européenne depuis 2019, et depuis la campagne européenne j’ai toujours évoqué la nécessité pour l’Europe de changer sa stratégie à l’égard de la Chine. », a expliqué Xavier Bellamy. (Image : Wikimedia / Paralacre / CC BY-SA)
« Je n’ai jamais eu de doute sur la nature du régime chinois. Je suis engagé
dans la politique européenne depuis 2019, et depuis la campagne européenne
j’ai toujours évoqué la nécessité pour l’Europe de changer sa stratégie à l’égard
de la Chine. »
, a expliqué Xavier Bellamy. (Image : Wikimedia / Paralacre / CC BY-SA)
 

« Je n’ai jamais eu de doute sur la nature du régime chinois. Je suis engagé dans la politique européenne depuis 2019, et depuis la campagne européenne j’ai toujours évoqué la nécessité pour l’Europe de changer sa stratégie à l’égard de la Chine. Il ne s’agit pas de lui déclarer la guerre, la Chine est une civilisation millénaire dont l’art et la philosophie font partie des trésors de l’humanité, mais cette culture n’est pas représentée par le parti communiste chinois qui ne s’est maintenu au pouvoir qu’au prix de dizaines de millions de morts », a-t-il réaffirmé au cours de cette interview.

La dernière étape de Wang Yi sera à Berlin, en Allemagne, où plusieurs législateurs allemands ont déjà déclaré, avant son arrivée, que l’Allemagne ne peut pas faire de concessions au Parti communiste chinois sur la question de Hong Kong.


Traducteur rédacteur : Charlotte Clémence

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/08/28/944429.html